HAMILTON WILLIAM ROWAN (1805-1865)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Comme celle de beaucoup de ses contemporains, l'œuvre de Hamilton est remarquable par la diversité des thèmes scientifiques traités simultanément. Il fut l'objet de son vivant des plus grands honneurs, on l'appelait le « Lagrange irlandais », et même le « Newton irlandais », et pourtant son œuvre était peu connue et rarement étudiée ; c'est pourquoi ses idées les plus originales ne furent appréciées qu'a posteriori et ne servirent pas de point de départ. Le même sort fut réservé à sa théorie des quaternions : la lutte aveugle, pendant de longues années, entre ses partisans et ses adversaires dissimule son influence profonde sur la naissance de l'algèbre moderne.

Une vocation d'astronome

William Rowan Hamilton naquit à Dublin et fut un enfant prodige. Sa carrière scientifique fut prédestinée par des études à Trinity College, à Dublin, où, à l'âge de dix-neuf ans, il terminait un travail remarquable sur l'optique. À vingt-trois ans, il devint professeur d'astronomie à Dublin et astronome royal à l'observatoire de Dunsink. Il restera toute sa vie fidèle à Dublin et à son observatoire.

L'intérêt de Hamilton pour l'optique était lié au désir d'en améliorer les instruments. Son mémoire, On caustics, écrit en 1824, contient ses principales conclusions et l'essentiel de ses idées. Le résultat le plus spectaculaire de sa théorie est la prédiction de la réfraction conique en optique, phénomène tout à fait nouveau à l'époque. Dans ses recherches sur l'optique géométrique, Hamilton considère la lumière comme un système de rayons obéissant au « principe de Fermat » ; ses études des surfaces d'onde le conduisirent à une unification des théories ondulatoires sur l'émission de la lumière. Il utilisa des résultats de géométrie réglée et certaines de ses phrases et de ses expressions préfigurent les idées de S. Lie sur les transformations de contact.

1 2 3 4 5

pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages




Écrit par :

  • : professeur à la faculté des sciences de Prague

Classification


Autres références

«  HAMILTON WILLIAM ROWAN (1805-1865)  » est également traité dans :

ALGÈBRE

  • Écrit par 
  • Jean-Luc VERLEY
  •  • 7 218 mots

Dans le chapitre « Algèbres non commutatives »  : […] Les débuts de l' algèbre non commutative apparaissent étroitement liés à l'élaboration de l'algèbre linéaire. Lorsque Hamilton considéra un nombre complexe a  +  bi comme un couple ordonné ( a ,  b ) de nombres réels, les opérations d'addition et de multiplication entre de tels couples étant celles qui sont déduites du calcul usuel sur les nombres […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/algebre/#i_24415

GRAPHES THÉORIE DES

  • Écrit par 
  • Hervé RAYNAUD
  •  • 3 646 mots
  •  • 10 médias

Dans le chapitre « Le problème de WILLIAM ROWAN (1805-1865)">Hamilton »  : […] Théorème de L. Redei . Dans un tournoi, il existe un chemin hamiltonien. Imaginons qu'un arc d'origine x et d'extrémité y signifie qu' « au cours d'un tournoi x l'a emporté sur y  ». On voit qu'à l'issue du tournoi, on pourra toujours ranger les joueurs selon un ordre total. Alors que le théorème de Redei peut se démontrer avec des moyens très s […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/theorie-des-graphes/#i_24415

LOGIQUE

  • Écrit par 
  • Robert BLANCHÉ, 
  • Jan SEBESTIK
  •  • 12 995 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « Bernard Bolzano »  : […] La logique de Bolzano, comme celle de ses prédécesseurs, est englobée dans une théorie de la science dont le but est d'explorer toutes les activités mises en œuvre dans la construction d'une science. Sa théorie de la science part donc de la logique formelle, exposée dans les deux premiers volumes de la Wissenschaftslehre (1837), suivie d'une théor […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/logique/#i_24415

NOMBRES COMPLEXES

  • Écrit par 
  • Jean-Luc VERLEY
  •  • 3 541 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Théorie arithmétique »  : […] La théorie géométrique présente l'inconvénient de subordonner toutes les propriétés algébriques des nombres complexes à des considérations géométriques qui peuvent sembler étrangères. La théorie arithmétique, due à Hamilton (1835), consiste à considérer les nombres complexes comme des couples de nombres réels et à définir la somme et le produit pa […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/nombres-complexes/#i_24415

Voir aussi

Pour citer l’article

Lubos NOVY, « HAMILTON WILLIAM ROWAN - (1805-1865) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 08 avril 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/william-rowan-hamilton/