MCCAY WINSOR (1867-1934)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

« Little Nemo », de la planche au dessin animé

C'est le 15 octobre 1905 que paraît, dans le supplément dominical du New York Herald, la première page de l'œuvre majeure de McCay, Little Nemo in Slumberland. Chaque dimanche une grande planche en couleurs, de format 40 × 56 cm, va relater les rêves d'un petit garçon, le jeune Nemo, qui se réveillera brutalement à la dernière case, tombant parfois de son lit, avant de poursuivre la semaine suivante son songe là où il l'avait laissé. Accompagné de quelques comparses, il parcourt un univers onirique, Slumberland (c'est-à-dire le « pays des songes »). McCay, rapidement considéré comme le plus grand dessinateur américain de son temps, se produit alors dans des théâtres, où il dessine ses personnages et commente ses dessins. Un premier album de Little Nemo est édité en 1906 et, en 1908, le compositeur Victor Herbert adapte la série pour en faire une opérette, qui est jouée à Broadway. Son contrat avec le New York Herald étant arrivé à son terme, McCay rejoint le New York American, propriété du magnat de la presse William Randolph Hearst, où sa série paraît de 1911 à 1914 sous le titre In the Land of Wonderful Dreams.

Winsor McCay, Little Nemo

Winsor McCay, Little Nemo

Photographie

Des cases caractéristiques de Little Nemo, une série onirique influencée par l'Art nouveau. Cases 11 à 16, 26 juillet 1908. Édition américaine 1905-1914 et 1927-1927. Édition française 1969, Pierre Horay. 

Crédits : 1969, Editions Pierre Horay

Afficher

Mais, à cette époque, McCay s'intéresse surtout à un mode d'expression encore balbutiant, le dessin animé, dont il va être un pionnier : il lui apportera une souplesse nouvelle dans les enchaînements d'images, et mettra au point la technique – qui deviendra classique – de travailler d'abord les « dessins clés » et de ne réaliser qu'ensuite les dessins intermédiaires. McCay, sans aucune aide, réalise d'abord une adaptation de Little Nemo (1911), puis How a Mosquito Operates (1912), Gertie the Dinosaur (1914), son plus grand succès, qui a nécessité 10 000 dessins, et enfin un dessin animé lié à l'actualité récente, The Sinking of the Lusitania (1918), où il présente de façon réaliste le naufrage du transatlantique américain Lusitania, torpillé en 1915 par des sous-marins allemands.

En quittant le groupe de presse de Bennett, McCay pensait trouver une plus grande liberté. Mais, même s'il fit paraître dans le Herald [...]


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 3 pages






Écrit par :

Classification


Autres références

«  MCCAY WINSOR (1867-1934)  » est également traité dans :

LITTLE NEMO (W. McCay)

  • Écrit par 
  • Dominique PETITFAUX
  •  • 189 mots
  •  • 1 média

Il ne fallut pas dix ans à la bande dessinée américaine « à bulles » – née en 1896 avec The Yellow Kid de Richard Outcault – pour produire ses premiers chefs-d'œuvre, malheureusement aujourd'hui oubliés, comme The Kin-der-Kids (1906) du peintre Lyonel Feininger (1871-1956). L'œuvre la plus étonnante des années […] Lire la suite

BANDE DESSINÉE

  • Écrit par 
  • Dominique PETITFAUX
  •  • 17 298 mots
  •  • 16 médias

Dans le chapitre « Le temps des bandes humoristiques »  : […] Le premier phénomène de masse de la bande dessinée américaine est The Katzenjammer Kids (1897) par Rudolph Dirks (1877-1968), une série sur les méfaits de deux garnements, inspirés des Max et Moritz de Wilhelm Busch (titre français : Pim Pam Poum ). La nature comique de cette bande et de celles qui suivront imposera en anglais des États-Unis le terme de comics pour désigner toute bande dessinée […] Lire la suite

CINÉMA (Cinémas parallèles) - Le cinéma d'animation

  • Écrit par 
  • Bernard GÉNIN, 
  • André MARTIN
  •  • 17 832 mots
  •  • 6 médias

Dans le chapitre « Naissance du cinéma d'animation »  : […] Dès 1905, Segundo de Chomon utilise le film et une caméra à manivelle (qui ne permet pas encore d'isoler des images uniques) en animant des lettres et des motifs dessinés par groupes de trois à huit images. L’art de l’animation ne naîtra qu’à partir du moment où l’on pourra filmer image par image, en un seul tour de manivelle (le fameux «  one turn , one picture   » américain). Ce sont les progrès […] Lire la suite

Voir aussi

Pour citer l’article

Dominique PETITFAUX, « MCCAY WINSOR - (1867-1934) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 19 février 2020. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/winsor-mccay/