VULGATE DE SAINT JÉRÔME (391-405 env.)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Les chrétiens du monde latin ont utilisé très tôt des traductions latines de la version grecque de la Bible juive (la Septante) ainsi que du Nouveau Testament, rédigé originellement en grec. On parle à propos de ce type de traduction de Vetus latina, (« vieille latine »). Au ive siècle, cette Bible latine est jugée imparfaite. Jérôme, au cours de son séjour à Rome (382-385), avait déjà entrepris une révision de la traduction des Évangiles. Installé à Bethléem, en 386, Jérôme entend tout d'abord réviser la traduction latine de la Septante à partir des Hexaples d'Origène (Bible en six colonnes, quatre versions grecques et deux hébraïques). Ensuite, dans les années 390, il entreprend une traduction nouvelle de l'Ancien Testament à partir du texte hébreu, le seul inspiré à ses yeux. Il n'arriva pas au bout de cette traduction qui fut continuée par d'autres. Ce retour à « la vérité hébraïque », au détriment de la Septante, ne s'imposa pleinement qu'au viie siècle. Désignée à partir du xiiie siècle comme vulgata versio, « texte communément employé », la Vulgate fut déclarée traduction authentique par le concile de Trente en 1546. Elle comprend bien pour l'essentiel les traductions de Jérôme sur l'hébreu et ses révisions des Évangiles, mais également d'autres traductions latines qui ne sont pas de lui. Une version latine moderne, appelée Nova Vulgata, a été promulguée par Jean-Paul II en 1979.

Saint Jérôme dans son cabinet de travail, A. de Messine

Saint Jérôme dans son cabinet de travail, A. de Messine

photographie

Antonello de Messine (1430-1479) : Saint Jérôme dans son cabinet de travail. National Gallery, Londres. 

Crédits : Bridgeman Images

Afficher

—  Jean-Urbain COMBY

Écrit par :

  • : professeur émérite d'histoire de l'Église à la faculté de théologie de l'université catholique de Lyon

Classification


Autres références

«  VULGATE DE SAINT JÉRÔME (391-405 env.)  » est également traité dans :

BIBLE - Les traductions

  • Écrit par 
  • André PAUL
  •  • 3 150 mots

Dans le chapitre « La Vulgate »  : […] Le concile de Trente a déclaré (8 avr. 1546) que « la vieille édition de la Vulgate (vetus et vulgata editio), approuvée dans l'Église par le long usage de tant de siècles, doit être tenue pour authentique dans les leçons publiques, les discussions, les prédications et les explications, et que […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/bible-les-traductions/#i_9088

BIBLE - L'étude de la Bible

  • Écrit par 
  • André PAUL
  •  • 6 431 mots

Dans le chapitre « Causes et effets du renouveau biblique »  : […] partir du concile de Trente, ce canon fut déclaré « règle de foi », le texte latin de la Vulgate étant présenté comme seul « authentique », c'est-à-dire officiel pour tout usage quel qu'il soit. On en resta là durant des siècles, jusqu'à Pie XII. Cinquante ans après la promulgation de l'encyclique de Léon XIII sur la Bible et les études bibliques […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/bible-l-etude-de-la-bible/#i_9088

CONTRE-RÉFORME

  • Écrit par 
  • Jean DELUMEAU
  •  • 4 230 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « L'application des décisions du concile »  : […] dès 1546. Bréviaire et missel romains parurent respectivement en 1568 et 1570. L'assemblée œcuménique avait déclaré la Vulgate authentique. Sa version révisée, la « Vulgate clémentine », vit le jour en 1593. La papauté faisait donc sien l'esprit de réforme qui s'était manifesté à Trente. Cette nouvelle mentalité religieuse eut cependant du mal à […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/contre-reforme/#i_9088

JÉRÔME saint (347 env.-419/20)

  • Écrit par 
  • Pierre LARDET
  •  • 3 036 mots
  •  • 1 média

orthodoxie et de considérable érudition. La Vulgate, surtout, cette Bible latine dont Jérôme établit l'Ancien Testament d'après l'hébreu et qui, vers le viie siècle, s'imposera (sauf le Psautier) à tout l'Occident, est, malgré le relatif effacement qui échoit au traducteur, […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/jerome/#i_9088

MOYEN ÂGE - La pensée médiévale

  • Écrit par 
  • Alain de LIBERA
  •  • 22 370 mots

Dans le chapitre « L'homme qui lit »  : […] dimension explicite de l'intertextualité. Si la refonte et la correction du texte de la Vulgate opérées par Étienne Langton aboutit à une nouvelle division en chapitres, qui restera en vigueur jusqu'à l'époque moderne, les divisions issues des canons d'Eusèbe, elles, disparaissent. Autrement dit, on copie plus de livres, la taille des volumes […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/moyen-age-la-pensee-medievale/#i_9088

SAMUEL LIVRES DE

  • Écrit par 
  • André PAUL
  •  • 949 mots

À l'origine, les deux Livres bibliques de Samuel ne formaient qu'une seule œuvre, une tradition erronée ayant attribué cette dernière, pour sa majeure partie du moins, au prophète dont elle porte toujours le nom (Samuel n'occupe, en fait, un rôle important que dans les quinze premiers chapitres de l'ouvrage). Pour des raisons toutes pratiques, la […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/livres-de-samuel/#i_9088

SIXTE V ou SIXTE QUINT, FELICE PERETTI (1521-1590) pape (1585-1590)

  • Écrit par 
  • André DUVAL
  •  • 290 mots

Fils d'un jardinier, entré à douze ans chez les franciscains de Montalto, ordonné prêtre en 1547, Felice Peretti se fait un nom à Rome comme prédicateur ; il y comptait parmi ses amis Ignace de Loyola et Philippe Neri. Professeur à l'université de Rome (1560), il fut élu général de son ordre (1566) et promu la même année à l […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/sixte-v-sixte-quint/#i_9088

Pour citer l’article

Jean-Urbain COMBY, « VULGATE DE SAINT JÉRÔME (391-405 env.) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 12 novembre 2018. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/vulgate-de-saint-jerome/