Abonnez-vous à Universalis pour 1 euro

VARSOVIE

  • Article mis en ligne le
  • Modifié le
  • Écrit par , , et

La ville martyre

La population de Varsovie dépasse le million d'habitants en 1925. La croissance démographique se poursuit durant l'entre-deux-guerres malgré l'inflation, l'effondrement du commerce et l'instabilité politique. Les industries automobile et aéronautique font également leur apparition, tandis que les services urbains connaissent un nouvel essor. Varsovie devient l'un des foyers culturels de l'Europe, comme en témoigne la création de concours internationaux tels que le concours Chopin pour les pianistes (1927) et le concours Henryk Wieniawski pour les violonistes (1935).

Lorsque les troupes nazies assiègent la ville en 1939, plus de 10 000 Varsoviens trouvent la mort et plus de 50 000 sont blessés avant d'être contraints de se rendre, faute de vivres et d'eau. L'occupant nazi cherche alors à réduire Varsovie au rang de simple ville provinciale : il pille ainsi systématiquement ses trésors culturels et déporte ses habitants vers les camps de travaux forcés en Allemagne ou les camps de concentration.

La communauté juive de Varsovie est décimée. Au début du siècle, la ville pouvait se prévaloir d'être la plus grande concentration urbaine juive au monde. Les juifs de Varsovie étaient largement représentés dans la bourgeoisie et l'intelligentsia de la ville. Outre une entière liberté religieuse et politique, ils possédaient leur propre presse, un théâtre yiddish et des écoles confessionnelles. Des conflits surgissaient parfois avec le reste de la société varsovienne, mais ils n'avaient rien d'alarmant juste avant le début de la guerre.

Ghetto de Varsovie - crédits : Hulton-Deutsch Collection/ Corbis/ Getty Images

Ghetto de Varsovie

Dès leur entrée à Varsovie, les Allemands créent un ghetto où ils enferment les juifs. Des milliers d'entre eux meurent alors de maladie, de faim ou en raison des conditions de vie insalubres dues à la surpopulation, avant même que commencent les déportations vers les camps de la mort, notamment Treblinka, à la fin de 1941. Quelque 312 000 juifs sont envoyés dans les chambres à gaz pour la seule année de 1942. L'insurrection du ghetto de Varsovie, en avril 1943, au cours de laquelle plus de 60 000 juifs trouvent la mort, sera leur dernier acte de résistance héroïque face à l'imminence de l'anéantissement. La démolition par les nazis de la grande synagogue (aujourd'hui restaurée), symbolise la fin de six siècles d'histoire juive à Varsovie.

Ruines de Varsovie - crédits : Keystone/ Getty Images

Ruines de Varsovie

Vers la fin de la guerre, Varsovie devient le centre de la résistance nationale. Sachant que les troupes soviétiques approchent de la ville, l'Armia Krajowa (A.K., « Armée de l'intérieur ») se soulève à nouveau contre la garnison allemande, affaiblie, et s'apprête à remporter la victoire lorsque des renforts allemands arrivent et écrasent la résistance polonaise. L'insurrection de Varsovie, qui éclate le 1er août 1944 et est écrasée le 2 octobre, fait ainsi entre 150 000 et 180 000 victimes parmi les habitants de la ville et entraîne la destruction systématique des quartiers de la rive gauche. En tout, de 600 000 à 800 000 Varsoviens auraient trouvé la mort entre 1939 et 1944. L'armée soviétique ne trouve qu'un vaste champ de ruines lorsqu'elle arrive en 1945.

— Janusz DURKO

— Andrew H. DAWSON

— Norman DAVIES

La suite de cet article est accessible aux abonnés

  • Des contenus variés, complets et fiables
  • Accessible sur tous les écrans
  • Pas de publicité

Découvrez nos offres

Déjà abonné ? Se connecter

Écrit par

  • : professeur d'histoire de la Pologne à l'École des études slaves et est-européennes de l'université de Londres (Royaume-uni)
  • : maître de conférences en géographie à l'université de Saint Andrews, Écosse
  • : directeur du musée d'Histoire de Varsovie
  • : directrice d'études à l'École des hautes études en sciences sociales

Classification

Pour citer cet article

Norman DAVIES, Andrew H. DAWSON, Janusz DURKO et Marie-Claude MAUREL. VARSOVIE [en ligne]. In Encyclopædia Universalis. Disponible sur : (consulté le )

Article mis en ligne le et modifié le 10/02/2009

Médias

Pologne : carte administrative - crédits : Encyclopædia Universalis France

Pologne : carte administrative

La Vistule - crédits : Glen Allison/ Getty Images

La Vistule

Ghetto de Varsovie - crédits : Hulton-Deutsch Collection/ Corbis/ Getty Images

Ghetto de Varsovie

Autres références

  • MAZOVIE

    • Écrit par
    • 469 mots

    Une des principautés qui constituaient la Pologne au Moyen Âge et dont la capitale est Varsovie. À sa mort en 1138, Boleslas laissait un testament qui divisait en effet la Pologne entre ses fils. Si l'État polonais fut unifié par Ladislas Ier le Bref en 1314, la principauté de Mazovie mena...

  • POLOGNE

    • Écrit par , , , , , , et
    • 44 233 mots
    • 27 médias
    ...minières et métallurgiques, dans les métiers nouveaux (imprimerie). Si Cracovie reste le principal marché intérieur, sa prépondérance est menacée par Varsovie, qui par surcroît devient la capitale à la fin du xvie siècle. Le volume du commerce maritime de Gdańsk est en accroissement à peu près continu...
  • TREBLINKA

    • Écrit par et
    • 765 mots

    Le complexe nazi de Treblinka, situé près du village homonyme, se trouvait à 80 kilomètres au nord-est de Varsovie sur la ligne Varsovie-Bia|lystok. Il comprenait en réalité deux camps distincts. Les nazis ouvrirent d'abord un petit camp, nommé Treblinka, à 4 kilomètres de la gare du même nom...

  • VARSOVIE INSURRECTION DE (1944)

    • Écrit par
    • 897 mots
    • 2 médias

    Éclatant le 1er août 1944 et écrasée le 2 octobre 1944, l'insurrection de Varsovie est certainement l'un des faits d'armes les plus glorieux de la nation polonaise. Cette insurrection qui n'a pas son pareil dans l'histoire de la Seconde Guerre mondiale a pourtant...