VILLARD DE HONNECOURT (1225?-? 1250)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Personnalité de la première moitié du xiiie siècle sur laquelle la lumière n'a pas été entièrement faite, Villard de Honnecourt est célèbre auprès des historiens de l'art par le recueil de croquis, appelé à tort Album, qu'il a signé (Bibl. nat., Paris) ; il est devenu pour le grand public le symbole de l'architecte itinérant de l'époque médiévale. Son carnet résulte en réalité du rassemblement de notes prises sur des feuillets séparés et qui furent peut-être réunis par Villard lui-même. Certains dessins seraient l'œuvre de deux des propriétaires successifs du carnet. À la différence des autres recueils de dessins destinés à servir de modèles, l'Album a un caractère encyclopédique qui oblige à s'interroger sur sa véritable destinée : dessins architecturaux, dessins de figures, ornements et machines se retrouvent singulièrement mêlés sur une même page.

Le champ de l'activité de Villard s'est étendu de la Picardie à la Champagne et à la Brie avec Meaux. Il a voyagé en Suisse et en Hongrie. Dans ces dessins, il faut distinguer les œuvres d'imagination — il en existe en fait très peu — et les relevés d'édifices existants : Cambrai, Meaux, Laon, Reims, Lausanne et Chartres. Nous ne sommes donc nullement assurés que Villard ait jamais construit.

La sculpture n'occupe pas moins de place que l'architecture dans ce carnet ; mais alors que les édifices dessinés possédaient une certaine variété, toutes les sculptures représentées ont le même style, c'est-à-dire celui des années 1200 qui renoue avec l'Antiquité des liens complexes mais indéniables. Villard dessine des œuvres qui expriment sa propre sensibilité : la plupart ont d'ailleurs été exécutées d'après des œuvres existantes auxquelles il a apporté parfois une note « antiquisante » qui est la marque de son style.

—  Alain ERLANDE-BRANDENBURG

Écrit par :

Classification

Autres références

«  VILLARD DE HONNECOURT (1225?-? 1250)  » est également traité dans :

ARCHITECTURE (Thèmes généraux) - Architecture, sciences et techniques

  • Écrit par 
  • Antoine PICON
  •  • 7 905 mots
  •  • 6 médias

Dans le chapitre « Les bâtisseurs du Moyen Âge »  : […] Si l'architecture gréco-romaine avait vu se distendre quelque peu les liens entre architecture et construction, ces derniers se resserrent à nouveau au Moyen Âge. D'importance variable selon les pays, l'influence romaine se conjugue avec des apports byzantins et orientaux. Voûtes en berceau, calottes et coupoles en pierre d'une facture souvent remarquable se multiplient dans les églises romanes d […] Lire la suite

ARCHITECTURE (Thèmes généraux) - L'architecte

  • Écrit par 
  • Florent CHAMPY, 
  • Carol HEITZ, 
  • Roland MARTIN, 
  • Raymonde MOULIN, 
  • Daniel RABREAU
  •  • 16 573 mots
  •  • 10 médias

Dans le chapitre « La formation et le statut de l'architecte au Moyen Âge »  : […] De nombreux manuscrits du Moyen Âge appellent Dieu l'Architecte de l'Univers. Quelle preuve éclatante de la valeur intrinsèque qui s'attachait alors à l'art de concevoir un édifice et de l'élever ! Toutefois, la profession d'architecte est restée longtemps anonyme, régie par des règles, certes, mais laissant dans l'ombre les individualités. Rares sont au haut Moyen Âge les architectes dont les no […] Lire la suite

CISTERCIENS

  • Écrit par 
  • Marie-Madeleine DAVY, 
  • Placide DESEILLE, 
  • Anselme DIMIER
  •  • 8 633 mots
  •  • 4 médias

Dans le chapitre « Le plan « bernardin » »  : […] Parmi les plus beaux ensembles de l'architecture des Cisterciens, il faut citer l'abbaye de Fontenay , en Bourgogne, deuxième filiale de Clairvaux, fondée en 1119, près de Montbard. Le monastère est conservé dans son état primitif, hormis le réfectoire, qui a disparu. L'église, consacrée en 1147, reproduit à peu près le plan de celle de Clairvaux, construite par saint Bernard de 1135 à 1145. Sa di […] Lire la suite

PERPÉTUEL MOUVEMENT

  • Écrit par 
  • Pierre COSTABEL
  •  • 2 792 mots

Dans le chapitre « L'apparition du « perpetuum mobile » »  : […] Dans la mesure où la physique d'Aristote établit une séparation radicale entre les cieux et la Terre, on ne saurait s'étonner que l'idée du perpetuum mobile soit absente de la science grecque. Elle apparaît en Inde, aux environs de 1150, dans un poème didactique de l'astronome et mathématicien Bhāskara II ; elle se diffuse jusqu'en Europe par l'intermédiaire de l'islam avec une rapidité surprenan […] Lire la suite

Pour citer l’article

Alain ERLANDE-BRANDENBURG, « VILLARD DE HONNECOURT (1225?-? 1250) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 23 octobre 2020. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/villard-de-honnecourt/