VULGATE DE SAINT JÉRÔME (391-405 env.)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Les chrétiens du monde latin ont utilisé très tôt des traductions latines de la version grecque de la Bible juive (la Septante) ainsi que du Nouveau Testament, rédigé originellement en grec. On parle à propos de ce type de traduction de Vetus latina, (« vieille latine »). Au ive siècle, cette Bible latine est jugée imparfaite. Jérôme, au cours de son séjour à Rome (382-385), avait déjà entrepris une révision de la traduction des Évangiles. Installé à Bethléem, en 386, Jérôme entend tout d'abord réviser la traduction latine de la Septante à partir des Hexaples d'Origène (Bible en six colonnes, quatre versions grecques et deux hébraïques). Ensuite, dans les années 390, il entreprend une traduction nouvelle de l'Ancien Testament à partir du texte hébreu, le seul inspiré à ses yeux. Il n'arriva pas au bout de cette traduction qui fut continuée par d'autres. Ce retour à « la vérité hébraïque », au détriment de la Septante, ne s'imposa pleinement qu'au viie siècle. Désignée à partir du xiiie siècle comme vulgata versio, « texte communément employé », la Vulgate fut déclarée traduction authentique par le concile de Trente en 1546. Elle comprend bien pour l'essentiel les traductions de Jérôme sur l'hébreu et ses révisions des Évangiles, mais également d'autres traductions latines qui ne sont pas de lui. Une version latine moderne, appelée Nova Vulgata, a été promulguée par Jean-Paul II en 1979.

Saint Jérôme dans son cabinet de travail, A. de Messine

Saint Jérôme dans son cabinet de travail, A. de Messine

photographie

Antonello de Messine (1430-1479) : Saint Jérôme dans son cabinet de travail. National Gallery, Londres. 

Crédits : Bridgeman Images

Afficher

—  Jean-Urbain COMBY

Écrit par :

  • : professeur émérite d'histoire de l'Église à la faculté de théologie de l'université catholique de Lyon

Classification


Autres références

«  VULGATE DE SAINT JÉRÔME (391-405 env.)  » est également traité dans :

BIBLE - Les traductions

  • Écrit par 
  • André PAUL
  •  • 3 150 mots

Dans le chapitre « La Vulgate »  : […] C'est après avoir entrepris de réviser la traduction latine du Nouveau Testament puis de traduire l'ensemble de l'Ancien Testament à partir du texte grec des Hexaples d'Origène que saint Jérôme, en 391 environ, reprit ce second projet mais en travaillant alors sur le texte original, hébreu ou araméen. Cette version juxta hebraica veritatem , en dépit de […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/bible-les-traductions/#i_9088

BIBLE - L'étude de la Bible

  • Écrit par 
  • André PAUL
  •  • 6 431 mots

Dans le chapitre « Causes et effets du renouveau biblique »  : […] Depuis l'Antiquité chrétienne, le fait biblique considéré du point de vue quantitatif ou littéraire avait été limité au problème disciplinaire puis dogmatique du canon des Écritures. La Bible ne fut en effet longtemps que la somme organique des livres dont la « liste », ou canon , s'était trouvée définie par l'Église. À partir du concile de Trente, ce canon fut déclaré « règl […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/bible-l-etude-de-la-bible/#i_9088

CONTRE-RÉFORME

  • Écrit par 
  • Jean DELUMEAU
  •  • 4 229 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « L'application des décisions du concile »  : […] Rome, qui n'avait pas veillé à l'application des décisions prises dans les conciles qui précédèrent celui de Trente, travailla, en revanche, à faire entrer les décrets tridentins dans la vie quotidienne. Pie IV les confirma dès le 26 janvier 1564 (les pères s'étaient séparés le 4 décembre précédent) et une bulle précisa en juillet qu'ils seraient obligatoires dans tout l'univers catholique. Deux a […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/contre-reforme/#i_9088

JÉRÔME saint (347 env.-419/20)

  • Écrit par 
  • Pierre LARDET
  •  • 3 036 mots
  •  • 1 média

Après Ambroise de Milan († 397), avant Grégoire le Grand ( vi e  s.), et avec son contemporain (et correspondant) Augustin, Jérôme appartient à ce « quatuor » des Pères latins, qui se sont vu conférer par excellence le titre de docteurs de l'Église. Seul d'entre eux, il n'avait été ni évêque ni pape. L'exception a valeur d'indice. De même la très […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/jerome/#i_9088

MOYEN ÂGE - La pensée médiévale

  • Écrit par 
  • Alain de LIBERA
  •  • 22 370 mots

Dans le chapitre « L'homme qui lit »  : […] Le premier fondement du rapport de l'homme médiéval au texte qu'il lit est à la fois matériel et psychologique : il appartient à l'histoire du livre en tant que tel. On peut le situer dans les trois ou quatre premiers siècles de l'ère chrétienne, quand le codex , « livre » formé par la réunion de cahiers de parchemin, remplace le volumen , manuscrit en f […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/moyen-age-la-pensee-medievale/#i_9088

SAMUEL LIVRES DE

  • Écrit par 
  • André PAUL
  •  • 949 mots

À l'origine, les deux Livres bibliques de Samuel ne formaient qu'une seule œuvre, une tradition erronée ayant attribué cette dernière, pour sa majeure partie du moins, au prophète dont elle porte toujours le nom (Samuel n'occupe, en fait, un rôle important que dans les quinze premiers chapitres de l'ouvrage). Pour des raisons toutes pratiques, la traduction grecque dissocia deux rouleaux de longue […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/livres-de-samuel/#i_9088

SIXTE V ou SIXTE QUINT, FELICE PERETTI (1521-1590) pape (1585-1590)

  • Écrit par 
  • André DUVAL
  •  • 290 mots

Fils d'un jardinier, entré à douze ans chez les franciscains de Montalto, ordonné prêtre en 1547, Felice Peretti se fait un nom à Rome comme prédicateur ; il y comptait parmi ses amis Ignace de Loyola et Philippe Neri. Professeur à l'université de Rome (1560), il fut élu général de son ordre (1566) et promu la même année à l'évêché de Sainte-Agathe. Pie V, dont il était le confesseur, le fit cardi […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/sixte-v-sixte-quint/#i_9088

Pour citer l’article

Jean-Urbain COMBY, « VULGATE DE SAINT JÉRÔME (391-405 env.) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 16 octobre 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/vulgate-de-saint-jerome/