FURTWÄNGLER WILHELM (1886-1954)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Médias de l’article

Cinq grands chefs d'orchestre

Cinq grands chefs d'orchestre
Crédits : Hulton Getty

photographie

Wilhelm Furtwängler

Wilhelm Furtwängler
Crédits : Hulton Getty

photographie


Une gestique énigmatique

La gestique de Furtwängler est un des éléments les plus mystérieux de sa personnalité. Incompréhensible à tous ceux qui n'avaient pas l'habitude de jouer sous sa direction, elle n'était qu'un code librement élaboré dans un contexte d'échange : il savait mieux que quiconque l'importance du geste et faisait souvent reprendre l'orchestre parce qu'il avait mal battu certain passage et n'était pas parvenu, pour cette raison, au résultat escompté : « Il est absolument nécessaire que l'orchestre et le chef créent entre eux un langage de signes. Tout chef d'orchestre a une battue qui lui est propre et cette battue influence la sonorité. » Replacée dans son contexte, la gestique prétendument incompréhensible de Furtwängler s'explique aisément : ses prédécesseurs devaient se limiter à une gestique dont la base restait claire pour des raisons pédagogiques évidentes. Le surplus venait du tempérament de l'individu et d'un certain nombre d'attitudes qu'il avait pris l'habitude d'adopter après en avoir constaté l'efficacité. Chez Furtwängler, le premier stade semble réduit à sa plus simple expression. La gestique de Furtwängler peut s'expliquer par le fait qu'il ne dirigeait régulièrement qu'un petit nombre d'orchestres qui le comprenaient sans difficulté, le geste s'étant formé en fonction de ce qu'il exprimait et des réactions de ceux à qui il était destiné ; mais se limiter à cette seule explication ferait abstraction du pouvoir magique de communication qu'il possédait au plus haut degré et qui lui permettait de se faire comprendre, mystérieusement, mais aussi aisément, des orchestres français ou italiens qu'il dirigea souvent à la fin de sa vie.

La présence permanente de Wilhelm Furtwängler dans le domaine de l'interprétation musicale semble le situer hors du temps. Personne n'est parvenu à l'imiter avec succès ; seuls ceux qui se réclament de son héritage intellectuel ont pu tirer profit de sa démarche. L'histoire a prouvé que Furtwängler n'était pas ce chef démesurément lent – réputation fabriqu [...]


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 4 pages



Écrit par :

  • : chef d'orchestre, musicologue, producteur à Radio-France

Classification


Autres références

«  FURTWÄNGLER WILHELM (1886-1954)  » est également traité dans :

BARENBOIM DANIEL (1942- )

  • Écrit par 
  • Jean-Luc MACIA
  •  • 1 777 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Le chef célèbre »  : […] Même s'il continue à jouer du piano, reprenant sans cesse sonates et concertos, s'impliquant toujours dans la musique de chambre, accompagnant de grands chanteurs dans des récitals de lieder ou de mélodies – ses disques avec Dietrich Fischer-Dieskau sont admirables –, Daniel Barenboim se consacre de plus en plus à sa carrière de chef d'orchestre. Il dirige les plus grandes formations du monde. Su […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/daniel-barenboim/#i_4195

BERLIN ORCHESTRE PHILHARMONIQUE DE

  • Écrit par 
  • Alain PÂRIS
  •  • 1 293 mots
  •  • 4 médias

Fondé en 1882, l'Orchestre philharmonique de Berlin (Berliner Philharmonisches Orchester) a toujours été considéré comme l'une des meilleures et des plus prestigieuses formations symphoniques du monde. Son homogénéité, l'élan collectif qui s'en dégage reflètent dans ce qu'elle a de plus fort la tradition des orchestres allemands : discipline, insertion progressive des instrumentistes, qui gravisse […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/orchestre-philharmonique-de-berlin/#i_4195

CELIBIDACHE SERGIÙ (1912-1996)

  • Écrit par 
  • Alain PÂRIS
  •  • 1 072 mots

À une époque où les personnalités artistiques tendent à se couler dans des moules identiques, Sergiù Celibidache avait systématiquement refusé une évolution dictée par les moyens de reproduction et de communication. À sa façon, il était resté un homme d'une autre époque en refusant d'enregistrer le moindre disque en studio, la musique exigeant un renouvellement permanent et ne pouvant s'entendre […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/sergiu-celibidache/#i_4195

FESTIVALS

  • Écrit par 
  • Jean-Michel BRÈQUE, 
  • Matthieu CHÉREAU, 
  • Jean CHOLLET, 
  • Philippe DULAC, 
  • Christian MERLIN, 
  • Nicole QUENTIN-MAURER
  • , Universalis
  •  • 17 238 mots
  •  • 25 médias

Dans le chapitre « Les années Furtwängler »  : […] Le retour à la paix est marqué par une volonté de renouer avec l'esprit des fondateurs. Le premier festival de l'après-guerre, en 1945, s'ouvre par le retour au répertoire de Hofmannsthal, avec sa pièce Der Tor und der Tod , et c'est la veuve de Max Reinhardt qui met en scène Jedermann e […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/festivals/#i_4195

FLAGSTAD KIRSTEN (1895-1962)

  • Écrit par 
  • Pierre BRETON
  •  • 1 795 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Dans le rougeoiement du crépuscule »  : […] Après avoir participé avec Alexander Kipnis (Rocco) à une légendaire série de trois représentations de Fidelio que Bruno Walter dirige au Met en février et mars 1941, Kirsten Flagstad interrompt sa vie professionnelle et retourne dans son pays natal afin d'y rejoindre son second époux, Henry Johansen ; elle passera dans la Norvège occupée les dernières années de la Seconde […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/kirsten-flagstad/#i_4195

GEWANDHAUS DE LEIPZIG ORCHESTRE DU

  • Écrit par 
  • Alain PÂRIS
  •  • 1 181 mots
  •  • 4 médias

Les premières bases de ce qui allait devenir l'une des plus importantes institutions musicales allemandes remontent à 1743 lorsque se constitue à Leipzig une petite société de concerts dotée à l'origine de seize musiciens sous la direction de Johann Friedrich Gleditzch. L'arrivée à Leipzig du compositeur Johann Adam Hiller en 1754 donne un essor à cette société, dont l'orchestre atteint trente-tro […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/orchestre-du-gewandhaus-de-leipzig/#i_4195

GRÜMMER ELISABETH (1911-1986)

  • Écrit par 
  • Alain PÂRIS
  •  • 631 mots

Considérée comme l'une des plus grandes sopranos allemandes du milieu du xx e  siècle, Elisabeth Grümmer ne jouissait peut-être pas auprès des médias du même engouement qu'Elisabeth Schwarzkopf, dont le répertoire correspondait exactement au sien, mais elle faisait l'unanimité parmi les amateurs d'art lyrique et de mélodie. Elle naît le 31 mars 19 […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/elisabeth-grummer/#i_4195

ORCHESTRE DIRECTION D'

  • Écrit par 
  • Alain PÂRIS
  •  • 6 642 mots
  •  • 9 médias

Dans le chapitre « Les écoles de direction d'orchestre »  : […] Depuis l'époque où la direction d'orchestre s'est affirmée comme une discipline autonome, elle a suivi, selon les pays, des chemins différents qui sont les reflets des institutions musicales de ces pays. La France semble avoir oublié assez rapidement la technique de François Habeneck, qui reposait sur un travail approfondi. Dès le début du xx e  s […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/direction-d-orchestre/#i_4195

SCHÖNBERG ARNOLD - (repères chronologiques)

  • Écrit par 
  • Juliette GARRIGUES
  •  • 1 381 mots

13 septembre 1874 Arnold Franz Walter Schönberg naît à Vienne. Il adoptera aux États-Unis le patronyme Schoenberg. 1898 Les Deux Lieder ( Zwei Gesänge ), opus 1, pour baryton et piano, sur deux poèmes de Karl von Levetzow, sont créés par Eduard Gärtner (baryton) et leur dédicataire, Alexander von Z […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/schonberg-reperes-chronologiques/#i_4195

TOSCANINI ARTURO (1867-1957)

  • Écrit par 
  • Alain PÂRIS
  •  • 2 312 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « La consécration »  : […] Passionné par les progrès de la technique, Toscanini réalise ses premiers enregistrements en 1920, au cours d'une tournée de huit mois aux États-Unis avec l'orchestre de la Scala de Milan (en 1957, l'année de sa mort, il avait dépassé les vingt millions de disques vendus !). Sept ans plus tard, il dirige son premier concert radiodiffusé. Résolu à ne faire aucune concession au fascisme, malgré plus […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/arturo-toscanini/#i_4195

VIENNE ORCHESTRE PHILHARMONIQUE DE

  • Écrit par 
  • Alain PÂRIS
  •  • 1 174 mots
  •  • 3 médias

L’Orchestre philharmonique de Vienne (Wiener Philharmoniker) est fondé en 1842 par Otto Nicolaï — le compositeur des Joyeuses Commères de Windsor  — qui souhaitait sortir les musiciens de l'orchestre du Kärntnertortheater de leur seule condition de musiciens de fosse. Les premiers concerts se déroulent dans la Grande Salle de la Redoute sous le nom de Philharmonische Konzerte […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/orchestre-philharmonique-de-vienne/#i_4195

Pour citer l’article

Alain PÂRIS, « FURTWÄNGLER WILHELM - (1886-1954) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 14 octobre 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/wilhelm-furtwangler/