SOMBART WERNER (1863-1941)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Économiste, né à Ermsleben en Allemagne. Son père était industriel et fut élu au Reichstag où il siégea dans les rangs des nationaux-libéraux. Werner Sombart étudia le droit, l'économie, l'histoire et la philosophie à Pise, à Rome puis à Berlin, où il fut reçu docteur en 1888. D'abord secrétaire de la Chambre de commerce de Brême pendant deux ans, il fut ensuite nommé professeur extraordinaire à l'université de Breslau, mais il attendit longtemps avant d'être nommé professeur ordinaire et le couronnement tardif de sa carrière à l'université de Berlin ne doit pas dissimuler que ses œuvres furent souvent discutées, quelquefois même peu appréciées de ses collègues, et qu'il trouva le succès d'abord auprès du grand public. Esprit puissant et original, riche de connaissances immenses et variées, il était capable de vues rapides et pénétrantes plus que de constructions rigoureuses ; il séduisait ou irritait son public par l'ampleur de ses synthèses historiques, par ses opinions tranchées, quoique variables, et par son ton volontiers provocant.

En 1894, lorsque parut le troisième volume du Capital de Marx, Sombart publia une critique très admirative qui lui valut les compliments d'Engels. Mais en 1896, son livre intitulé Socialisme et mouvement social au XIXe siècle contient des critiques fort vives du socialisme en général et du marxisme en particulier. L'ouvrage connut un grand succès et fut traduit en vingt-quatre langues. La dixième édition, publiée en 1924 sous le titre : Le Socialisme prolétarien, reproduit ces critiques alors que dans le tome III du Capitalisme moderne (deuxième édition publiée en 1927, trad. franç. : L'Apogée du capitalisme) il présentait son œuvre comme la continuation, et, en un sens, comme le plein achèvement de celle de Marx. Sombart a dit lui-même avoir trouvé dans l'œuvre de ce dernier le point de départ de ses travaux personnels, mais il l'a corrigé autant qu'il l'a prolongé. Il a été influencé aussi par Wilhelm Dilthey, par Eduard Bernstein, par Max Weber avec [...]


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages


Écrit par :

  • : professeur à l'université de Paris-V, maître de conférences à l'Institut d'études politiques de Paris

Classification


Autres références

«  SOMBART WERNER (1863-1941)  » est également traité dans :

CAPITALISME - Sociologie

  • Écrit par 
  • Michel LALLEMENT
  •  • 3 508 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre «  Le capitalisme en débat »  : […] Les travaux pionniers de Karl Marx et de Max Weber n'ont pas laissé indifférents. Au premier, Immanuel Wallerstein ( Le Capitalisme historique , 1983) reproche ainsi de focaliser exclusivement son attention sur quelques pays européens. N'est-ce pas là une faute de raisonnement tant il est vrai que même les espaces dominés par le féodalisme participent aussi du phénomène capitaliste ? Hier comme au […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/capitalisme-sociologie/#i_89173

SOCIOLOGIE WEBERIENNE

  • Écrit par 
  • Isabelle KALINOWSKI
  •  • 2 389 mots

Dans le chapitre « Weber et Marx »  : […] En effet, à l'encontre de la vision d'un Weber « anti-Marx » qu'imposa en France son premier introducteur, Raymond Aron (essentiellement pour faire pièce à un marxisme qu'il désigna comme « l'opium des intellectuels » français et qu'il tenta de combattre en utilisant l'arme de la « science allemande », de son prestige et de son autorité, mais aussi de la méconnaissance qu'en avaient ses compatrio […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/sociologie-weberienne/#i_89173

Pour citer l’article

Jean-Claude LAMBERTI, « SOMBART WERNER - (1863-1941) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 05 décembre 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/werner-sombart/