MESSERSCHMITT WILLY (1898-1978)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Né à Francfort-sur-le-Main (Hesse), Willy Messerschmitt avait douze ans lorsque sa famille s'établit à Bamberg ; il s'y lie d'amitié avec Friedrich Harth, pionnier du vol à voile, avec lequel il prend son baptême de l'air.

Trop jeune pour être mobilisé lorsque la Première Guerre mondiale éclate, il construit avec succès un planeur d'après des dessins de Harth. Il rejoint l'armée en 1917 et est transféré dans l'aéronautique militaire. Après l'armistice, il continue à travailler avec Harth tout en poursuivant ses études. Les connaissances acquises lui facilitent l'accès de l'École des ingénieurs techniques de Munich où il obtient son diplôme. Le planeur S-13, premier appareil dont il fait les plans, établit un record de durée de 21 minutes. En 1923, il fonde sa propre société, la Flugzeugbau Messerschmitt, et se lance dans la fabrication de planeurs à moteur auxiliaire : les S-15 et S-16. Son premier avion, le M-17, est un monoplan biplace équipé d'un moteur de 32 chevaux qui réussit un vol au-dessus des Alpes, de Bamberg à Rome.

En 1926, son usine prend quelque importance et devient la Messerschmitt Flugzeugbau GmbH. Il obtient sa première commande de 12 appareils de transport léger de type M-18 grâce à des subsides du gouvernement de Bavière et de banques régionales. La société prend alors le nom de Bayerische Flugzeugwerke A.G., bientôt connue sous le nom de B.F.W., et s'établit à Augsbourg avec un capital de 400 000 Reichsmark. Messerschmitt n'est plus le seul à diriger, mais, malgré l'hostilité du secrétaire d'État à l'Air Erhard Milch, il conserve son indépendance et continue à construire ses propres avions, de tourisme et de commerce, pour lesquels il obtient des commandes. Son premier grand succès commercial est le Bf-108, monoplan à aile basse cantilever et fuselage métallique monocoque bientôt dénommé Taifun et accepté par la Luftwaffe comme appareil d'entraînement et de liaison. 529 de ces appareils seront construits entre 1934 et 1942. En 1936, Rudolf Hess présente lui-même l'appareil au cours d'un meeting à Berlin. La brutalité de ses figures d'acrobatie aérienne fait qu'il n'échappe que de justesse à un accident fatal. En 1939, pour son quarantième anniversaire, Messerschmitt se voit enfin nommé président-directeur général de la maison qui prend le nom de Messerschmitt A.G. Dès lors, la carrière du constructeur et sa vie même se confondent pratiquement avec l'histoire de ses réalisations. Il sait s'entourer d'ingénieurs habiles et des meilleurs pilotes. Un grand nombre d'appareils sont dessinés ; certains ne dépasseront pas l'étape du prototype et il n'est possible de signaler que les plus importants, ceux qui ont établi la réputation de Willy Messerschmitt, qui ont considérablement fait progresser l'industrie aéronautique et participé largement au duel, longtemps favorable à l'Allemagne, et dont l'enjeu était la supériorité aérienne au cours du second conflit mondial.

Le Bf-109, dont la construction commence dès 1934, et qui prendra après 1939 le nom de Me-109, est dessiné pour être le chasseur le plus léger et le plus compact autour des moteurs allemands les plus puissants de l'époque, les Junkers Jumo 210-A et Daimler Benz V-12. Il faut attendre 1937 et la guerre d'Espagne pour le voir débuter sa carrière opérationnelle au sein de la Légion Condor ; il s'y montre très supérieur aux appareils des forces républicaines. En 1939, au début de la campagne de Pologne, la Luftwaffe dispose de 1 056 Me-109, la plupart du type E ; environ 200 sont utilisés sur ce front, une trentaine prennent part à la campagne de Norvège. 850 Me-109E composant sept escadres sont employés pour la campagne de France où ils se heurtent aux appareils de l'armée de l'air, Morane-406, Bloch-152, Dewoitine-520 et Curtiss Hawk et à ceux de la Royal Air Force, surtout des Hurricane. La Luftwaffe perd environ 350 appareils par l'action de la chasse. Le 13 août 1940, jour que les Allemands considèrent comme le début de la bataille d'Angleterre, l'ordre de bataille comprend en France, Belgique et Pays-Bas, vingt-trois escadres de deux groupes de chasse chacune, soit 2 289 Me-109E. Malgré l'avantage que leur confère leur vitesse quelque peu supérieure à celle des Hurr [...]

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 3 pages

Médias de l’article

Messerschmitt Me163 B Komet

Messerschmitt Me163 B Komet
Crédits : Museum of Flight/ Corbis Historical/ Getty Images

photographie

Messerschmitt Me262

Messerschmitt Me262
Crédits : Hulton Archive/ Getty Images

photographie

Afficher les 2 médias de l'article


Écrit par :

Classification

Pour citer l’article

Jean REVEILHAC, « MESSERSCHMITT WILLY - (1898-1978) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 18 juin 2022. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/willy-messerschmitt/