VIGILE (fin Ve s.-555) pape (537-555)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Né à la fin du ve siècle à Rome, Vigile, de famille noble, devient diacre romain. En mars 536, il part en mission à Constantinople aux côtés du pape Agapet Ier (535-536), dans une vaine tentative pour dissuader l'empereur Justinien de se lancer à la reconquête de l'Italie. Agapet Ier meurt à Constantinople le 22 avril de la même année et Vigile entre dans les faveurs de l'impératrice Théodora, épouse de Justinien Ier. Avec son concours, il fomente la déposition du pape saint Silvère, élu le 1er (ou le 8) juin 536 à la succession d'Agapet Ier.

Sur les ordres de Théodora, le général byzantin Bélisaire entre à Rome le 9 décembre 536, dépose Silvère en mars 537 et installe Vigile comme pape le 29 mars 537. Silvère, exilé, en appelle à Justinien, mais alors qu'il regagne Rome à son retour de Constantinople, il est de nouveau déporté par Vigile, renonce au pontificat le 11 novembre 537 et meurt le 2 décembre 537. Vigile lui succède au Saint-Siège.

Deux grands chantiers attendent le nouveau pape : la restauration de Rome, mise à sac par les Ostrogoths, et une question théologique que doit trancher Justinien Ier. Au sein de l'Église d'Orient, une querelle a en effet éclaté entre la doctrine orthodoxe, consacrée par le concile de Chalcédoine (451), selon laquelle coexistent chez le Christ deux natures, l'une divine et l'autre humaine, et l'enseignement monophysite qui affirme la divinité du Christ. La question théologique se double d'enjeux politiques : si Justinien condamne le monophysisme, il s'aliènera les provinces monophysites de Syrie et d'Égypte.

En 544, l'empereur tente un compromis, en promulguant un édit qui condamne trois écrits, ou chapitres, auxquels s'opposent les monophysites. La condamnation se heurte à une vive opposition en Occident et donne le jour à la querelle des Trois Chapitre [...]


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages


Classification


Autres références

«  VIGILE (fin V e s.-555) pape (537-555)  » est également traité dans :

CONSTANTINOPLE IIe CONCILE DE (553)

  • Écrit par 
  • Pierre Thomas CAMELOT
  •  • 1 326 mots

L'histoire compliquée du II e concile de Constantinople est à situer dans la suite des querelles, théologiques et politiques, qui s'élevèrent en Orient après le concile de Chalcédoine (451). Celui-ci avait défini l'existence dans le Christ de deux natures, humaine et divine. Des partisans attardés de saint Cyrille d'Alexandrie, attachés à sa formule de l'« unique nature » […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/iie-concile-de-constantinople/#i_86406

Pour citer l’article

« VIGILE (fin Ve s.-555) pape (537-555) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 05 novembre 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/vigile-pape/