WANG MENG (1308 env.-1385)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Évolution vers une composition fermée, à structure complexe

Au cours des années 1360-1370, Wang Meng, définitivement détaché des compositions Song et ayant interprété en un sens résolument individuel et expressionniste les techniques et les motifs anciens, crée des œuvres très personnelles, caractérisées par la projection en avant de la composition, le télescopage des plans et le traitement complexe des surfaces. Retraite forestière à Juqu et Sages ermites parmi monts et rivières, deux peintures conservées au musée de Taipei (Taiwan), offrent de bons exemples de cette phase. La scène occupe tout le format ; le traitement très dense des surfaces dénote une sorte d'« horreur du vide », attitude nouvelle dans la peinture chinoise, caractéristique de Wang Meng. Les rides en fibre de chanvre (bima cun), en chanvre emmêlé (luanma cun), en poil de bœuf (niumao cun), les points noirs à l'encre « brûlée » qui escaladent les pentes et se massent dans les accidents du relief, confèrent aux formes créées par Wang Meng une vibration interne, un mouvement ondulatoire et ascendant. Cette dynamique est accentuée par le choix des formats verticaux et étroits. Contrairement aux autres peintres Yuan qui, sous l'influence de Zhao Mengfu, ont presque unanimement abandonné la couleur et concentrent leur recherche sur les « jeux d'encre », Wang Meng utilise largement la couleur pour aviver encore les contrastes de l'encre, exacerber les effets de bouillonnement des surfaces, de tension interne, qui caractérisent le style quasi baroque de ses dernières années.

Ce n'est qu'au xvie siècle, longtemps après sa mort, que Wang Meng connaîtra une célébrité méritée. Le style puissant et original de sa maturité influencera profondément Wen Zhengming (1470-1559) et ses disciples de l'école de Wu.

1 2 3 4 5

pour nos abonnés,
l’article se compose de 3 pages




Écrit par :

  • : chargée de recherche au C.N.R.S., directrice du programme Religion et société en Chine au Groupe de sociologie des religions et de la laïcité

Classification


Autres références

«  WANG MENG (1308 env.-1385)  » est également traité dans :

CHINOISE CIVILISATION - Les arts

  • Écrit par 
  • Corinne DEBAINE-FRANCFORT, 
  • Daisy LION-GOLDSCHMIDT, 
  • Michel NURIDSANY, 
  • Madeleine PAUL-DAVID, 
  • Michèle PIRAZZOLI-t'SERSTEVENS, 
  • Pierre RYCKMANS, 
  • Alain THOTE
  •  • 54 353 mots
  •  • 41 médias

Dans le chapitre « La peinture comme évasion spirituelle »  : […] L'époque Yuan, bien que relativement brève, est d'une importance considérable pour la peinture, qui connaît alors un tournant décisif. En rupture complète avec la peinture des Song du Sud, une esthétique nouvelle s'élabore, et son influence sera déterminante sur les époques Ming et Qing. L'occupation mongole voue à l'inactivité d'une retraite volontaire toute une partie de l'élite lettrée, pour qu […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/chinoise-civilisation-les-arts/#i_47665

NI ZAN [NI TSAN] (1301-1374)

  • Écrit par 
  • Pierre RYCKMANS
  •  • 1 508 mots

Dans le chapitre « Un art inimitable »  : […] La peinture de Ni Zan, pâle et austère, simple et distante, semble vraiment à l'image de son âme. Il s'était pénétré des leçons des grands paysagistes du x e siècle, Dong Yuan avant tout, le maître du paysage méridional dont s'était réclamée l'école lettrée depuis Mi Fu, et que Zhao Mengfu avait à nouveau proposé comme modèle dès le début de l'é […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/ni-zan-ni-tsan/#i_47665

SHEN ZHOU [CHEN TCHEOU] (1427-1509)

  • Écrit par 
  • Pierre RYCKMANS
  •  • 1 454 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Imitation et création »  : […] La plus grande partie de sa jeunesse fut sans doute consacrée aux études littéraires (Shen Zhou est un excellent poète) ; sa formation de peintre, lente et approfondie, fut peut-être plus tardive (la plus ancienne œuvre datée que nous connaissions de lui fut peinte à l'âge de trente-sept ans). Initié à la peinture par son père et par son oncle, il étudia d'abord les œuvres des Anciens (Tang, Cinq […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/shen-zhou-chen-tcheou/#i_47665

Voir aussi

Pour citer l’article

Caroline GYSS, « WANG MENG (1308 env.-1385) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 26 juin 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/wang-meng-1308-env-1385/