VOLUBILIS

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Ville antique du Maroc située près de Meknès. Adossée au massif du Zerhoun, sur les bords de l'oued Khoumane, Volubilis fut en premier lieu une ville maure comportant un élément punique ou punicisé. Jérôme Carcopino a supposé que le roi Juba II, à qui Auguste confia le royaume de Mauritanie, en fit sa capitale occidentale ; ainsi s'expliquerait notamment le fait qu'on ait retrouvé à Volubilis des œuvres d'art d'une valeur exceptionnelle pour une petite ville de province, en particulier deux bustes de bronze découverts en 1946. L'un figure Caton d'Utique, identifié par une inscription. L'autre a été interprété comme un portrait de Juba lui-même, mais ne présente aucun des caractères anthropométriques du roi, bien connus d'autre part par les bustes trouvés à Cherchell ; G. C. Picard a montré qu'il s'agit en réalité d'un portrait d'Hannibal.

Volubilis

Volubilis

photographie

La ville romaine de Volubilis, près de Meknès, au Maroc. 

Crédits : Peter Timmermans, Getty Images

Afficher

De ce passé, Volubilis n'a presque rien gardé dans le domaine architectural. À la mort de Ptolémée, fils de Juba, exécuté sur l'ordre de Caligula, son royaume avait été annexé à l'Empire. Un affranchi du roi, Aedemon, essaya d'organiser la résistance ; mais les Volubilitains prirent résolument le parti de Rome ; ils en furent récompensés par l'octroi du droit de cité. La ville fut complètement reconstruite sur le modèle romain.

Le plan, pourtant, n'est pas rigoureusement cadastré ; le forum constitue en quelque sorte un pivot autour duquel s'articulent deux quartiers : celui du nord-est, le plus riche, groupe les maisons de l'aristocratie locale.

Les monuments publics de Volubilis sont plus modestes que ceux des autres villes de l'Afrique romaine ; le plus remarquable est l'arc de triomphe dédié à Caracalla, avec un décor sculpté de style très provincial. Il était couronné par une statue impériale en bronze dont on a retrouvé quelques fragments.

Les maisons, en revanche, sont somptueuses tant par leurs aménagements hydrauliques que par leur décor ; de celui-ci ont été conservés surtout des bronzes et des mosaïques. Outre les deux bustes déjà cités, on a retrouvé une statue d'éphèbe, un chien, un vieil artisan, dont la perfection atteste une origine extérieure. En revanche, les mosaïques, d'un style très simple mais vigoureux, sont bien l'œuvre d'ateliers locaux. Elles posent d'ailleurs un problème chronologique difficile à résoudre par les analogies de sujets et de style qu'elles présentent avec celles de Piazza Armerina bien datées du ive siècle. On admet en effet que Volubilis, ainsi que l'ensemble du Maroc intérieur, fut évacué par les Romains dans les dernières années du iiie siècle.

—  Gilbert-Charles PICARD

Écrit par :

Classification


Autres références

«  VOLUBILIS  » est également traité dans :

AFRIQUE ROMAINE

  • Écrit par 
  • Noureddine HARRAZI, 
  • Claude NICOLET
  •  • 9 556 mots
  •  • 8 médias

Dans le chapitre « L'urbanisation »  : […] Mais, en définitive, la grande révolution occasionnée par Rome en Afrique fut moins le développement du commerce, qui existait déjà à l'époque punique, que le spectaculaire mouvement d'urbanisation qui s'étendit jusqu'à l'intérieur du pays. Sans doute Rome trouva-t-elle le noyau des cités puniques, non seulement les vieilles colonies alliées de Car […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/afrique-romaine/#i_29759

Pour citer l’article

Gilbert-Charles PICARD, « VOLUBILIS », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 19 février 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/volubilis/