TATLINE VLADIMIR EVGRAFOVITCH (1885-1953)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

La révolution constructiviste

Dans les années qui suivent la révolution de 1917, Tatline s'impose auprès de l'opinion publique comme le père et l'instigateur du constructivisme. S'ils ne nous sont plus connus aujourd'hui que par des photographies et des descriptions parcellaires, les « reliefs angulaires » qu'il crée en 1915 dénotent un usage radicalement nouveau de la matière qui est un des fondements du constructivisme, mouvement dominant l'art soviétique des années 1920. Le terme faktoura permet de rendre compte de ce rapport nouveau à la « matière-texture » : étant donné que « les matériaux ont chacun leurs formes caractéristiques », selon les mots de Nikolaï Pounine, un des meilleurs exégètes de l'artiste, le créateur n'est plus un démiurge imposant une forme idéale à une matière amorphe mais un constructeur qui synthétise des énergies potentielles et met en tension les virtualités formelles des matériaux les plus variés. Le projet de Monument à la IIIe Internationale, commandé à l'artiste en 1919 dans l'esprit d'effervescence qui caractérise les premières années du régime communiste, concrétise cet élan plastique inédit. L'œuvre, qu'on peut rapprocher de certaines sculptures de la fin du xixe siècle, comme la Tour du travail de Rodin (1890), marque l'union en un seul édifice d'une « forme purement créatrice et d'une forme utilitaire ». Jamais réalisé, le projet eut un retentissement considérable. Haut de près de 5 mètres, le premier modèle réduit du bâtiment est composé de contreplaqué, fer blanc, papier huilé, ficelle et peinture à l'huile. Il est suivi de deux autres versions dont l'une est présentée à l'Exposition internationale des arts décoratifs et industriels modernes à Paris, en 1925, et l'autre lors de la fête du 1er mai 1925 à Leningrad. Tatline souhaite démontrer « qu'il n'y a pas de peinture sans compréhension spatiale et plastique de la forme, pas de sculpture sans culture architectonique et picturale, pas d'architecture sans peinture et espace ». Et l'artiste de conclure : « L'architecte, le peintre et le sculpteur doivent pour une part égale pa [...]

Monument à la IIIe Internationale, V. E. Tatline

Monument à la IIIe Internationale, V. E. Tatline

Photographie

Vladimir E. Tatline, Monument à la IIIe Internationale, maquette conçue en 1920. Bois, acier, verre et peinture. Hauteur: 465 cm, diamètre: 336 cm. Musée d'art moderne, Stockholm. 

Crédits : Moderna Museet, Stockolm

Afficher


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 3 pages



Médias de l’article

Le Poissonnier, V. E. Tatline

Le Poissonnier, V. E. Tatline
Crédits : Bridgeman Images

photographie

Monument à la IIIe Internationale, V. E. Tatline

Monument à la IIIe Internationale, V. E. Tatline
Crédits : Moderna Museet, Stockolm

photographie





Écrit par :

  • : professeur d'histoire et de théorie de l'art contemporain à l'université de Paris-VIII

Classification


Autres références

«  TATLINE VLADIMIR EVGRAFOVITCH (1885-1953)  » est également traité dans :

CONSTRUCTIVISME

  • Écrit par 
  • Andréi NAKOV
  •  • 3 374 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Le rôle des sculpteurs Gabo et Tatline »  : […] Un des « ingénieurs » les plus inspirés de la pensée constructiviste – le sculpteur russe Naum Gabo (1890-1977) – écrit que le cubisme n'a été pour lui qu'une phase préliminaire. Le cubisme parisien constitue en effet, avec le futurisme italien, la source de la réflexion des artistes russes des années 1910-1915 ; avec l'abstraction radicale de Malevitch, il leur fournit un vocabulaire riche de no […] Lire la suite

FLAVIN DAN (1933-1996)

  • Écrit par 
  • Jacinto LAGEIRA
  •  • 1 387 mots

Dans le chapitre « Un art de la lumière »  : […] Comme la plupart des artistes minimalistes, Flavin s'est souvent référé au constructivisme russe, notamment à Vladimir Tatline et son projet inabouti de Monument à la III e  Internationale, dans ses Monuments réalisés entre 1964 (date de sa première exposition à la Kaymar Gallery, New York intitulée Some Light ) et 1982. Il utilise les qualités intrinsèques des matériaux industriels en s’inspira […] Lire la suite

GABO NEEMIA PEVSNER dit NAUM (1890-1977)

  • Écrit par 
  • Yve-Alain BOIS, 
  • Universalis
  •  • 1 731 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « L'espace hors limites »  : […] La minimalité de l'effet visuel est, dans la célèbre Construction cinétique de 1920, inversement proportionnelle à la totale nouveauté de la réponse donnée à la question que posait dès 1912 (avec la Guitare de Picasso et le Développement d'une bouteille dans l'espace de Boccioni) toute la sculpture moderne : comment mettre en forme un volume sans lui conférer toujours la monumentalité pesante […] Lire la suite

SOCIALISTES ART DANS LES PAYS

  • Écrit par 
  • Robert ABIRACHED, 
  • Louis MARCORELLES, 
  • Jean-Jacques NATTIEZ
  •  • 12 580 mots
  •  • 8 médias

Dans le chapitre « Réalisme, stalinisme, jdanovisme »  : […] On se tromperait si l'on pensait que les tendances réalistes jaillirent ex nihilo après la mort de Lénine et que le réalisme socialiste naquit seulement en 1934, lors du premier Congrès des écrivains soviétiques. Théoriquement, ce qui deviendra plus tard le jdanovisme se manifesta bien avant 1917, puisque Plekhanov considérait que l'art, « moyen d'enseignement du marxisme », devait être « clair, […] Lire la suite

Pour citer l’article

Paul-Louis RINUY, « TATLINE VLADIMIR EVGRAFOVITCH - (1885-1953) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 22 mai 2020. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/vladimir-evgrafovitch-tatline/