Abonnez-vous à Universalis pour 1 euro

VARSOVIE

  • Article mis en ligne le
  • Modifié le
  • Écrit par , , et

Essor d'une cité moderne

Grâce au développement des industries manufacturières, des activités bancaires et de divers autres secteurs au début du xviiie siècle, la ville lance très tôt ses premiers projets d'urbanisme. Sous le règne de Stanislas II Auguste Poniatowski (1764-1795), Varsovie devient le centre des Lumières polonaises. La première école laïque (Szkoła Rycerska) ouvre ses portes en 1765 et la commission de l'Éducation nationale est créée en 1773. Le théâtre polonais et de nombreuses imprimeries fleurissent également. Varsovie joue en outre un rôle de premier plan dans la renaissance politique polonaise (après le premier partage du pays, entre l'Autriche, la Prusse et la Russie, en 1772) lorsqu'une Constitution parlementaire est proclamée dans la ville le 3 mai 1791. L'insurrection nationale que déclenche Tadeusz Koþciuszko en 1794 lorsque la Russie et la Prusse procèdent au second partage du pays est cependant brutalement écrasée. Le troisième partage de la Pologne, entre la Russie, la Prusse et l'Autriche, en 1795, réduit Varsovie au rang de ville provinciale du sud de la Prusse.

À la suite de l'occupation de la ville par l'armée française en 1806, Napoléon crée le grand-duché de Varsovie l'année suivante. La ville retrouve ainsi son rang de capitale, mais pour peu de temps. La chute de l'empereur en 1815 sonne l'heure de l'occupation russe.

Durant le royaume du Congrès (1815-1830), formé par le Congrès de Vienne et dirigé par le tsar de Russie, la Pologne ne parvient pas à obtenir son indépendance. Varsovie apparaît alors comme le foyer de la résistance contre l'occupant. Les Polonais détiennent ainsi l'avantage lorsque l'insurrection contre l'Empire russe éclate en 1830, mais les troupes russes brisent finalement les défenses de Varsovie en 1831. Le pays sera dès lors placé sous gouvernement militaire pendant une trentaine d'années. Il continue néanmoins à enregistrer une croissance économique. Au milieu du xixe siècle, les usines textiles, les industries métallurgiques et les tanneries sont ainsi solidement implantées, tandis que la ville est devenue le centre névralgique d'un réseau ferré traversant le continent. Après de nouvelles insurrections, en janvier 1863, un gouvernement national clandestin se forme à Varsovie. La répression du mouvement conduit, en 1864, à l'abolition formelle du royaume du Congrès. Varsovie est alors rattachée au « Territoire de la Vistule », dans l'Empire russe, et une campagne de russification est lancée. Les Varsoviens abandonnent alors la politique nationale et adoptent une réaction connue sous le nom de « positivisme », visant à préserver à tout prix la culture polonaise. La ville enregistre une formidable croissance démographique, la population atteignant 756 000 habitants en 1903, et les services urbains sont largement développés. Malgré l'agitation révolutionnaire qui resurgit entre 1905 et 1907, la censure est allégée, des écoles et diverses autres institutions culturelles polonaises sont ouvertes et Varsovie connaît une renaissance culturelle. Après la Première Guerre mondiale, la ville retrouve son statut de capitale nationale.

La suite de cet article est accessible aux abonnés

  • Des contenus variés, complets et fiables
  • Accessible sur tous les écrans
  • Pas de publicité

Découvrez nos offres

Déjà abonné ? Se connecter

Écrit par

  • : professeur d'histoire de la Pologne à l'École des études slaves et est-européennes de l'université de Londres (Royaume-uni)
  • : maître de conférences en géographie à l'université de Saint Andrews, Écosse
  • : directeur du musée d'Histoire de Varsovie
  • : directrice d'études à l'École des hautes études en sciences sociales

Classification

Pour citer cet article

Norman DAVIES, Andrew H. DAWSON, Janusz DURKO et Marie-Claude MAUREL. VARSOVIE [en ligne]. In Encyclopædia Universalis. Disponible sur : (consulté le )

Article mis en ligne le et modifié le 10/02/2009

Médias

Pologne : carte administrative - crédits : Encyclopædia Universalis France

Pologne : carte administrative

La Vistule - crédits : Glen Allison/ Getty Images

La Vistule

Ghetto de Varsovie - crédits : Hulton-Deutsch Collection/ Corbis/ Getty Images

Ghetto de Varsovie

Autres références

  • MAZOVIE

    • Écrit par
    • 469 mots

    Une des principautés qui constituaient la Pologne au Moyen Âge et dont la capitale est Varsovie. À sa mort en 1138, Boleslas laissait un testament qui divisait en effet la Pologne entre ses fils. Si l'État polonais fut unifié par Ladislas Ier le Bref en 1314, la principauté de Mazovie mena...

  • POLOGNE

    • Écrit par , , , , , , et
    • 44 233 mots
    • 27 médias
    ...minières et métallurgiques, dans les métiers nouveaux (imprimerie). Si Cracovie reste le principal marché intérieur, sa prépondérance est menacée par Varsovie, qui par surcroît devient la capitale à la fin du xvie siècle. Le volume du commerce maritime de Gdańsk est en accroissement à peu près continu...
  • TREBLINKA

    • Écrit par et
    • 765 mots

    Le complexe nazi de Treblinka, situé près du village homonyme, se trouvait à 80 kilomètres au nord-est de Varsovie sur la ligne Varsovie-Bia|lystok. Il comprenait en réalité deux camps distincts. Les nazis ouvrirent d'abord un petit camp, nommé Treblinka, à 4 kilomètres de la gare du même nom...

  • VARSOVIE INSURRECTION DE (1944)

    • Écrit par
    • 897 mots
    • 2 médias

    Éclatant le 1er août 1944 et écrasée le 2 octobre 1944, l'insurrection de Varsovie est certainement l'un des faits d'armes les plus glorieux de la nation polonaise. Cette insurrection qui n'a pas son pareil dans l'histoire de la Seconde Guerre mondiale a pourtant...