VITAMINE E

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Connue historiquement pour son effet antiabortif chez la rate gestante, la vitamine E (alphatocophénol) a fait l'objet de nombreuses recherches depuis la mise en évidence de ses propriétés antioxydantes au niveau des membranes cellulaires et des lipoprotéines. Elles expliquent son utilisation en dermatologie pour freiner le vieillissement cutané sous l'action des radiations ultraviolettes

En novembre 1996, plusieurs études cliniques ont conduit l'American Heart Association à souligner le rôle de la vitamine E dans la prévention cardio-vasculaire. Il est vrai qu'une étude parue la même année, le C.H.A.O.S. (Cambridge Heart Antioxydant Study), a apporté une démonstration éclatante chez deux mille patients atteints d'athérosclérose coronaire : l'administration de doses importantes de vitamine E (de 270 à 540 mg/j), pendant plus de deux cents jours, réduit de 47 p. 100 la mortalité cardio-vasculaire et de 77 p. 100 le nombre des infarctus non mortels.

En réalité, la première démonstration avait été apportée en 1991 par l'équipe de Gey et al. qui avait mis en évidence une relation inverse entre mortalité cardio-vasculaire et concentrations plasmatiques en vitamine E.

Par la suite, plusieurs études de prévention primaire se sont succédé, les plus importantes confirmant le rôle bénéfique de la vitamine E, avec des supplémentations supérieures à 100 mg/j. Les quelques études apparemment discordantes montrent que des doses de l'ordre de 50 mg/j sont, en revanche, insuffisantes pour exercer un effet protecteur, notamment chez les fumeurs. La plupart des experts mondiaux s'accordent aujourd'hui sur ce point.

D'autres travaux ont relancé l'intérêt pour l'alphatocophérol dans le cadre du maintien des fonctions cognitives, l'alphatocophérol pouvant retarder la détérioration fonctionnelle chez des patients atteints de formes modérées de maladie d'Alzheimer

—  Alain MARIÉ

Écrit par :

Classification


Autres références

«  VITAMINE E  » est également traité dans :

CORPS GRAS

  • Écrit par 
  • Eugène UCCIANI
  •  • 5 064 mots
  •  • 6 médias

Dans le chapitre « Insaponifiables »  : […] À côté des acides gras et du glycérol, les corps gras renferment des constituants qui forment l'insaponifiable. On y rencontre des substances qui présentent des propriétés biologiques (stérols et tocophérols), des colorants (caroténoïdes et chlorophylle), des carbures et des alcools. On peut dire qu'un insaponifiable caractérise une huile aussi bien, sinon mieux, que ses glycérides. Les stérols […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/corps-gras/#i_35402

VITAMINES

  • Écrit par 
  • Marc PASCAUD
  •  • 4 765 mots
  •  • 7 médias

Dans le chapitre « Tocophérols, vitamines E »  : […] Les défauts de la reproduction dus à la carence vitaminique E n'affectent pas l'espèce humaine. Certains symptômes carenciels peuvent affecter le prématuré. Parmi les composés, d'origine végétale, doués d'activité vitaminique E, molécules dérivées du noyau tocol portant une chaîne latérale isoprénoïde, l'α- tocophérol est le plus actif. La molécule est susceptible d'osciller entre les structures […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/vitamines/#i_35402

Pour citer l’article

Alain MARIÉ, « VITAMINE E », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 19 octobre 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/vitamine-e/