McEWAN IAN (1948-    )

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Romancier, nouvelliste et scénariste britannique, né le 21 juin 1948 à Aldershot (Angleterre).

Après avoir obtenu sa licence avec mention à l'université du Sussex en 1970, Ian Russell McEwan poursuit ses études à l'université d'East Anglia où il est l'étudiant de Malcolm Bradbury et où il obtient une maîtrise en 1971. Ses deux premiers recueils de nouvelles, First Love, Last Rites (1975, Premier amour, derniers rites ; adapté au cinéma en 1997) et In Between the Sheets (1978, Sous les draps), le font vite connaître du grand public. Tous deux mettent en scène une foule étrange de personnages grotesques, dans des récits dérangeants sur fond de perversion sexuelle, d'humour noir et d'obsessions macabres. Son style contenu et raffiné intensifie la noirceur de son humour et des sujets malsains qu'il aborde. Son premier roman, The Cement Garden (1978, Le Jardin de ciment), conte le déclin incestueux d'une fratrie d'orphelins. Dans The Comfort of Strangers (1981, Un bonheur de rencontre ; adapté au cinéma en 1990 sous le titre Étrange Séduction), les vacances à Venise d'un couple d'Anglais virent au cauchemar.

Au cours des années 1980, McEwan, qui a fondé une famille, écrit des romans moins centrés sur les déviances pour s'intéresser davantage aux rouages de la vie de famille et aux intrigues politiques. Ainsi, The Child in Time (1987, L'Enfant volé) se penche sur les conséquences d'un kidnapping sur les parents, The Innocent (1990, L'Innocent ; adapté au cinéma en 1993) porte sur l'espionnage international pendant la guerre froide, Black Dogs (1992, Les Chiens noirs) raconte l'histoire d'un homme et de son épouse qui vivent séparés depuis qu'un événement, au cours de leur lune de miel, a révélé leur incompatibilité morale absolue, tandis que The Daydreamer (1994, Le Rêveur) explore le monde imaginaire d'un garçon de dix ans. Le roman Amsterdam (1998), satire sociale qui s'inspire des premières œuvres d'Evelyn Waugh, remporte le Booker Prize en 1998. Atonement (2001, Expia [...]

1 2 3 4 5

pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages




Classification


Autres références

«  McEWAN IAN (1948- )  » est également traité dans :

ANGLAIS (ART ET CULTURE) - Littérature

  • Écrit par 
  • Elisabeth ANGEL-PEREZ, 
  • Jacques DARRAS, 
  • Jean GATTÉGNO, 
  • Vanessa GUIGNERY, 
  • Christine JORDIS, 
  • Ann LECERCLE, 
  • Mario PRAZ
  •  • 28 337 mots
  •  • 29 médias

Dans le chapitre « Décalages et marginalité »  : […] situent dans ce courant, qui rejoint celui de la speculative fiction. Beryl Bainbridge recourt au meurtre et à l'humour macabre (plutôt qu'à la colère, en laquelle nul ne croit plus) pour écorner les valeurs d'une petite bourgeoisie sclérosée (Harriet Said..., 1972). La violence a pour alternative la folie, point extrême du […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/anglais-art-et-culture-litterature/#i_43626

Pour citer l’article

« McEWAN IAN (1948-    ) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 18 novembre 2018. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/ian-mcewan/