MAČEK VLADIMIR (1879-1964)

Médias de l’article

Le prince régent Paul

Le prince régent Paul
Crédits : Hulton Getty

photographie

Autonomie croate

Autonomie croate
Crédits : Hulton Getty

photographie


Homme politique yougoslave, Vladimir Maček milite dans le Parti paysan croate qui, sous la direction de Radić, défend, après 1918, l'autonomie du pays, dans des cadres strictement légaux et parlementaires ; en 1928, à la mort de Radić, Maček devient président du Parti paysan. Il refuse de siéger à l'Assemblée nationale et réunit dans les locaux de l'ancienne Diète de Croatie les députés croates et slovènes (août 1928) pour élever une protestation contre l'État unitaire ; cette assemblée déclare nulles les obligations financières qui leur ont été imposées depuis dix ans, ainsi que l'Acte d'union de 1918, et appelle tous les Croates au combat pour une réorganisation de l'État, ce qui amène, en décembre 1928, des manifestations sanglantes à Zagreb (12 morts). En 1932, dix des personnalités politiques serbes, croates et slovènes les plus connues rédigent une déclaration, le Manifeste de Zagreb, dans laquelle elles condamnent la dictature royale, l'hégémonie serbe, etc., déclaration qui sera reprise dans le programme de Ljubljana (31 déc. 1932). Le gouvernement de Belgrade fait arrêter Maček ; les soixante-sept députés de son parti refuseront de siéger à Belgrade en 1935, lorsque, après l'assassinat du roi Alexandre, l'Assemblée nationale est à nouveau convoquée. En 1939, Maček se décide à négocier avec Mussolini, mais refuse au dernier moment de signer un projet de partage de la Yougoslavie qui eût assuré l'indépendance croate et donné la Dalmatie à l'Italie (mai 1939). La situation internationale contraindra le régent Paul à régler la question croate. Le président du Conseil, Tsvetković, et Maček signent un accord, le 26 août 1939, qui octroie l'autonomie interne à la Croatie et réaffirme l'égalité de tous les peuples yougoslaves ; cinq Croates entrent dans le cabinet yougoslave, et Maček devient vice-président du Conseil, poste qu'il occupe jusqu'en 1941. Grâce à son intransigeance, il avait obtenu un règlement acceptable de la question croate. Après l'effondrement de l'État yougoslave, il est arrêté par les oustachis.

Le prince régent Paul

Le prince régent Paul

photographie

Paul, prince régent de Yougoslavie, saluant Hitler, vers 1936. 

Crédits : Hulton Getty

Afficher

Autonomie croate

Autonomie croate

photographie

Le 26 août 1939, Dragisa Tsvetkovic (1893-1969), président du Conseil yougoslave, et Vladko Macek (1879-1934), leader croate, signent un accord qui octroie une certaine autonomie à la Croatie. 

Crédits : Hulton Getty

Afficher

—  Jean BÉRENGER

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Écrit par :

  • : professeur émérite à l'université de Paris-IV-Sorbonne

Classification


Autres références

«  MACEK VLADIMIR (1879-1964)  » est également traité dans :

KARAGEORGEVIĆ PAUL (1893-1976)

  • Écrit par 
  • Marie-Paule CANAPA
  •  • 731 mots

croates, le régent se sépara de Stojadinovič en février 1939 ; il chargea D. Cvetkovič de rechercher un accord avec Maček, le chef du Parti paysan croate, avec lequel lui-même avait eu des contacts antérieurement. En août 1939 fut créée une banovine de Croatie englobant une partie de la Bosnie et dotée d'une certaine autonomie, et Maček entra au […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/paul-karageorgevic/#i_46435

YOUGOSLAVIE

  • Écrit par 
  • Christophe CHICLET, 
  • Catherine LUTARD, 
  • Robert PHILIPPOT
  • , Universalis
  •  • 15 190 mots
  •  • 16 médias

Dans le chapitre « Le royaume de Yougoslavie (1929-1941) »  : […] Le roi s'irrite de cette intransigeance. Il fait arrêter et condamner en 1933 le docteur Maček, successeur de Radić à la tête du Parti paysan. Faute grave, car Maček représentait un élément modéré par rapport au nouvel extrémisme croate qui se développe alors dans les milieux étudiants et bourgeois autour de meneurs tels qu'Ante Pavelić […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/yougoslavie/#i_46435

Pour citer l’article

Jean BÉRENGER, « MAČEK VLADIMIR - (1879-1964) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 24 septembre 2017. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/vladimir-macek/