WANG WEI (699 env.-env. 759)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Toute peinture est poésie

Au viiie siècle, au moment où la peinture chinoise de personnages et d'animaux atteint son apogée, le paysage commence à prendre son essor. Wang Wei, qui fut apprécié par ses contemporains pour sa poésie et ses talents de musicien, dut attendre plusieurs siècles pour être reconnu comme un des plus grands peintres chinois ; on lui décerna alors le titre de « Patriarche des paysagistes de l'école du Sud ».

Peu appréciée de son vivant, l'œuvre de paysagiste de Wang Wei est classée par le critique Zhu Jingxuan parmi les peintures de quatrième catégorie (sur neuf). Wu Daozi, son contemporain, est classé premier, Li Sixun et Zhang Zao, deux autres peintres paysagistes, sont classés dans la troisième catégorie. Selon le même critique, ses paysages sont influencés par Wu Daozi mais conservent toutefois une certaine originalité.

Selon un autre critique du ixe siècle, Zhang Yanyuan, son style porte la marque à la fois des Anciens et des Modernes. Le même auteur ajoute que les peintures de Wang Wei qui figurent chez les collectionneurs de l'époque, et qui représentent généralement des scènes champêtres, sont faites en partie par ses serviteurs ; la facture naïve des arbres de l'arrière-plan et la minutie excessive des détails en seraient la preuve. L'auteur apprécie particulièrement la touche vigoureuse du pinceau de l'artiste dans la peinture murale représentant la villa Wangchuan, au monastère Qingyuanshi. En outre, Zhang Yanyuan atteste avoir vu des paysages de Wang Wei peints en lavis direct, selon le procédé de l'encre brisée (pomo). Cette technique, personnelle à l'artiste et qui devient par la suite caractéristique de la peinture des lettrés, contraste avec les coloris bleu, vert et or de la famille des Li (Li Sixun et Li Zhaodao) et avec le trait vigoureux très légèrement teinté de Wu Daozi. C'est par cette technique du lavis que Wang Wei parvient à rendre les nuances et la subtilité du paysage qui l'entoure. Le fameux poète des Song, Su Shi (ou Su Dongpo), disait avec justesse de son art : « Ses peintures son [...]

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 4 pages

Écrit par :

Classification

Autres références

«  WANG WEI (699 env.-env. 759)  » est également traité dans :

CHINOISE CIVILISATION - Les arts

  • Écrit par 
  • Corinne DEBAINE-FRANCFORT, 
  • Daisy LION-GOLDSCHMIDT, 
  • Michel NURIDSANY, 
  • Madeleine PAUL-DAVID, 
  • Michèle PIRAZZOLI-t'SERSTEVENS, 
  • Pierre RYCKMANS, 
  • Alain THOTE
  •  • 54 374 mots
  •  • 43 médias

Dans le chapitre « Fresque et paysage au lavis sous les Tang »  : […] La dynastie Tang, époque puissante, luxueuse et raffinée, a dû connaître un remarquable épanouissement de la peinture, d'abondants témoignages littéraires en font foi. Mais les œuvres qui subsistent encore aujourd'hui sont rarissimes, douteuses et contradictoires, de sorte que l'étude de la peinture Tang représente dans une large mesure une discussion dans le vide. La plus robuste expression de la […] Lire la suite

PAYSAGE, peinture

  • Écrit par 
  • Eugenio BATTISTI
  •  • 6 550 mots
  •  • 6 médias

Dans le chapitre « Extrême-Orient »  : […] Le paysage chinois et, plus tardivement, le paysage japonais trouvent certainement leurs origines dans la cartographie et dans l'emploi de paysages pour décorer les palais ainsi que des paravents et de longs rouleaux peints. L'art chinois atteignit, avant même le x e  siècle après J.-C., une qualité et une variété que l'art occidental n'a réussi à atteindre que dans le cycle des Nymphéas de Monet […] Lire la suite

Voir aussi

Les derniers événements

États-Unis – Chine – Russie. Tensions diplomatiques entre l’Occident, la Chine et la Russie au sujet des droits de l’homme. 17-24 mars 2021

dénonce des « mensonges » et riposte en adoptant des mesures similaires à l’encontre de Bruxelles, Washington, Londres et Ottawa. Le 22 également, le ministre chinois des Affaires étrangères Wang Yi reçoit à Guilin (Guangxi) son homologue russe Sergueï Lavrov. Les deux hommes proposent la tenue d’un […] Lire la suite

Chine. Propagation de l’épidémie de coronavirus. 2-29 février 2020

l’épidémie de Covid-19. Le 13, le numéro deux de la commission nationale chinoise de la Santé, Wang Hesheng, qui remplace le responsable de la commission de la Santé du Hubei limogé le 11, révise à la hausse les précédentes évaluations de la Covid-19, en raison d’une modification du mode […] Lire la suite

Chine. Limogeage du représentant de Pékin à Hong Kong. 1er-4 janvier 2020

Le 1er, la participation de centaines de milliers de personnes à une manifestation autorisée, à Hong Kong, illustre la continuité de la mobilisation prodémocratie qui a débuté en juin 2019. Le 4, Pékin annonce le limogeage du directeur du bureau de liaison avec Hong Kong, Wang Zhimin, plus haut représentant de la Chine continentale dans la Région administrative spéciale. […] Lire la suite

Iran – États-Unis. Libération de prisonniers. 7 décembre 2019

Le ministre iranien des Affaires étrangères Mohammad Javad Zarif et le président américain Donald Trump annoncent respectivement la libération d’un chercheur sino-américain, Xiyue Wang, et d’un universitaire iranien, Massoud Soleimani. Arrêté en Iran en août 2016, Xiyue Wang avait été condamné à […] Lire la suite

Chine. Condamnation de l’avocat Wang Quanzhang. 28 janvier 2019

Un tribunal de Tianjin condamne l’avocat défenseur des droits humains Wang Quanzhang à quatre ans et demi de prison et cinq ans de déchéance de ses droits politiques pour « subversion de l’État ». Défenseur, notamment, des adeptes du mouvement religieux du Falun Gong et des paysans dépossédés de leurs terres, il avait été arrêté en août 2015 et était détenu au secret depuis cette date. […] Lire la suite

Pour citer l’article

Jean-Pierre DIÉNY, Ching-lang HOU, « WANG WEI (699 env.-env. 759) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 02 août 2021. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/wang-wei-699-env-env-759/