ANĀHITĀ

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Les écrivains grecs, qui furent les premiers à donner un témoignage extérieur sur la religion iranienne ancienne, parlent tous du culte d'une déesse qu'ils comparent soit à Athéna, soit à Aphrodite. Il s'agit d'Anāhitā à laquelle un hymne important (le Cinquième Yasht) est consacré dans l'Avesta. Son domaine semble couvrir les trois fonctions de la prospérité, de la violence, de la souveraineté (selon la classification de Georges Dumézil), puisque le texte développe sa louange en l'appelant Aredvī (l'humide), Sūrā (la forte), Anāhitā (l'immaculée). Il est cependant possible qu'Anāhitā ait d'abord été exclusivement une divinité de la troisième fonction (donc homologue de la Sarasvatī du Véda) avant de se transformer en « grande déesse », surtout lorsque l'influence iranienne se fut étendue à tout le Proche-Orient (où les cultes féminins étaient nombreux aux alentours du ier siècle). Dans le système monothéiste de Zarathushtra, bien entendu, Anāhitā est une sorte d'ange qui « aide » le Seigneur Sage (Ahura Mazdā) et, à l'occasion, ses fidèles (dont Zarathushtra lui-même, selon le Cinquième Yasht).

—  Jean VARENNE

Écrit par :

  • : docteur ès lettres, professeur à l'université de Lyon-III

Classification


Autres références

«  ANAHITA  » est également traité dans :

DILBERDJIN TÉPÉ

  • Écrit par 
  • Paul BERNARD
  •  • 1 092 mots

Important centre urbain de l'antique Bactriane, dans l'Afghanistan septentrional, sur la rive gauche de l'Oxus (Amou-Daria), Dilberdjin Tépé est situé à 40 kilomètres au nord-ouest de Bactres. Son existence est attestée de la fin du ~ ii e siècle au v e siècle et couvre la fin de la période de la colonisation grecque, les époques kouchane ( i er - iii e  s.) et kouchano-sassanide ( iii e - v e   […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/dilberdjin-tepe/#i_8258

MITHRAÏSME

  • Écrit par 
  • Robert TURCAN
  •  • 3 416 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « Mithra indo-iranien et achéménide »  : […] La place et la fonction du Mithra indo-iranien préfigurent certains aspects du Mithra gréco-romain ; elles expliquent la prééminence du dieu tauroctone dans le mithraïsme occidental. Mithra est le dieu du contrat. Le védique mitra signifie « ami » ou « contrat ». C'est à ce titre qu'on l'invoque dans les traités, mais aussi en considération de sa souveraineté céleste. Il représente l'aspect jurid […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/mithraisme/#i_8258

Pour citer l’article

Jean VARENNE, « ANĀHITĀ », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 21 janvier 2020. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/anahita/