WURTZBOURG

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Ville allemande de 131 300 habitants en 2006, Wurtzbourg, située sur le cours inférieur du Main (en allemand Würzburg), est la capitale du district de Basse-Franconie en Bavière. Elle est la résidence des ducs de Franconie dès le viie siècle ; selon la légende, le duc Gosbert aurait été baptisé par saint Kilian, moine irlandais venu d'Écosse, qui aurait subi le martyre en 689. En 742, saint Boniface nomme le premier évêque de la ville, Burkard. Würzburg devient un centre commercial, dont l'établissement d'un pont sur le Main, vers 1130, augmente l'importance. À la fin du xiiie siècle et au xive siècle, les habitants s'efforcent de s'affranchir de la domination de l'évêque, qui avait, depuis 1253, fixé sa résidence sur le Marienberg (mont de Marie), colline située sur la rive gauche du Main et dominant la ville étalée sur l'autre rive. Leurs efforts semblent couronnés de succès en 1397, mais ils sont définitivement écrasés en 1400. Le pouvoir des évêques se fait encore plus lourd après 1525, lorsque la révolte des bourgeois, qui avaient pris le parti des paysans soulevés de l'Alsace à la Thuringe, eut été brutalement réprimée. Julius Echter von Mespelbrunn, devenu prince-évêque en 1573, établit l'absolutisme épiscopal contre les prétentions du chapitre, impose l'application du principe cujus regio, ejus religio, provoquant l'exode de nombreux bourgeois gagnés au protestantisme, fonde, en 1576, un hôpital « pour les pauvres, les infirmes et les malades » et, en 1582, une université, établissements qui ont subsisté jusqu'à nos jours. De 1719 à 1724 et de 1729 à 1746, le trône épiscopal est occupé par deux frères, appartenant à la puissante famille des Schönborn, qui cumulent les charges ecclésiastiques dans l'empire ; un oncle, Franz Lothar von Schönborn, chancelier d'empire, archevêque de Mayence, l'un des plus passionnés bâtisseurs de cette époque où l'Allemagne se couvre de palais, les assiste dans la construction de la Résidence, immense et somptueux château construit en bordure de la ville et où les princes-évêques s'établissent, délaissant le Marienberg. Les guerres napoléoniennes entraînent un rattachement à la Bavière, puis, de 1806 à 1814, la ville devient capitale du grand-duché offert à Ferdinand de Toscane, en compensation de la perte de ses États. Elle revient à la Bavière en 1814 et prend le rang d'un petit centre de province. Autour de 1870, les anciens remparts sont démantelés pour faire place à une belle promenade. Le 16 mars 1945, un bombardement détruit à 90 p. 100 le centre de la ville : la paix revenue, on songe à abandonner ce champ de ruines pour reconstruire Würzburg sur un autre site. Finalement, la ville est quand même réédifiée sur place et de nombreux monuments historiques sont patiemment reconstitués.

Allemagne : carte administrative

Carte : Allemagne : carte administrative

Carte administrative de l'Allemagne. 

Crédits : Encyclopædia Universalis France

Afficher l'atlas

Placé à un carrefour d'autoroutes, disposant d'un port sur le Main, nœud ferroviaire important, Würzburg vit également de ses industries, entre autres la plus ancienne fabrique de presses rotatives, Koenig & Bauer AG (KBA). L'université, établissement jésuite jusqu'à la suppression de l'ordre en 1773, est surtout réputée pour les sciences et la médecine ; c'est là que Röntgen découvrit les rayons X. Enfin, la ville est le centre du vignoble franconien, qui s'étire en amont et en aval sur les coteaux qui bordent le Main ; les vins, surtout blancs (de cépages Sylvaner, Riesling, Müller-Thurgau, entre autres), peu connus à l'étranger, peu appréciés dans le reste du pays parce que trop secs, comptent parmi les meilleurs d'Allemagne. Ils sont commercialisés dans des bouteilles plates, les Boxbeutel ; les producteurs les plus importants sont l'hospice municipal du Saint-Esprit, fondation pieuse datant de 1319, l'hôpital fondé par Julius Echter von Mespelbrunn (Juliusspital) et le centre de recherches œnologiques de l'État de Bavière.

Würzburg est surtout connu comme centre touristique ; sa position au bord du Main, avec le vieux pont qui n'est pas sans rappeler, en plus modeste, le pont Charles à Prague, les collines qui l'entourent et les nombreux monuments qui existent encore, malgré les destructions du 16 mars 1945, en font l'une des plus belles villes d'Allemagne. La vieille résidence du Marienberg, ensemble de constructions d'époques diverses, qui comprend une petite église de plan circulaire, peut-être la plus ancienne conservée sur la rive droite du [...]

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 3 pages

La suite de cet article est accessible aux abonnés

  • Des contenus variés, complets et fiables
  • Accessible sur tous les écrans
  • Pas de publicité

Découvrez nos offres

Déjà abonné ? Se connecter

Écrit par :

  • : professeur d'histoire de l'art à l'université de Genève

Classification

Autres références

«  WURTZBOURG  » est également traité dans :

BAROQUE

  • Écrit par 
  • Claude-Gilbert DUBOIS, 
  • Pierre-Paul LACAS, 
  • Victor-Lucien TAPIÉ
  •  • 20 841 mots
  •  • 22 médias

Dans le chapitre « Allemagne »  : […] En Allemagne, les évêques de Würzburg demandent à l'ingénieur Balthazar Neumann (1687-1753) la Résidence, vaste et magnifique palais où les influences de Versailles rejoignent celles du style autrichien : les projets ont successivement reçu les conseils de Robert de Cotte et de Boffrand (1723) et ceux de Hildebrandt (1736). Enfin, pour peindre le plafond de l'escalier et décorer la salle impérial […] Lire la suite

DÉCORS DE LA RÉSIDENCE, GIAMBATTISTA TIEPOLO (Würzburg)

  • Écrit par 
  • Barthélémy JOBERT
  •  • 257 mots
  •  • 1 média

Couronnement de sa carrière, les décors que le peintre vénitien Giambattista Tiepolo réalisa pour le palais de Würzburg, en Allemagne, sont caractéristiques de la circulation des artistes dans l'Europe des Lumières. Contacté par un banquier allemand qui résidait à Venise et qui négocia son contrat, Tiepolo partit en 1750 pour l'Allemagne. Les salles du palais que devait décorer l'artiste avaient é […] Lire la suite

NEUMANN BALTHASAR (1687-1753)

  • Écrit par 
  • Georges BRUNEL
  •  • 1 871 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Travaux militaires et édifices civils »  : […] Balthasar Neumann est né à Eger (aujourd'hui Cheb) en Bohême, d'une famille d'artisans modestes. Ses études de géométrie et d'architecture le conduisent à devenir ingénieur militaire et, en 1717, il prend part au siège de Belgrade, que dirige le prince Eugène (c'est en officier que Giambattista Tiepolo le représentera en 1751). La grande carrière s'ouvre pour lui le jour où Johann Philip von Schön […] Lire la suite

TIEPOLO LES

  • Écrit par 
  • Aldo RIZZI
  •  • 2 611 mots
  •  • 6 médias

Dans le chapitre « Le peintre des cours européennes »  : […] À la fin de 1750, Tiepolo, accompagné de ses enfants Giandomenico et Lorenzo, s'installe à Würzburg ; il y restera trois ans pour décorer la résidence du prince-évêque Karl Philipp von Greiffenklau. Dans la Kaisersaal, il représente Apollon conduisant à Frédéric Barberousse son épouse Béatrice de Bourgogne , les Noces de Frédéric Barberousse et l' Investiture de l'évêque Harold  ; au plafond de l' […] Lire la suite

Les derniers événements

18-25 juillet 2016 Allemagne. Deux attentats revendiqués par l'État islamique en Bavière.

Le 18, près de Wurtzbourg (Bavière), un réfugié mineur déclaré afghan, Riaz Khan Ahmadzai, arrivé dans le pays en juin 2015, attaque à l’arme blanche les passagers d’un train, puis des passants, blessant grièvement cinq personnes. Il est tué par la police. Le 19, l’organisation État islamique (EI) revendique l’attentat, diffusant une vidéo enregistrée par le jeune homme et affirmant que celui-ci a répondu à ses « appels incitant à frapper les pays de la coalition qui combattent l’EI ». […] Lire la suite

Pour citer l’article

Pierre VAISSE, « WURTZBOURG », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 01 octobre 2022. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/wurtzbourg/