BOYD WILLIAM (1952- )

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

De nationalité britannique, grand amoureux de la  France, où il habite (Dordogne), William Boyd est né à Accra, capitale du Ghana, le 7 mars 1952. À neuf ans, ses parents l'envoient dans le nord de l'Écosse dans une prep school, puis, à treize ans, dans une public school. Il poursuit ses études à l’université de Nice, à Glasgow et à Oxford. De 1980 à 1983, il enseigne à Oxford et publie Un Anglais sous les Tropiques (A Good Man in Africa, 1981).

Dès ce premier roman, Boyd avait été classé un peu rapidement dans un genre très britannique, celui des écrivains humoristes mettant en scène un antihéros à qui il arrive une longue suite d'incidents. C’est le cas de Morgan Leafy, premier secrétaire au consulat britannique d'une petite république ouest-africaine postcoloniale fictive, le Kinjanja, dans laquelle seuls le sexe et l'alcool peuvent le sauver d'un ennui permanent.

Le romancier britannique William Boyd

Le romancier britannique William Boyd

Photographie

Dans ses romans, William Boyd sait allier esprit satirique et virtuosité narrative. 

Crédits : Eric Fougere/ Sygma/ Getty Images

Afficher

Dès 1982, une liste publiée par le magazine Granta incluait William Boyd, aux côtés de Julian Barnes, Graham Swift, Kazuo Ishiguro, Ian McEwan et Martin Amis, parmi les meilleurs nouveaux jeunes romanciers. La suite prouva la justesse de cette prévision. La même année, Comme neige au soleil (An Ice-Cream War, 1982) se vendit dès sa sortie à 80  000 exemplaires en France (150  000 exemplaires en Angleterre).

Très rapidement, Boyd montra qu'il y avait beaucoup à découvrir sous l'apparente légèreté de l'humour et de l'ironie qui semblait le caractériser, en particulier à partir des Nouvelles Confessions (The New Confessions, 1987). Dès le titre, l’autobiographie de J.-J. Rousseau est désignée comme occupant une place centrale dans le roman. À la narration classique de l'autobiographie – celle à la première personne d'un cinéaste écossais, John James (Jean-Jacques) Todd, qui se remémore sa vie passée depuis [...]


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages


Écrit par :

Classification

Voir aussi

Pour citer l’article

François GALLIX, « BOYD WILLIAM (1952- ) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 23 novembre 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/william-boyd/