WANG ANSHI [WANG NGAN-CHE] (1021-1086)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

En 1058, alors qu'il n'est encore qu'un fonctionnaire provincial réputé pour son intégrité et son efficacité, Wang Anshi adresse au trône son Mémoire de dix mille mots (Wanyanshu), où il suggère une série de mesures pour sortir l'empire des Song d'une situation devenue fort délicate : crise sociale et fiscale, finances lourdement déficitaires, guerre avec les Xixia au nord-ouest, etc. En 1069, appelé à la cour par l'empereur Shenzong juste monté sur le trône, il tente, avec l'appui enthousiaste du jeune souverain, de mettre ses idées en application, et il va le faire avec une singulière énergie. Le train de réformes, audacieuses et controversées, qu'il lance pendant les cinq années suivantes — les « nouveaux règlements » (xinfa) — n'a pas d'équivalent avant la fin du xixe siècle. La visée n'est d'ailleurs pas sans rapports : dans les deux cas il s'agit d'« enrichir l'État et renforcer l'armée » (fu guo qiang bing) pour faire face à la crise intérieure et à la menace extérieure. L'exaltation du rôle de l'État est au cœur de la pensée de Wang Anshi, dont le texte de référence est le Rituel des Zhou, une description idéalisée du gouvernement de la dernière dynastie royale. Il s'agira donc, d'abord, de rendre la bureaucratie plus efficace et d'accroître son dévouement à l'État. Ce qui fait aussi l'originalité de cette pensée, c'est l'idéal d'une économie en expansion, poussée par l'intervention de l'État, permettant à celui-ci d'augmenter substantiellement ses prélèvements et d'accroître en retour la prospérité de la population. En dépit de la réputation qui lui sera faite par la suite, Wang n'est pourtant pas un légiste uniquement soucieux de puissance et de rendement fiscal : en bon confucéen, sa visée ultime est l'éducation du peuple et l'harmonie sociale ; mais son bref passage au pouvoir ne lui a laissé le temps que de s'attaquer aux aspects les plus immédiatement pratiques de son programme. Les principales réformes mises en route en 1069-1074 portent sur les domaines suivants :

Mesures fiscales. Une « Commission de planification des finances » est chargée de proposer des réformes et de superviser la gestion financière de l'État. Un effort de rationalisation est fait dans différents domaines. Les livraisons en nature à l'État sont réorganisées de manière à alléger les charges de la population et les coûts de transport : l'État achète, stocke et vend en fonction de ses besoins et des productions locales. Le cadastrage des terres et l'« impôt égalisé » visent à rendre l'impôt foncier plus juste et à éliminer l'évasion fiscale. La corvée est réformée : aux réquisitions par rotation pour le service du gouvernement se substitue une taxe progressive en monnaie, touchant l'ensemble de la population, et dont le produit sert à payer les agents engagés par l'administration.

Mesures d'aide économique. Outre un vaste effort pour accroître la productivité (irrigation, etc.), Wang Anshi met en place un système de prêts publics à faible intérêt pour aider les paysans pauvres à passer la soudure sans recourir à l'usure ; les prêts sont en monnaie, les remboursements en principe en grains. Cette mesure est parmi les plus impopulaires auprès des possédants. Une mesure parallèle vise à protéger les petits commerçants des spéculations des grands marchands en leur accordant des prêts, ainsi qu'à stabiliser les prix en faisant acheter leurs stocks par l'administration en cas de mévente.

Réforme de l'administration. Le personnel clérical est pourvu de salaires, contrôlé beaucoup plus étroitement qu'auparavant, et ses membres les plus méritants peuvent désormais faire carrière dans la bureaucratie régulière. Comme on l'a vu, le personnel d'exécution est désormais engagé et payé par l'administration locale (cette pratique durera jusqu'à la fin de l'empire).

Réforme du système d'enseignement. L'Académie impériale, destinée à devenir une pépinière de fonctionnaires, est agrandie et réorganisée. De nombreuses écoles sont créées dans les préfectures. L'enseignement accorde une grande place aux interprétations des classiques imposées par Wang Anshi, mais aussi aux matières concrètes (droit, administration financière, etc.). Dans les examens, les questions pratiques prennent de l'importance au détriment de l'habileté littéraire.

Défense et sécurité. La grande innovation est l'institution des baojia, groupes de surveillance mutuelle destinés à assurer la sécurité locale et, à terme, à permettre le recrutement d'une armée de conscription pour défendre l [...]

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 3 pages

Écrit par :

Classification

Autres références

«  WANG ANSHI [ WANG NGAN-CHE ] (1021-1086)  » est également traité dans :

CHINE - Histoire jusqu'en 1949

  • Écrit par 
  • Jean CHESNEAUX, 
  • Jacques GERNET
  •  • 44 695 mots
  •  • 50 médias

Dans le chapitre « Le mouvement des idées à l'époque des Song »  : […] Les transformations de tous ordres que subit le monde chinois aux x e - xi e  siècles et la fermentation intellectuelle de l'époque des Song ne sont sans doute pas sans rapports. Le xi e  siècle est, dans l'histoire de la pensée chinoise, l'un des plus féconds. Unissant, comme c'est la tendance générale à cette époque, théorie et mise en application, des réformistes s'efforcent de modifier système […] Lire la suite

CHINOISE (CIVILISATION) - Bureaucratie, gouvernement, économie

  • Écrit par 
  • Pierre-Étienne WILL
  •  • 11 003 mots

Dans le chapitre « État et économie »  : […] Cela dit, les pratiques de délégation et de sous-traitance, inévitables dans un contexte de très faible densité administrative, font aussi partie de l'arsenal bureaucratique le plus orthodoxe. On en a un bon exemple avec la formation de la future élite bureaucratique virtuellement laissée aux « académies » privées ( shuyuan ), l'État imposant sa définition de l'orthodoxie par le biais du monopole […] Lire la suite

CONFUCIUS & CONFUCIANISME

  • Écrit par 
  • ETIEMBLE
  •  • 14 467 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Formation de la doctrine »  : […] P. Demiéville a signalé que Han Yu lui-même, qui condamne sans nuance ni réserve le bouddhisme, n'aurait probablement point écrit comme il fit en faveur de la « voie » confucéenne si une littérature bouddhiste en langue vulgaire (d'où sortiront le théâtre et le roman chinois) n'avait profondément agi sur les lettres traditionnelles. De la même façon, Zhu Xi ne condamnera le bouddhisme que pour mie […] Lire la suite

DYNASTIE SONG - (repères chronologiques)

  • Écrit par 
  • Pascal BURESI
  •  • 271 mots

960 Fondation de la dynastie des Song. La capitale est installée à Kaifeng. 976 Mort du fondateur de la dynastie, Zhao Kuangyin, qui régna sous le nom de Taizu, et avènement de son jeune frère, Taizong, qui est en fait le véritable organisateur de l’Empire Song. 979 Soumission du royaume des Han du Nord. Seul le Liao des Kitan reste hors de l’Empire des Song. 1069-1076 Réformes fiscales, milit […] Lire la suite

SONG DU NORD (960-1126) & SONG DU SUD (1127-1279), dynasties chinoises

  • Écrit par 
  • Pierre-Étienne WILL
  •  • 746 mots
  •  • 3 médias

On distingue les Song du Nord (960-1126), dont la capitale est à Kaifeng et qui contrôlent toute la Chine mis à part ses marches septentrionales (empires des Liao et des Xixia) et le Sud-Ouest (royaume de Dali) ; et les Song du Sud (1127-1279), qui depuis leur capitale Hangzhou ne règnent plus que sur la Chine au sud de la Huai et sur le Sichuan. Le fondateur des Song, Zhao Kuangyin (empereur Tai […] Lire la suite

Pour citer l’article

Pierre-Étienne WILL, « WANG ANSHI [WANG NGAN-CHE] (1021-1086) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 19 mai 2022. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/wang-anshi-wang-ngan-che/