McEWAN IAN (1948- )

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Ian McEwan, romancier, nouvelliste et scénariste britannique, est né à Aldershot en Angleterre le 21 juin 1948. Il passe une partie de son enfance à Singapour, en Libye et en Allemagne où son père, officier de l’armée britannique, est alors en poste. Après une licence à l’université du Sussex, il est l’un des premiers étudiants du master d’écriture créative fondé par Malcolm Bradbury à l’université d’East Anglia, dont sera également diplômé Kazuo Ishiguro, quelques années plus tard. Journaliste littéraire à Londres dans les années 1970, il travaille aux côtés de Martin Amis et Julian Barnes, et rencontre un succès immédiat dès ses premières publications. Très marqué dans sa jeunesse par l’œuvre de Kafka, il se définit dans un premier temps comme un écrivain existentialiste qui sonde les tréfonds de l’âme humaine, avant de s’ouvrir à d’autres horizons et de mêler dans ses romans science, littérature et peinture impitoyable de la société de son temps.

Une certaine cruauté

Au début de sa carrière, Ian McEwan se voit affublé du surnom d’Ian Macabre : ses premiers recueils de nouvelles, Premier amour, derniers rites (1975) et Sous les draps et autres nouvelles (1978), mettent en scène des personnages grotesques dans des récits dérangeants sur fond de perversion sexuelle, d’humour noir et d’obsessions malsaines. La production de sa pièce Solid Geometry (1979) est interrompue par la BBC pour cause d’obscénité, mais la suivante, The Imitation Game (1980), le distingue comme un dramaturge talentueux. Le titre de la pièce tire son nom du test de confrontation entre un être humain et l’intelligence artificielle mis en œuvre par Alan Turing, une figure qui refera surface quarante années plus tard dans Une machine comme moi (2019), roman dystopique qui met en scène un androïde aux fonctionnalités exceptionnelles. Les tout premiers romans de McEwan s’inscrivent dans la même veine sombre que ses nouvelles : Le Jardin de ciment (1978) conte la dérive incestueuse d’une fratrie d’orphelins après qu’ils ont enterré leur mère dans une cave, tandis que dans Un bonheur de rencontre (1981), les vacances à Venise d’un couple d’Anglais tournent au cauchemar. Ces ouvrages étaient le fruit de l’insatisfaction de leur auteur envers la littérature britannique de l’époque qu’il jugeait trop peu audacieuse. Mais, au début des années 1980, il ressent le besoin de changer de ton et de direction. Il écrit alors un scénario de film, The Ploughman’s Lunch (mise en scène de Richard Eyre, 1983), portrait décapant de l’Angleterre de Thatcher, et le livret de l’oratorio de Michael Berkeley, Or Shall We Die? (1983), méditation sur la crainte de la guerre nucléaire.

Lorsque McEwan revient à l’écriture romanesque, il ancre le destin tragique ou cruel de ses personnages dans un cadre historique et géographique précis. Ainsi, L’Enfant volé (1987) relate la disparition d’un enfant dans un supermarché londonien et des répercussions sur la vie de ses parents sur fond de satire de l’Angleterre thatchérienne. La période de la guerre froide et le thème de l’espionnage forment la trame de L’Innocent (1990), situé dans le Berlin d’après-guerre, et vingt ans plus tard d’Opération Sweet Tooth (2012) où l’agence de renseignement britannique entreprend de soutenir financièrement les écrivains dont l’idéologie est anti-communiste. Dans Les Chiens noirs (1992), le narrateur entreprend d’écrire l’histoire de ses beaux-parents, depuis l’occupation nazie dans le sud de la France et leur engagement communiste jusqu’à la chute du mur de Berlin.

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages

Écrit par :

  • : professeure des Universités en littérature britannique contemporaine et en littératures postcoloniales à l'École normale supérieure de Lyon, membre de l'Institut universitaire de France

Classification

Autres références

«  McEWAN IAN (1948- )  » est également traité dans :

McEWAN IAN (1948- )

  • Écrit par 
  • Universalis
  •  • 560 mots

Romancier, nouvelliste et scénariste britannique, né le 21 juin 1948 à Aldershot (Angleterre).Après avoir obtenu sa licence avec mention à l'université du Sussex en 1970, Ian Russell McEwan poursuit ses études à l'université d'East Anglia où il est l'étudiant de Malcolm Bradbury et où il obtient une maîtrise en 1971. Ses deux premiers recueils de nouvelles, First Love, Last Rites […] Lire la suite

ANGLAIS (ART ET CULTURE) - Littérature

  • Écrit par 
  • Elisabeth ANGEL-PEREZ, 
  • Jacques DARRAS, 
  • Jean GATTÉGNO, 
  • Vanessa GUIGNERY, 
  • Christine JORDIS, 
  • Ann LECERCLE, 
  • Mario PRAZ
  •  • 28 339 mots
  •  • 28 médias

Dans le chapitre « Décalages et marginalité »  : […] Entre le « développement de genres mineurs » (B. Bergonzi) et la « documentation pour chapelles », le roman anglais a pourtant trouvé un espace où évoluer. Signes de l'éclatement de la veine réaliste, certains genres ont pris une grande importance : le roman universitaire, avec David Lodge ( Changing Places , 1975 ; Small World , 1984 ; Nice Work , 1988) et Malcolm Bradbury ( The History Man , 19 […] Lire la suite

Voir aussi

Pour citer l’article

Vanessa GUIGNERY, « McEWAN IAN (1948- ) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 20 janvier 2022. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/ian-mcewan/