GUTHRIE WOODY (1912-1967)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Figure de proue du mouvement folk des années 1960, Woody Guthrie est avant tout un musicien de country, un authentique vagabond qui traîne la poussière de l'Oklahoma à ses bottes et qui sera très influencé par les chansons de Joe Hill. De son vrai nom Joel Emmanuel Haggland, Joe Hill – qui adoptera également le nom de Joseph Hillström – est un Suédois qui émigre aux États-Unis en 1901 ; trimardeur anarchiste et barde flamboyant, membre de l'organisation International Workers of the World (« Wobblies »), il a écrit des dizaines de chansons de protestation : ces Chansons pour attiser les flammes du mécontentement, faites de textes originaux greffés sur des mélodies folk connues de toute l'Amérique, étaient destinées à encourager luttes et grèves, jusque dans les prisons ! Devenu la cible des patrons, Joe Hill sera fusillé à Salt Lake City le 19 novembre 1915. Son œuvre a guidé toute la génération de folksingers à venir, au premier rang desquels Woody Guthrie.

Woodrow Wilson Guthrie, né le 14 juillet 1912 à Okemah (Oklahoma), est élevé par un père guitariste et banjoïste. Après une enfance marquée par d'innombrables tragédies (sa mère est internée, sa sœur meurt dans un incendie, son père fait faillite), Woody doit, dès l'adolescence, vivre de ses talents de multi-instrumentiste en faisant la manche, ainsi que de ses dessins, au coup de crayon très personnel, qu'il vend dans la rue. Il s'engage très jeune dans l'action politique et participe même depuis Tulsa à la marche sur Washington (inspirée par celle de Mussolini sur Rome), qui s'arrêtera en fait très vite à cause d'un ouragan. C'est d'ailleurs le terrible dust bowl qui ravage l'Oklahoma dans les années 1930 qui conduit Woody vers la Californie, celle des Raisins de la colère, où il arrive en 1937. Il y retrouve nombre de ses compatriotes trimant dans une économie fruitière qui fait de l'exploitation des travailleurs migrants l'axe essentiel de sa prospérité. Woody Guthrie s'installe alors au cœur des luttes sociales, s'opposant avec sa guitare – sur laquelle figurera l'inscription « This machine kills fascists » (« Cette machine tue les fascistes ») – et ses chansons aux milices des fruitiers ou à la complaisance des policiers de l'État californien. Il gagne très vite une réputation de redoutable agitateur qui lui vaut nombre de démêlés avec la police et la justice. Mais ses chansons protestataires attirent aussi l'attention des auditeurs de country music et des folkloristes new-yorkais.

Après de nombreuses péripéties, parmi lesquelles une commande de l'État fédéral pour vanter la construction des grands barrages de l'Ouest, le label Capitol offre à Woody Guthrie un contrat d'enregistrement exclusif. Au lieu de l'accepter, il quitte la Californie en 1939 et part s'installer à New York ; Capitol se rabattra sur son cousin et partenaire Jack Guthrie (1915-1948), qui deviendra une vedette de la country music. À New York, Woody Guthrie enregistre pour la Bibliothèque du Congrès ainsi que pour le label Folkways du producteur Moses Asch. Il participe en 1941, en compagnie de Pete Seeger, à la création des Almanac Singers, un groupe folk dont le but est de militer en chantant l'actualité sociale et politique des États-Unis. Mais l'anarchisme et l'individualisme de Guthrie lui font quitter très tôt ses compagnons, trop embrigadés à ses yeux dans le Parti communiste américain. Woody devient progressivement un des favoris de Greenwich Village. Le folklore protestataire de Woody Guthrie ainsi que ses interprétations très personnelles de thèmes traditionnels exerceront une influence majeure sur tous les futurs protest singers, de Dave Van Ronk à Bob Dylan en passant par Joan Baez, Bruce Springsteen ou Jack Elliott. Malheureusement, une maladie héréditaire (la chorée de Huntington, qui avait emporté sa mère) l'empêche de jouir de son aura et c'est cloué sur un lit d'hôpital, totalement paralysé, qu'il recevra les hommages de ses adeptes, Dylan en tête. Il meurt à Queens (New York) le 3 octobre 1967. Son fils Arlo perpétuera un moment son œuvre ; il apparaît notamment comme acteur dans le film Alice's Restaurant (1969) d'Arthur Penn.

La musique de Woo [...]

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages

Écrit par :

Classification

Autres références

«  GUTHRIE WOODY (1912-1967)  » est également traité dans :

FOLK

  • Écrit par 
  • Eugène LLEDO
  •  • 936 mots
  •  • 1 média

Influencé par une certaine country, le folk est la musique des révoltés et des contestataires américains. Le père fondateur du genre, Woody Guthrie, popularise le mouvement dans les années 1930, avant que Bob Dylan ne devienne, dans les années 1960, le symbole de toute une génération protestataire et anticonformiste. Courant alimenté par différentes traditions musicales populaires, le folk naît do […] Lire la suite

Pour citer l’article

Gérard HERZHAFT, « GUTHRIE WOODY - (1912-1967) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 20 mai 2022. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/woody-guthrie/