HAMILTON WILLIAM ROWAN (1805-1865)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Les quaternions

C'est dans le domaine de l'algèbre qu'apparaît le plus clairement la tendance aux généralisations qui caractérise l'œuvre de Hamilton. De même que d'autres mathématiciens de son époque, il a cherché à construire les fondements de l'arithmétique et de l'algèbre, trouvant dans la philosophie de Kant une justification des principales difficultés qui surgissaient. Ainsi, alors que se construisent les premières géométries non euclidiennes (C. F. Gauss, J. Bolyai, N. I. Lobatchewski), il considère la géométrie comme une science s'occupant de l'espace perceptible et l'arithmétique comme une science du temps « pur ». Cette motivation philosophique influence non seulement la forme du commentaire mais régit le choix des fondements : c'est dans cet esprit qu'il introduit les nombres complexes comme des couples de nombres réels sur lesquels on a défini des opérations convenables. Dans ses travaux des années 1832 à 1835 se trouve dessiné son programme scientifique ultérieur. Mais, en contradiction avec son propre propos philosophique, il attache une grande importance à l'interprétation géométrique des nombres complexes, et c'est à partir de là qu'il cherche un calcul algébrique qui s'interpréterait dans l'espace à trois dimensions. Il n'arrive à ce but qu'en 1843, en construisant les quaternions. Dans les années qui suivent cette découverte, il se consacre à son développement et à sa diffusion, en lui trouvant des applications à divers domaines des mathématiques et de la physique.

Les quaternions de Hamilton constituent un des premiers « systèmes de vecteurs » et ont, par leurs conséquences théoriques, beaucoup contribué à l'élaboration de l'algèbre moderne. En même temps que Hamilton, d'autres mathématiciens de l'école anglaise, Gregory, Morgan, ont cherché à construire des systèmes généraux avec n unités indépendantes. Outre les premiers principes de l'algèbre linéaire, qui n'ont été présentés sous forme générale qu'en 1870 par B. Peirce, le caractère non commutatif [...]

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages

Écrit par :

  • : professeur à la faculté des sciences de Prague

Classification

Autres références

«  HAMILTON WILLIAM ROWAN (1805-1865)  » est également traité dans :

ALGÈBRE

  • Écrit par 
  • Jean-Luc VERLEY
  •  • 7 218 mots

Dans le chapitre « Algèbres non commutatives »  : […] Les débuts de l' algèbre non commutative apparaissent étroitement liés à l'élaboration de l'algèbre linéaire. Lorsque Hamilton considéra un nombre complexe a  +  bi comme un couple ordonné ( a ,  b ) de nombres réels, les opérations d'addition et de multiplication entre de tels couples étant celles qui sont déduites du calcul usuel sur les nombres complexes, il chercha en définissant une multipli […] Lire la suite

GRAPHES THÉORIE DES

  • Écrit par 
  • Hervé RAYNAUD
  •  • 3 646 mots
  •  • 10 médias

Dans le chapitre « Le problème de WILLIAM ROWAN (1805-1865)">Hamilton »  : […] Théorème de L. Redei . Dans un tournoi, il existe un chemin hamiltonien. Imaginons qu'un arc d'origine x et d'extrémité y signifie qu' « au cours d'un tournoi x l'a emporté sur y  ». On voit qu'à l'issue du tournoi, on pourra toujours ranger les joueurs selon un ordre total. Alors que le théorème de Redei peut se démontrer avec des moyens très simples et un fort support intuitif, il faut une fo […] Lire la suite

LOGIQUE

  • Écrit par 
  • Robert BLANCHÉ, 
  • Jan SEBESTIK
  •  • 12 995 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « Bernard Bolzano »  : […] La logique de Bolzano, comme celle de ses prédécesseurs, est englobée dans une théorie de la science dont le but est d'explorer toutes les activités mises en œuvre dans la construction d'une science. Sa théorie de la science part donc de la logique formelle, exposée dans les deux premiers volumes de la Wissenschaftslehre (1837), suivie d'une théorie de la connaissance et aboutissant à une heurist […] Lire la suite

NOMBRES COMPLEXES

  • Écrit par 
  • Jean-Luc VERLEY
  •  • 3 541 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Théorie arithmétique »  : […] La théorie géométrique présente l'inconvénient de subordonner toutes les propriétés algébriques des nombres complexes à des considérations géométriques qui peuvent sembler étrangères. La théorie arithmétique, due à Hamilton (1835), consiste à considérer les nombres complexes comme des couples de nombres réels et à définir la somme et le produit par des formules explicites ; nous n'insisterons pas […] Lire la suite

Voir aussi

Pour citer l’article

Lubos NOVY, « HAMILTON WILLIAM ROWAN - (1805-1865) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 07 mai 2021. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/william-rowan-hamilton/