HAMILTON WILLIAM ROWAN (1805-1865)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

La mécanique

Les idées initiales de la mécanique de Hamilton sont analogues à celles qui ont servi de base à son optique. Il s'efforce de donner aux principes fondamentaux une forme simple permettant d'édifier toute une théorie déductive. Pour cela, il modifie les principes de variations antérieurs, notamment le « principe de moindre action », et introduit ce qu'on appelle de nos jours le « principe de Hamilton ». Il se sert également d'une notion équivalente à la notion de potentiel, déjà utilisée à vrai dire par G. Green et C. F. Gauss. Indiquons enfin qu'on lui doit la forme dite « canonique » des équations de la dynamique. Les travaux de Hamilton sur la mécanique n'ont été connus de manière détaillée qu'à travers ceux qu'effectua en 1842-1843 C. Jacobi, qui a modifié un peu les conceptions de son prédécesseur.

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages

Écrit par :

  • : professeur à la faculté des sciences de Prague

Classification

Autres références

«  HAMILTON WILLIAM ROWAN (1805-1865)  » est également traité dans :

ALGÈBRE

  • Écrit par 
  • Jean-Luc VERLEY
  •  • 7 218 mots

Dans le chapitre « Algèbres non commutatives »  : […] Les débuts de l' algèbre non commutative apparaissent étroitement liés à l'élaboration de l'algèbre linéaire. Lorsque Hamilton considéra un nombre complexe a  +  bi comme un couple ordonné ( a ,  b ) de nombres réels, les opérations d'addition et de multiplication entre de tels couples étant celles qui sont déduites du calcul usuel sur les nombres complexes, il chercha en définissant une multipli […] Lire la suite

GRAPHES THÉORIE DES

  • Écrit par 
  • Hervé RAYNAUD
  •  • 3 646 mots
  •  • 10 médias

Dans le chapitre « Le problème de WILLIAM ROWAN (1805-1865)">Hamilton »  : […] Théorème de L. Redei . Dans un tournoi, il existe un chemin hamiltonien. Imaginons qu'un arc d'origine x et d'extrémité y signifie qu' « au cours d'un tournoi x l'a emporté sur y  ». On voit qu'à l'issue du tournoi, on pourra toujours ranger les joueurs selon un ordre total. Alors que le théorème de Redei peut se démontrer avec des moyens très simples et un fort support intuitif, il faut une fo […] Lire la suite

LOGIQUE

  • Écrit par 
  • Robert BLANCHÉ, 
  • Jan SEBESTIK
  •  • 12 995 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « Bernard Bolzano »  : […] La logique de Bolzano, comme celle de ses prédécesseurs, est englobée dans une théorie de la science dont le but est d'explorer toutes les activités mises en œuvre dans la construction d'une science. Sa théorie de la science part donc de la logique formelle, exposée dans les deux premiers volumes de la Wissenschaftslehre (1837), suivie d'une théorie de la connaissance et aboutissant à une heurist […] Lire la suite

NOMBRES COMPLEXES

  • Écrit par 
  • Jean-Luc VERLEY
  •  • 3 541 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Théorie arithmétique »  : […] La théorie géométrique présente l'inconvénient de subordonner toutes les propriétés algébriques des nombres complexes à des considérations géométriques qui peuvent sembler étrangères. La théorie arithmétique, due à Hamilton (1835), consiste à considérer les nombres complexes comme des couples de nombres réels et à définir la somme et le produit par des formules explicites ; nous n'insisterons pas […] Lire la suite

Voir aussi

Pour citer l’article

Lubos NOVY, « HAMILTON WILLIAM ROWAN - (1805-1865) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 09 mai 2021. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/william-rowan-hamilton/