WANG WEI (699 env.-env. 759)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Le poète de la nature

L'œuvre littéraire compte environ quatre cents pièces, de vers et de prose, recueillies après la mort de l'écrivain par son frère, et pour la plupart non datées. On peut classer comme poèmes de jeunesse ceux qui abordent, d'un ton conventionnel, le thème de l'injustice sociale (divorce du mérite et de la réussite) ou, avec une verve héroïque, celui des campagnes victorieuses aux frontières. Mais c'est comme poète de la nature que Wang Wei a montré une maîtrise inégalée. Chantre de la vie paysanne, par exemple dans Les Fermes du val de la Wei (Weichuan tianjia), il se montre l'héritier de Tao Qian, sans partager toutefois ni les labeurs ni les rancœurs de son devancier : Wang Wei ne fait que jouer au paysan. Ce sont « les monts et les eaux » de la nature sauvage qu'il affectionne surtout. Au milieu d'eux, il oublie les hommes, il s'oublie lui-même ; poète et paysage se confondent ; au gré de leur influence mutuelle, l'homme s'apaise tandis que la nature s'anime. Les paysages de Wang Wei ne sont pas des tableaux figés. Le poète aime au contraire les heures changeantes du crépuscule, le mouvement des nuées, des torrents et des feuillages. Loin de lui rappeler, comme à tant d'autres, le sentiment de sa propre fragilité, ces impressions fugitives le pénètrent d'aise et de quiétude. Par elles, il épouse le rythme de la vie universelle : ainsi dans le Recueil de Wangchuan (Wangchuan ji) ou dans Nuit d'automne dans la montagne (Shanju qiuming).

Wang Wei préfère le vers de cinq mots à celui de sept et le quatrain brisé (jueju) à de plus longs schémas prosodiques. À ce goût de la concision correspond celui de la simplicité. Wang Wei répudie le style recherché du grand paysagiste Xie Lingyun, et la critique traditionnelle s'extasie sur la pureté classique de son art, dont la limpidité lui paraît révéler tant de profondeur.

« Qui goûte la poésie de Mojie [appellation de Wang Wei] trouve au sein de la poésie la peinture. Qui contemple la peinture de Mojie trouve au sein de la peinture la poésie. » Cette phrase de Su Shi té [...]

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 4 pages

Écrit par :

Classification

Autres références

«  WANG WEI (699 env.-env. 759)  » est également traité dans :

CHINOISE CIVILISATION - Les arts

  • Écrit par 
  • Corinne DEBAINE-FRANCFORT, 
  • Daisy LION-GOLDSCHMIDT, 
  • Michel NURIDSANY, 
  • Madeleine PAUL-DAVID, 
  • Michèle PIRAZZOLI-t'SERSTEVENS, 
  • Pierre RYCKMANS, 
  • Alain THOTE
  •  • 54 356 mots
  •  • 41 médias

Dans le chapitre « Fresque et paysage au lavis sous les Tang »  : […] La dynastie Tang, époque puissante, luxueuse et raffinée, a dû connaître un remarquable épanouissement de la peinture, d'abondants témoignages littéraires en font foi. Mais les œuvres qui subsistent encore aujourd'hui sont rarissimes, douteuses et contradictoires, de sorte que l'étude de la peinture Tang représente dans une large mesure une discussion dans le vide. La plus robuste expression de la […] Lire la suite

PAYSAGE, peinture

  • Écrit par 
  • Eugenio BATTISTI
  •  • 6 547 mots
  •  • 5 médias

Dans le chapitre « Extrême-Orient »  : […] Le paysage chinois et, plus tardivement, le paysage japonais trouvent certainement leurs origines dans la cartographie et dans l'emploi de paysages pour décorer les palais ainsi que des paravents et de longs rouleaux peints. L'art chinois atteignit, avant même le x e  siècle après J.-C., une qualité et une variété que l'art occidental n'a réussi à atteindre que dans le cycle des Nymphéas de Monet […] Lire la suite

Voir aussi

Les derniers événements

Chine. Propagation de l’épidémie de coronavirus. 2-29 février 2020

chinoise de la Santé, Wang Hesheng, qui remplace le responsable de la commission de la Santé du Hubei limogé le 11, révise à la hausse les précédentes évaluations de la Covid-19, en raison d’une modification du mode de détection de la maladie, ce qui porte à plus de cinquante mille le nombre […] Lire la suite

Chine. Limogeage du représentant de Pékin à Hong Kong. 1er-4 janvier 2020

Le 1er, la participation de centaines de milliers de personnes à une manifestation autorisée, à Hong Kong, illustre la continuité de la mobilisation prodémocratie qui a débuté en juin 2019. Le 4, Pékin annonce le limogeage du directeur du bureau de liaison avec Hong Kong, Wang Zhimin, plus haut représentant de la Chine continentale dans la Région administrative spéciale. […] Lire la suite

Iran – États-Unis. Libération de prisonniers. 7 décembre 2019

Le ministre iranien des Affaires étrangères Mohammad Javad Zarif et le président américain Donald Trump annoncent respectivement la libération d’un chercheur sino-américain, Xiyue Wang, et d’un universitaire iranien, Massoud Soleimani. Arrêté en Iran en août 2016, Xiyue Wang avait été condamné à […] Lire la suite

Chine. Condamnation de l’avocat Wang Quanzhang. 28 janvier 2019

Un tribunal de Tianjin condamne l’avocat défenseur des droits humains Wang Quanzhang à quatre ans et demi de prison et cinq ans de déchéance de ses droits politiques pour « subversion de l’État ». Défenseur, notamment, des adeptes du mouvement religieux du Falun Gong et des paysans dépossédés de leurs terres, il avait été arrêté en août 2015 et était détenu au secret depuis cette date. […] Lire la suite

Chine. Adoption d’une série d’amendements constitutionnels. 11-18 mars 2018

la présidence, à l’unanimité, et Wang Qishan à la vice-présidence. Responsable de la lutte anticorruption à partir de novembre 2012, à la tête de la Commission centrale pour l’inspection disciplinaire du Parti communiste, ce dernier a fait condamner deux cent cinquante cadres de haut rang, ainsi que deux […] Lire la suite

Pour citer l’article

Jean-Pierre DIÉNY, Ching-lang HOU, « WANG WEI (699 env.-env. 759) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 02 février 2021. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/wang-wei-699-env-env-759/