Abonnez-vous à Universalis pour 1 euro

ZHAO MENGFU[TCHAO MONG-FOU](1254-1322)

Entre le repli de la dynastie Song au sud du fleuve Bleu, en 1127, sous la poussée des Tartares, et sa défaite ultime devant l'envahisseur mongol en 1279, la Chine connut une longue période de scissions, et des traditions artistiques évoluant différemment au Nord et au Sud. Un des aspects positifs de la conquête mongole fut, en réunifiant la Chine, de permettre à nouveau les échanges culturels. Le peintre de bambous Li Kan (1245-1320), le grand paysagiste Gao Kegong (1240-1310) et d'autres artistes du Nord vinrent s'installer à Hangzhou, tandis que des lettrés méridionaux voyageaient pour la première fois librement au Nord. Ils y découvrirent un large pan de leur tradition picturale ignoré sous les Song du Sud.

Deux importants courants de la peinture de paysage de la fin des Cinq dynasties et du début des Song s'étaient perpétués parmi les peintres du Nord, durant le xiiie siècle : les écoles de Dong Yuan et Juran (Dong-Ju) et de Li Cheng et Guo Xi (Li-Guo). L'influence de ces traditions retrouvées sur la peinture Yuan est soulignée par les auteurs ultérieurs, qui divisent volontiers les peintres du xive siècle entre adeptes du style Dong-Ju et disciples de l'école Li-Guo. Mais ce clivage n'est qu'apparent : en fait, la peinture du début des Yuan tente de synthétiser les traditions anciennes du paysage en un idiome qui lui soit propre. Cette démarche, cristallisée autour de la notion de Guyi, « esprit de l'antiquité », est illustrée par Zhao Mengfu, figure centrale de cette période.

Une longue tradition de lettrés et d'artistes

C'est à Wuxing (Zhejiang) que naquit Zhao Mengfu, dans une famille apparentée au premier empereur Song, et qui produisit de multiples talents. Les dons littéraires, favorisés par une formation classique, étaient fréquents dans les familles lettrées ; dans la famille de Zhao Mengfu, nombre de peintres et calligraphes se révélèrent aussi : ainsi son frère Zhao Mengyu, son cousin Zhao Mengjian, et les deux fils, Zhao Yi et Zhao Yong, qu'il aura de son épouse Guan Daosheng, elle-même peintre de bambous réputé.

Zhao Mengfu obtient un poste de fonctionnaire sous les Song, puis se retire dans sa ville natale à la chute de la dynastie. C'est là, semble-t-il, qu'il rencontre Qian Xuan et, selon quelques contemporains, qu'il étudie la peinture sous sa direction. Zhao lui-même n'en fait pas état, mais il paraît probable que le jeune homme ait au moins subi l'influence de Qian Xuan, son ami et son aîné de vingt ans. En 1286, Zhao accepte l'invitation à Pékin de l'empereur Kubilaï. Durant neuf ans, les postes dans l'administration mongole et les voyages lui font découvrir la Chine du Nord, et il rassemble une importante collection de peintures anciennes. La liste nous en est fournie dans un catalogue contemporain (Zhou Mi, Yunyan guoyan lu). Ces œuvres Tang, Cinq dynasties et Song du Nord, rapportées à Wuxing en 1295, vont servir d'assise aux nouvelles expériences picturales du maître. Jusqu'à sa mort, Zhao partage son temps entre sa ville et les postes élevés qu'il assume dans l'administration mongole ; il sera gouverneur de province et directeur de l'académie Hanlin, institution impériale qui regroupe des lettrés et des artistes de tout le pays.

La suite de cet article est accessible aux abonnés

  • Des contenus variés, complets et fiables
  • Accessible sur tous les écrans
  • Pas de publicité

Découvrez nos offres

Déjà abonné ? Se connecter

Écrit par

  • : chargée de recherche au CNRS, directrice du programme Religion et société en Chine au Groupe de sociologie des religions et de la laïcité

. In Encyclopædia Universalis []. Disponible sur : (consulté le )

Média

<it>Chevaux traversant la rivière</it>

Chevaux traversant la rivière

Autres références

  • GAO KEGONG [KAO K'O-KONG] (1248-?)

    • Écrit par Ching-lang HOU
    • 393 mots

    En Chine, la peinture de paysage dans le style des lettrés connaît son épanouissement pendant la dynastie des Yuan (1280-1368). Les quatre grands maîtres (Huang Gongwang, Wu Zhen, Ni Zan, Wang Meng), considérés à partir de l'époque Ming comme les novateurs du xive siècle, respectaient...

  • QIAN XUAN [TS'IEN SIUAN] (1235 env.-1301)

    • Écrit par Caroline GYSS
    • 1 377 mots
    ...réussite au concours de jinshi, sorte de doctorat. Vivant à Wuxing (Jiangsu) après la chute de la dynastie Song du Sud (1127-1279), il devint, avec son ami Zhao Mengfu, membre d'un groupe de lettrés distingués dès cette époque sous le nom des « Huit Talents de Wuxing ». Le groupe se dispersa lorsqu'en 1286...

Voir aussi