URODÈLES

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Développement et métamorphose

Sauf quelques exceptions, la fécondation des urodèles est interne : les spermatozoïdes, contenus dans un spermatophore déposé par le mâle, sont saisis par les lèvres cloacales de la femelle. À l'éclosion, les larves se fixent temporairement grâce à des « balanciers » dont les extrémités produisent une sécrétion adhésive. Elles possèdent des crêtes natatoires dorsale et caudale et une dentition spéciale. Elles respirent au moyen de trois houppes branchiales. Les membres antérieurs se développent avant les postérieurs. L'élimination de la métamorphose peut être réalisée par un développement direct qui supprime la phase larvaire libre aquatique ou par la néoténie qui élimine la phase terrestre.

La phase larvaire aquatique est ainsi complètement supprimée chez Salamandra atra, qui est vivipare. Un œuf éclôt dans chaque oviducte sous forme d'une larve munie de balanciers, d'organes de la ligne latérale et de branchies. La larve se nourrit d'abord du vitellus des œufs voisins avortés, puis elle se met en relation avec la paroi de l'oviducte par l'intermédiaire des branchies externes et elle est libérée à la fin de son développement.

Chez les espèces néoténiques, la métamorphose ne se produit habituellement pas : des caractères larvaires persistent toute la vie, ainsi que le mode de vie aquatique. La néoténie est un caractère spécifique presque définitivement fixé dans le cas classique de l'axolotl qui ne se métamorphose que très rarement dans son habitat naturel. Un traitement thyroïdien permet d'obtenir des individus métamorphosés, car l'axolotl n'est que la larve néoténique d'Ambystoma tigrinum. Les causes de cette néoténie facultative sont mal connues : insuffisance quantitative de sécrétion thyroïdienne ou faible réactivité des tissus ?


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 3 pages



Médias de l’article

Salamandre tachetée

Salamandre tachetée
Crédits : Istituto Geografico De Agostini

photographie

Triton crêté

Triton crêté
Crédits : Istituto Geografico De Agostini

photographie





Écrit par :

Classification


Autres références

«  URODÈLES  » est également traité dans :

AMPHIBIENS ou BATRACIENS

  • Écrit par 
  • Pierre CLAIRAMBAULT, 
  • Philippe JANVIER, 
  • Jean-Claude RAGE
  •  • 6 161 mots
  •  • 19 médias

Dans la nature actuelle, les Amphibiens, appelés également batraciens, sont représentés par trois groupes : les Anoures (grenouilles et crapauds), les Urodèles (salamandres et tritons ) et les Gymnophiones (apodes). Ces trois groupes descendent très vraisemblablement d'un ancêtre commun qui leur est propre, ce qui fait des Amphibiens actuels un groupe monophylétique, souvent aussi désigné sous […] Lire la suite

ANOURES

  • Écrit par 
  • Pierre CLAIRAMBAULT, 
  • Philippe JANVIER
  •  • 3 591 mots
  •  • 9 médias

Dans le chapitre « Paléontologie »  : […] Le plus ancien anoure connu, Triadobatrachus , fut découvert dans le Trias inférieur de Madagascar (— 220 Ma). Il possède encore des vertèbres caudales et ses os de l'avant-bras (radius-cubitus) et de la jambe (tibia-péroné) sont encore séparés . Enfin, bien que son bassin montre déjà les modifications typiques des Anoures, le tarse est encore court, indiquant que l'adaptation au saut n'était qu' […] Lire la suite

CHYTRIDIOMYCOSE

  • Écrit par 
  • Claude MIAUD
  •  • 3 387 mots
  •  • 4 médias

Dans le chapitre « Origine et voies d’introduction des chytrides »  : […] Appartenant au même genre ( Batrachochytrium ) , ces deux espèces de champignons ont divergé il y a environ 50 millions d'années (Ma). En 2018, une analyse comparative des génomes de 234 champignons de l’espèce B .  dendrobatidis ( Bd ) collectés dans le monde entier a permis de reconstruire l’histoire évolutive de ce champignon. Les différentes lignées qui avaient déjà été identifiées ( Bd - G […] Lire la suite

FOSSILES

  • Écrit par 
  • Raymond FURON, 
  • Armand de RICQLÈS
  •  • 5 804 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Difficultés d'interprétation »  : […] L'étude de la zoologie et de la paléontologie pourrait ainsi conduire à une conclusion paradoxale. D'une certaine façon, l'immense majorité des êtres vivants actuels n'est-elle pas, après tout, constituée de fossiles vivants ? Comme on l'a déjà souligné, aucune espèce actuelle n'est l'identique d'une espèce mésozoïque ou paléozoïque – en ce sens, il n'existe pas de fossile vivant « parfait ». Mais […] Lire la suite

RÉGÉNÉRATION ET CICATRISATION

  • Écrit par 
  • Alan H. CRUICKSHANK, 
  • André PARAF, 
  • Catherine ZILLER
  •  • 6 101 mots

Dans le chapitre « Espèces à potentialités locales »  : […] Le triton, ainsi que la plupart des batraciens urodèles, régénère ses appendices (pattes et queue), sa crête, son museau, ses yeux. Chaque organe ne se régénère qu'à partir de la zone entourant son point normal d'insertion, et chacune de ces zones ne reforme que l'organe qu'elle contient normalement. C'est ainsi qu'a été définie (E. Guyénot), la notion de territoire de régénération (fig. 3a). C […] Lire la suite

Voir aussi

Pour citer l’article

Hélène FRANCILLON, Jean-Claude RAGE, « URODÈLES », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 24 mars 2020. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/urodeles/