YUKON, fleuve

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Milieu

Physiographie et hydrologie

La rivière McNeil naît dans les monts Pelly dans le centre-sud du Territoire du Yukon et s'écoule vers le sud dans le lac Teslin, avant de se déverser dans la rivière du même nom. Les principales sources du fleuve Yukon viennent cependant des lacs Atlin et Tagish près de la frontière entre la Colombie-Britannique et le Territoire du Yukon. Environ 80 kilomètres en aval, le Yukon dévalait autrefois entre les parois rocheuses de l'étroit Miles Canyon et s'écrasait contre le substrat rocheux des rapides de Whitehorse. Pendant la ruée vers l'or, ces obstacles à la navigation fluviale imposèrent la construction d'une courte voie de chemin de fer entre Skagway (Alaska) et Whitehorse (Territoire du Yukon), cette dernière ville devenant le point de départ du transport fluvial vers le nord. Depuis lors, un barrage a été édifié au sud de Whitehorse pour exploiter le potentiel hydroélectrique du fleuve. Les rapides sont aujourd'hui recouverts par le lac de retenue et les eaux profondes remplissent l'ancien canyon.

La débâcle commence au début du mois de mai à Whitehorse, capitale du Territoire du Yukon, et se poursuit vers le nord dans le lac Laberge quelques jours plus tard. Les affluents nés dans les monts Mackenzie à l'est, grossis par la fonte des neiges, atteignent leur niveau de crue en juin, tandis que ceux qu'alimentent les glaciers, comme la rivière White, drainant le versant nord des monts Saint Elias, n'atteignent leur débit maximal qu'en juillet. Après ces périodes de crue, le Yukon redevient un cours d'eau peu profond et ramifié car les précipitations estivales sont faibles dans ce bassin fluvial (il tombe environ 150 millimètres de pluie l'été à Whitehorse et à Dawson).

Au nord du lac Laberge, le Yukon, parsemé de barres de sable et de petites îles, serpente lentement dans une large vallée au fond généralement plat, entre des berges peu élevées. Environ 40 kilomètres au nord du village de Carmacks, quatre îlots rocheux divisent le fleuve dans la zone des rapides de Five Finger. Le courant s'accélère alors. Au village de Fort Selkirk, l'apport de la rivière Pelly augmente considérablement le débit du Yukon. Cette dernière draine en effet près de 51 000 kilomètres carrés le long du versant occidental des monts Mackenzie, généralement déserts. Au nord de Fort Selkirk, le Yukon devient un cours d'eau clair et calme, ponctué de multiples îles basses. La rivière White, qui draine une superficie d'environ 50 500 kilomètres carrés, charrie du limon venu des glaciers et des montagnes du sud-ouest. La rivière Stewart, dont le bassin est presque aussi vaste que celui de la rivière White, traverse la région minière de Mayo-Keno City à l'est. À Dawson, le Yukon atteint un débit moyen de 2 100 mètres cubes par seconde, mais il y a une grande différence entre le débit de crue en juin et le débit d'étiage enregistré sous les glaces en mars. Le Yukon ne présente aucun aménagement hydroélectrique, à l'exception de la petite centrale installée à Whitehorse. Le fleuve présente apparemment un potentiel hydroélectrique considérable, mais en l'absence de besoin, ce potentiel n'a fait l'objet d'aucune évaluation précise.

Le Klondike est un petit affluent de la rive est qui rejoint le Yukon dans la ville historique de Dawson. Le fond de sa vallée est couvert de crêtes sinueuses constituées de graviers déposés après le passage des suceuses à eau qui ont été utilisées pendant près d'un siècle pour atteindre les couches profondes, plus riches en minerai aurifère.

En aval de Dawson, la vallée se rétrécit, et le bas plateau est interrompu par des montagnes qui s'élèvent à plus de 1 200 mètres d'altitude, environ 25 kilomètres au nord du fleuve. Ce dernier atteint quant à lui presque 300 mètres d'altitude avant de franchir la frontière de l'Alaska. L'affluent majeur suivant, la rivière Porcupine, rejoint le Yukon à Fort Yukon (Alaska). Elle draine le nord du Territoire du Yukon et le versant sud-est de la haute chaîne accidentée des Brooks en Alaska, région occupée par quelques Amérindiens. Le Yukon s'écoule alors en général vers l'ouest pendant 240 kilomètres, dans une vallée large et plate. Les multiples bras du fleuve ramifié serpentent à travers de nombreuses îles et barres de sable. À l'extrémité occidentale de ces larges plaines marécageuse [...]

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 5 pages

Médias de l’article

Canada : carte physique

Canada : carte physique
Crédits : Encyclopædia Universalis France

carte

États-Unis : carte physique

États-Unis : carte physique
Crédits : Encyclopædia Universalis France

carte

Dawson, Canada

Dawson, Canada
Crédits : Vince Streano/ Photononstop

photographie

L'or du Klondike

L'or du Klondike
Crédits : Henry Guttmann/ Getty Images

photographie

Afficher les 4 médias de l'article


Écrit par :

  • : professeure agrégée, département d'histoire et d'études classiques de l'université de l'Alberta (Canada)
  • : auteur

Classification

Autres références

«  YUKON, fleuve  » est également traité dans :

ALASKA

  • Écrit par 
  • Claire ALIX, 
  • Yvon CSONKA
  •  • 6 022 mots
  •  • 9 médias

Dans le chapitre « Intérieur »  : […] Entre la chaîne de Brooks au nord et celle d'Alaska au sud s'étend une vaste zone de plaines et de massifs tabulaires recouverts par la forêt boréale. Elle est traversée d'est en ouest par le Yukon, fleuve puissant qui prend sa source au Canada et reçoit les eaux de nombreux affluents. Les rivières de l'intérieur serpentent et s'étalent dans de larges plaines marécageuses appelées flats . La faune […] Lire la suite

YUKON TERRITOIRE DU

  • Écrit par 
  • Jimmy COUILLARD-DESPRÉS
  •  • 889 mots
  •  • 4 médias

Le Yukon est un territoire canadien depuis 1898. Détaché des Territoires du Nord-Ouest , qui le bordent à l’est, le Yukon partage aussi une frontière avec l’Alaska à l’ouest et avec la Colombie-Britannique au sud. Au nord, il s’ouvre sur l’océan Arctique dans la mer de Beaufort. À l’instar des autres territoires du Nord canadien, le Yukon se caractérise par la faible densité de population, l’impo […] Lire la suite

Voir aussi

Pour citer l’article

Liza PIPER, J. Lewis ROBINSON, « YUKON, fleuve », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 18 mai 2022. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/yukon-fleuve/