MCCAY WINSOR (1867-1934)

À l'occasion de la parution de la biographie de John Canemaker sur Winsor McCay, Art Spiegelman, l'auteur de Maus, écrivait : « Une chose me laisse perplexe... Tant de personnes par ailleurs cultivées n'ont jamais entendu parler de Winsor McCay. Pourtant, c'est McCay qui a montré à quoi ressemble le paysage intérieur de nos rêves, plusieurs décennies avant que les surréalistes n'accrochent une montre molle à un arbre ! » Winsor McCay, qui fut célèbre aux États-Unis dans les années 1905-1920, n'est en effet connu aujourd'hui que de ceux qui s'intéressent à l'histoire de la bande dessinée, un moyen d'expression qu'il fut pourtant le premier, avec les planches de sa série Little Nemo in Slumberland, à élever au niveau de l'art.

Premiers pas dans l'exploration des rêves

Des incertitudes pèsent sur le lieu et la date de naissance de Winsor McCay, et même sur l'orthographe d'origine de son nom. Selon son biographe le plus sérieux, John Canemaker, l'auteur de Little Nemo serait né Zenas Winsor McKay le 26 septembre 1867, probablement au Canada, dans l'Ontario, mais il a grandi aux États-Unis, à Spring Lake (Michigan). En 1903, il illustre dans le Cincinnati Enquirer une histoire en images, Tales of the Jungle Imps, dans laquelle l'auteur des textes, Felix Fiddle (pseudonyme du journaliste George Randolph Chester), explique de façon loufoque l'origine des caractéristiques morphologiques de différents animaux. Cette même année 1903, James Gordon Bennett Junior demande à McCay de venir travailler à New York pour qu'il collabore à deux de ses journaux, le New York Herald et le New York Evening Telegram.

En 1904, McCay commence ses deux premières bandes dessinées importantes, Little Sammy Sneeze, dans le New York Herald, et Dream of a Rarebit Fiend, dans le New York Evening Telegram, où il signe « Silas ». Little Sammy Sneeze a pour thème les catastrophes diverses provoquées par les éternuements monstrueux d'un petit garçon : c'est une série amusante, visant plutôt un public enfantin. Dream of a Rarebi [...]


pour nos abonnés,
l’article se compose de 3 pages

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Écrit par :

Classification


Autres références

«  MCCAY WINSOR (1867-1934)  » est également traité dans :

LITTLE NEMO (W. McCay)

  • Écrit par 
  • Dominique PETITFAUX
  •  • 189 mots
  •  • 1 média

Il ne fallut pas dix ans à la bande dessinée américaine « à bulles » – née en 1896 avec The Yellow Kid de Richard Outcault – pour produire ses premiers chefs-d'œuvre, malheureusement aujourd'hui oubliés, comme The Kin-der-Kids (1906) du peintre Lyonel Feininger (1871-1956). L'œuvre la plus étonnante des […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/little-nemo/#i_16950

BANDE DESSINÉE

  • Écrit par 
  • Dominique PETITFAUX
  •  • 17 300 mots
  •  • 12 médias

Dans le chapitre « Le temps des bandes humoristiques »  : […] Très tôt dans son histoire, la bande dessinée américaine donne naissance à deux chefs-d'œuvre : Little Nemo (1905) par Winsor McCay (1867-1934), récits oniriques partiellement inspirés par l' […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/bande-dessinee/#i_16950

CINÉMA (Cinémas parallèles) - Le cinéma d'animation

  • Écrit par 
  • Bernard GÉNIN, 
  • André MARTIN
  •  • 17 834 mots
  •  • 6 médias

Dans le chapitre « Naissance du cinéma d'animation »  : […] dessins qui forment un film de deux minutes (Fantasmagorie, 1908), Anson Dyer en Grande-Bretagne ou Victor Bergdhal en Suède. Windsor McCay, cartoonist new-yorkais glorieux, qui voyait dans l'animation un art original, pousse le contrôle du mouvement et du dessin à un point qui n'a pas été dépassé (Little Nemo,1911 […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/cinema-cinemas-paralleles-le-cinema-d-animation/#i_16950

Voir aussi

Pour citer l’article

Dominique PETITFAUX, « MCCAY WINSOR - (1867-1934) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 19 octobre 2017. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/winsor-mccay/