GOMBROWICZ WITOLD (1904-1969)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Sens de l'érotisme

Il faut se garder d'oublier que Gombrowicz a aussi écrit dans son Journal (Dziennik, 1953-1956, 1957, 1961-1966) : « Je ne crois pas à une philosophie non érotique. » L'érotisme est à la base de toute son œuvre, et sa conception de l'érotisme est très voisine de celle de Georges Bataille : elle comporte l'horreur, la dégradation, la mort et – seule clef moderne à un temps « sacré » – elle exige ne serait-ce qu'un simulacre de sacralité (« la piété est absolument et rigoureusement exigée, même le plus minime des petits plaisirs ne peut se passer de piété », dira dans Cosmos [Kosmos, 1965] le terrible et dérisoire Léon). Il serait bien entendu absurde de réduire Ferdydurke à l'homosexualité, La Pornographie (Pornografia, 1960) à la mise en scène érotique, Cosmos à l'onanisme. Mais le génie de Gombrowicz exprime jusqu'aux idées les plus abstraites par rapport à l'érotisme. Le narrateur guette dans Cosmos tout ce qui se trame dans les corps : les mains, la bouche, les doigts, les jambes, qui avaient dans Ferdydurke une autonomie symbolique, sont ici scrutés autrement, comme si Gombrowicz était devenu conscient de ce que Freud a négligé : la participation du corps entier à la vie imaginative, les correspondances qui, obscurément et presque à notre insu, s'établissent dans cette zone d'ombre entre le physique et le psychique qui est à la base même de notre existence.

Il y a dans Ferdydurke deux chapitres formés par des contes philosophiques apparemment hétérogènes au roman : « Philifor cousu d'enfant » et « Philimor cousu d'enfant ». Comment, à l'issue d'un match de tennis au Racing-Club de Paris, le marquis Philippe de Philimor s'est-il trouvé « subitement cousu d'enfant, doublé, complété d'enfant » ? Pourquoi le professeur Philifor répond-il au narrateur en guise de conclusion : « Tout, mon petit, tout est cousu d'enfant » ? Gombrowicz l'éclaircit dans la « préface » à l'un de ces contes. Au lieu de se réclamer de l'art et de la culture, le poète, l'artiste devrait se sentir « pénétré et engendré d'en bas par d [...]

1 2 3 4 5

pour nos abonnés,
l’article se compose de 3 pages




Écrit par :

  • : master of arts, University of St Andrews, Écosse, écrivain et critique, chargé de mission à l'Institut national de l'audiovisuel

Classification


Autres références

«  GOMBROWICZ WITOLD (1904-1969)  » est également traité dans :

LE MARIAGE (W. Gombrowicz)

  • Écrit par 
  • Raymonde TEMKINE
  •  • 1 065 mots

Quand Witold Gombrowicz embarque pour l'Argentine, en août 1939, c'est dans la perspective d'y demeurer seulement quelques mois. Il n'en reviendra que vingt-trois ans plus tard, invité à Berlin-Ouest par la fondation Ford et le Sénat. En 1963, […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/le-mariage/#i_8935

EXIL LITTÉRATURES DE L'

  • Écrit par 
  • Albert BENSOUSSAN
  •  • 3 320 mots
  •  • 5 médias

Dans le chapitre « Exil et mémoire »  : […] Franchissons l'océan et touchons aux rives de la Méditerranée. Nous trouvons là une écriture qui entretient avec la langue française des rapports de fascination-répulsion. Au célèbre « la langue française est ma patrie » d'un Gabriel Audisio, entraînant avec lui la totalité des écrivains pieds-noirs – d'Elissa Rhaïs à Albert Memmi – farouchement i […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/litteratures-de-l-exil/#i_8935

FERDYDURKE, Witold Gombrowicz - Fiche de lecture

  • Écrit par 
  • Francis WYBRANDS
  •  • 974 mots

C'est à Varsovie, en 1937, que paraît, après deux ans de travail, le premier roman de Witold Gombrowicz, Ferdydurke . L'auteur avait déjà publié des contes, une pièce de théâtre, Yvonne (1935), et collaborait à des gazettes littéraires. Il faudra attendre 1958 pour qu'une première traduction soit donnée en français. Le critique polonais Constantin […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/ferdydurke/#i_8935

POLOGNE

  • Écrit par 
  • Jean BOURRILLY, 
  • Georges LANGROD, 
  • Michel LARAN, 
  • Marie-Claude MAUREL, 
  • Georges MOND, 
  • Jean-Yves POTEL, 
  • Hélène WLODARCZYK
  •  • 44 180 mots
  •  • 25 médias

Dans le chapitre « La littérature face aux totalitarismes (1939-1989) »  : […] Le 1 er  septembre 1939, Hitler franchit les frontières occidentales de la Pologne. Quelques jours plus tard, l'écrivain visionnaire S. I. Witkiewicz se suicide lors de l'invasion des territoires orientaux de la Pologne par l'Union soviétique. L'occupation nazie dura six ans. Quand aux troupes soviétiques, elles ne quittèrent la Pologne qu'après la […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/pologne/#i_8935

Voir aussi

Pour citer l’article

Constantin JELENSKI, « GOMBROWICZ WITOLD - (1904-1969) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 20 février 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/witold-gombrowicz/