FEININGER LYONEL (1871-1956)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

La vie et l'œuvre de Lyonel Feininger semblent être, au premier abord, en parfaite contradiction. En effet, son périple social et historique personnel est plutôt complexe, alors que son travail pictural apparaît, au fil des décennies, marqué par une incontestable progression dans la sérénité.

Un parcours singulier

Sa famille avait quitté l'Allemagne après la révolution de 1848 pour s'installer aux États-Unis. Le peintre naît à New York en 1871 et sera poussé par ses parents, illustres musiciens, vers la pratique de la musique classique. « La musique a été la première influence marquante dans ma vie, surtout Bach. [...] Sans la musique, je pense que je n'aurais pas été peintre... » Il avait toutefois conscience du fait que la synthèse des deux expressions était vouée à l'échec.

L'architecture verticale new-yorkaise et l'activité portuaire de la métropole vont le marquer, au niveau esthétique, de manière permanente. Prismes, rectangles, diagonales transparentes, structures en acier qui s'élancent vers le ciel s'impriment dans sa mémoire. Il affirmera que, dès l'âge de cinq ans, il dessinait des sujets perçus dans New York et élaborés par son imagination. Ses parents l'emmènent au Metropolitan Museum, où il est saisi par des images d'architecture gothique, dont les échos vont se faire sentir dans une grande partie de son œuvre. On verra alors apparaître ces nombreuses compositions qu'on pourrait considérer comme les traces, lumineuses et transparentes, des cathédrales.

En 1887, Lyonel Feininger quitte les États-Unis pour l'Allemagne afin de poursuivre ses études musicales. L'expérience ne lui manquait pas, car il avait déjà donné un concert aux États-Unis et composé plusieurs fugues. Toutefois, arrivé en Allemagne, il décide de devenir peintre et s'inscrit à la Kunstgewerbeschule de Hambourg, puis à l'académie des Beaux-Arts de Berlin. En 1892, il est à Paris où il fréquente pendant six mois l'école de Colarossi, puis retourne à Berlin en 1893.

Pour gagner sa vie, Feininger réalise alors des affiches et de nombreuses illustrations pour des périodiques allemands et américa [...]


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 4 pages


Écrit par :

  • : professeur d'histoire de l'art à l'université de Paris-Ouest-Nanterre-La Défense

Classification


Autres références

«  FEININGER LYONEL (1871-1956)  » est également traité dans :

BAUHAUS

  • Écrit par 
  • Serge LEMOINE
  •  • 4 454 mots
  •  • 6 médias

Dans le chapitre « Une esthétique nouvelle »  : […] Gropius déclarait qu'il aurait échoué dans son entreprise si, un jour, l'on pouvait parler d'un «  Bauhausstil  ». L'optique du Bauhaus étant de n'imposer aucun cadre théorique rigide et d'accueillir des artistes venus de tous les horizons esthétiques, de l'abstraction géométrique au surréalisme, on conçoit mal qu'un style qui lui eût été propre ait pu se dégager. Le Bauhaus […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/bauhaus/#i_4123

LITTLE NEMO (W. McCay)

  • Écrit par 
  • Dominique PETITFAUX
  •  • 189 mots
  •  • 1 média

Il ne fallut pas dix ans à la bande dessinée américaine « à bulles » – née en 1896 avec The Yellow Kid de Richard Outcault – pour produire ses premiers chefs-d'œuvre, malheureusement aujourd'hui oubliés, comme The Kin-der-Kids (1906) du peintre Lyonel Feininger (1871-1956). L'œuvre la plus étonnante des années 1905-1910 est sans doute […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/little-nemo/#i_4123

ŒUVRE D'ART TOTALE

  • Écrit par 
  • Philippe JUNOD
  •  • 8 393 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Unité des arts visuels »  : […] Le deuxième sens concerne le seul domaine des arts visuels. Dans Notre-Dame de Paris (1831), Victor Hugo (1802-1885) avait reproché à l'architecture de n'avoir « plus la force de retenir les autres arts. Ils s'émancipent donc... et s'en vont chacun de leur côté. Chacun gagne à ce divorce. L'isolement grandit tout. La sculpture devient statuaire, l'imagerie devient peinture » […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/oeuvre-d-art-totale/#i_4123

Voir aussi

Pour citer l’article

Charles SALA, « FEININGER LYONEL - (1871-1956) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 12 novembre 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/lyonel-feininger/