ZARATHUSHTRA ou ZARATHUŠTRA

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Nom véritable de celui que Platon (qui le premier révéla son existence à l'Occident) appelait Zoroastre. C'est ce qu'atteste l'Avesta, où le prophète se nomme lui-même à maintes reprises (dans les gāthā, hymnes qu'il composa en l'honneur de son dieu). La tradition zoroastrienne unanime le fait vivre au ~ viie siècle (de 660 à 583), si l'on en croit la précision donnée par les Parsis, c'est-à-dire juste avant la fondation de l'Empire perse par Cyrus le Grand (~ 546).

Zarathoustra

Photographie : Zarathoustra

Zarathoustra, prophète et réformateur du mazdéisme, est surnommé le Bouvier, pasteur du troupeau humain. Gravure sur bois d'après un médaillon, XVIe siècle. 

Crédits : Archiv Gerstenberg/ ullstein bild/ Getty Images

Afficher

Les Grecs cependant préféraient le situer « six mille ans avant Alexandre » ; et bien des savants européens, sans accepter une date reculée, inclineraient à le placer au ~ IIe millénaire. Leurs arguments se fondent, d'une part, sur la philologie (le dialecte des gāthā est aussi archaïque que celui du Rig-Veda), d'autre part, sur la comparaison avec l'Inde (les gāthā ressemblent, sur bien des points, aux hymnes védiques, qui datent à coup sûr du début du ~ IIe millénaire. Néanmoins, si l'on admet que Zarathushtra naquit dans une petite communauté archaïsante du nord-est de l'Iran, on peut s'en tenir aux dates traditionnelles. D'ailleurs, la langue littéraire utilisée par le prophète pouvait fort bien être une survivance liturgique, comme le fut le latin bien après la disparition de l'Empire romain.

La biographie traditionnelle (telle qu'elle figure dans les portions les plus récentes de l'Avesta) fait de Zarathushtra un réformateur de l'ancienne religion : il aurait proscrit les sacrifices sanglants, le culte orgiaque des devas (fondé sur les féeries procurées par le haoma) et aurait fondé le culte monothéiste d'un Seigneur Sage (Ahura Mazdā), promu par lui au rang de dieu suprême, régnant sur la création entière et favorisant les entreprises de l'Esprit Saint (Vohu Manah, la Bonne Pensée) en lutte contre l'Esprit Mauvais (Angra Mainyu). Secondairement, il aurait favorisé l'agriculture, préconisé la sédentarisation des tribus nomades et appelé de ses vœux l'instauration d'un empire fondé sur la justice. Sa prédication aurait rencontré l'hostilité de la caste sacerdotale, mais le prophète aurait été soutenu par Vishtāspa, souverain d'un petit royaume des confins de l'Afghanistan. Parvenu à un âge avancé, il aurait péri de mort violente.

Mais presque tous les détails du récit traditionnel font problème, si l'on se réfère à l'Avesta et particulièrement aux propres déclarations de Zarathushtra (telles qu'elles apparaissent dans les gāthās). Ainsi le prophète ne prêche-t-il pas l'agriculture, mais l'amélioration de l'élevage des bovins ; il ne prétend pas fonder une religion nouvelle, ni même réformer l'ancienne, mais seulement rétablir la pureté de la doctrine et du culte, altérés par de mauvais prêtres. Peut-on dire qu'il supprime le sacrifice du haoma, quand on voit que celui-ci est encore célébré, au nom de Zarathushtra, par les Guèbres et les Parsis ? Il est vrai qu'il proscrit l'idolâtrie, mais les anciens dieux ne sont-ils pas réintégrés par lui dans le « panthéon » sous la forme d'archanges (les « saints immortels », Amesha Spenta) ?

D'aucuns sont allés jusqu'à nier l'existence de Zarathushtra, voyant en lui une simple « entité liturgique » ; d'autres voient en lui une sorte de Calvin du mazdéisme, dépouillant le culte de tout ce qui pouvait prêter à l'idolâtrie. On pourrait énumérer encore beaucoup d'autres opinions parmi celles qui ont été émises depuis deux cents ans, par A. H. Anquetil-Duperron qui le premier traduisit l'Avesta (1771), par Jacques Duchesne-Guillemin et Humbach qui en donnèrent d'autres versions (1948 et 1959). Du moins les gāthā témoignent-elles de la personnalité de Zarathushtra ; et elles la montrent si forte qu'il serait paradoxal de vouloir trop réduire le rôle d'un homme qui certainement détermina de quelque manière l'évolution de la religion iranienne pendant le ~ Ier millénaire.

Pour les Parsis d'aujourd'hui, Zarathushtra est comparable au Bouddha, au Christ, à Mahomet.

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages

Écrit par :

  • : docteur ès lettres, professeur à l'université de Lyon-III

Classification

Autres références

«  ZARATHUSHTRA ou ZARATHUSTRA  » est également traité dans :

ANĀHITĀ

  • Écrit par 
  • Jean VARENNE
  •  • 203 mots

Les écrivains grecs, qui furent les premiers à donner un témoignage extérieur sur la religion iranienne ancienne, parlent tous du culte d'une déesse qu'ils comparent soit à Athéna, soit à Aphrodite. Il s'agit d'Anāhitā à laquelle un hymne important (le Cinquième Yasht) est consacré dans l'Avesta. Son domaine semble couvrir les trois fonctions de la prospérité, de la violence, de la souveraineté (s […] Lire la suite

GĀTHĀ

  • Écrit par 
  • Jean VARENNE
  •  • 399 mots

Nom donné en iranien ancien à un groupe de poèmes, en forme d'hymnes liturgiques, attribués par la tradition mazdéenne à Zarathuštra (Zoroastre) lui-même. Ces textes ont été intégrés à date ancienne dans l'Avesta, qui constitue, de nos jours encore, le corps des Écritures sacrées du zoroastrisme (ou mazdéisme). À ce titre, les Gāthā sont récités chaque jour dans le rituel mazdéen tel que le célèbr […] Lire la suite

MAGES

  • Écrit par 
  • Jean VARENNE
  •  • 423 mots

Nom des membres d'une tribu mède (selon Hérodote) à qui l'ensemble de la tradition grecque attribue l'exclusivité du pouvoir sacerdotal en Iran. Le mot « mage » (en iranien, maga ) apparaît en Occident, à partir des premiers siècles de notre ère, comme un synonyme de « sectateur de Zoroastre » et de « servant du culte d'Ahura Mazdâ ». D'autre part, les auteurs classiques voient dans les mages des […] Lire la suite

MAZDÉISME

  • Écrit par 
  • Jean VARENNE
  •  • 194 mots

Terme qui est probablement le plus adéquat pour désigner la religion traditionnelle de l'Iran ancien, puisqu'il fait référence au nom que les fidèles donnent à leur dieu : Ahura Mazdâ (le Seigneur Sage). La profession de foi ( fravarânê ) que ceux-ci récitent chaque jour contient d'ailleurs les mots mazdâyasmo ahmi (« Je voue mon culte à Mazdâ »). Il est vrai que la même prière ajoute zarathusht […] Lire la suite

NIETZSCHE FRIEDRICH

  • Écrit par 
  • Jean GRANIER
  •  • 9 775 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Culture et hiérarchie »  : […] La réflexion qui a mené Nietzsche jusqu'à l'idée du surhomme a pu, sans doute, être éveillée par le contact avec les thèses évolutionnistes, mais cette idée, dans sa formulation nietzschéenne, est tout autre chose qu'une spéculation biologique, à la remorque du darwinisme ou du lamarckisme. Il ne s'agit pas, en effet, de fabriquer une nouvelle espèce destinée à supplanter l'homme, mais d'éduquer l […] Lire la suite

PARSIS

  • Écrit par 
  • Guy BUGAULT
  •  • 2 305 mots

Parsis, c'est-à-dire « persans », est le nom donné aux mazdéens vivant en Inde, principalement dans la région de Bombay. Au nombre de 200 000 environ en 1980, les Parsis forment une communauté prospère, particulièrement influente au point de vue économique, cependant que s'y maintient l'essentiel des croyances et du culte mazdéens, réformés par Zarathushtra (Zoroastre). Ils ont édifié de nombre […] Lire la suite

ZERVAN, ZUERVAN ou ZURVAN

  • Écrit par 
  • Jean VARENNE
  •  • 235 mots

Le nom de Zervan a été donné au Temps dans la religion iranienne ancienne. Zervan pose l'un des problèmes les plus difficiles de l'histoire de cette religion. D'après les sources extérieures (tablettes de Nuzi ; bronze du Lūristān ; texte hellénistique d'Eudème de Rhodes), il semble que prévalut, à un certain moment (peut-être au ~ II e millénaire), l'idée que le monde était issu du Temps infini […] Lire la suite

ZOROASTRISME

  • Écrit par 
  • Jean de MENASCE
  •  • 5 869 mots

La religion de Zoroastre (forme grecque de Zarathuštra) fut celle de l'Iran avant qu'il ne fût islamisé par la conquête arabe. On la nomme aussi « mazdéisme », du nom de son dieu suprême, Ahura Mazdāh (le Seigneur Sage), ou « parsisme », du nom des Parsis (Persans) qui, vers le x e  siècle, pour échapper à la domination musulmane, émigrèrent de Perse vers l'Inde du Nord-Ouest où ils forment encore […] Lire la suite

Pour citer l’article

Jean VARENNE, « ZARATHUSHTRA ou ZARATHUŠTRA », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 22 mai 2022. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/zarathushtra-zarathustra/