URBANISMEUrbanisme et architecture

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

La thèse qui compare la ville à « une grande maison » – assimilant les quartiers résidentiels aux chambres à coucher, les usines et les fabriques à la cuisine, les universités et les écoles au bureau-bibliothèque, les centres représentatifs et de loisirs à la salle de séjour, les rues et les places aux corridors et aux dégagements – a été soutenue par d'illustres partisans, de Léon Battista Alberti à Louis Kahn ; mais, sans cesser d'être suggestive, elle pèche par son simplisme. Le rapport entre urbanisme et architecture ne peut être ramené à une différence quantitative ; il est à la fois plus intime et plus complexe.

L'architecture apporte à la ville la troisième dimension ; en d'autres termes, elle la réalise dans l'espace. Inversement, la trame urbaine ne détermine pas seulement les points de vue à partir desquels sont saisis les volumes architectoniques ; elle propose aussi les conditions de milieu, depuis les bruits jusqu'à la pollution atmosphérique et à la lumière, qui caractérisent la jouissance de l'édifice. Sur le plan théorique, urbanisme et architecture s'identifient : toute conception de la ville implique un langage architectural qui lui soit conforme ; et réciproquement, tout type d'architecture présuppose un discours urbain cohérent.

Cette identité fondamentale laisse cependant ouverts trois problèmes. Tout d'abord, la ville est un organisme dynamique, capable de durer des siècles et des millénaires ; elle ne meurt pas lors même que sa conception originaire s'est épuisée ; elle survit, elle lutte, elle accueille ou repousse les langages nouveaux, elle se transforme. De l'identité on passe ainsi au contraste entre ville ancienne et architecture qui tend à la modifier. Les conséquences d'un tel heurt sont, chaque fois, différentes : Florence, par exemple, demeure moyenâgeuse, bien qu'elle soit le berceau de la Renaissance ; Rome, en revanche, devient baroque, en dépit de ses grandioses vestiges antiques et des fragments que lui lèguent le Moyen Âge et la Renaissance ; Paris est une ville néo-classique, aussi chargée soit-elle de témoignages antérieurs et postérieurs.

Ce n'est pas tout. Il y a des périodes historiques où n'existe pas d'idée de la ville ; ou alors, cette idée se manifeste sous forme d'abstractions idéologiques et d'utopies formelles, sans parvenir à descendre à un niveau opératoire. L'architecture, du coup, ne peut pas se limiter à fournir la troisième dimension, elle doit, par sa force propre, orienter le développement urbain. Elle cesse d'être seulement architecture, elle assume une fonction synthétique de suppléance, elle devient « urbatecture ».

Venons-en, pour finir, à la situation actuelle. Une fois dépassée la distinction entre ville et campagne et, par là, le concept même de ville comme organisme compact et accompli, on en vient à urbaniser le territoire tout entier. Des interventions macroscopiques s'imposent, qui excèdent le rapport traditionnel d'identité ou de contraste entre urbanisme et architecture, ainsi que l'échelle des expériences d'urbatecture tentées jusqu'à ce jour. S'ouvre ainsi le panorama dramatique et passionnant des interrogations concernant la configuration globale d'un milieu propre à la société contemporaine.

Identité de l'urbanisme et de l'architecture

Pour une structure donnée de ville, il n'est pas difficile d'en connoter les composantes architectoniques, puisqu'à chaque disposition urbaine correspond un langage architectural spécifique et irremplaçable. Il suffit de penser à deux exemples extrêmes : le monde hellénique et celui du Moyen Âge.

Le décor grec est constitué, comme le disait Le Corbusier, par le « jeu savant, correct et magnifique des volumes assemblés sous la lumière ». La tâche consiste à disposer des volumes isolés de façon à en exalter la tridimensionnalité, en permettant au spectateur d'en jouir à partir de tous les points de vue, éloignés ou rapprochés, dans tous les raccourcis possibles. Ce qui signifie : confrontation directe, sans médiations, entre des créations plastiques immaculées et une nature laissée à l'état brut ; parcours dépourvus d'alignements, de coulisses et de fonds ; proportions anthropométriques, indemnes de toute volonté d'étouffer l'individu. L'urbanisme grec triomphe dans les acropoles accrochées sur les hauteurs plus que dans les agoras déployées sur la plaine car les monuments se découpent contre le ciel, sans risque de se superposer. Même dans l'urbanisme dit d'Hippodamos, fondé sur l'échiquier orthogonal, l'acropole et les édifices publics sont situés en des lieux privilégiés, précisément pour susciter une vision plurielle et dynamique des volumes.

On comprend immédiatement pourquoi le néo-grec se pose comme l'antithèse et souvent la parodie du grec. Il naît dans le cadre de la cité néo-classique fondée sur des parcours perspectifs, de grandes avenues, un réseau de rues canalisant la vision. Transformé en une église ou une banque, un temple hellénique cesse d'être un volume pur : le voici pourvu d'une façade principale, de parties latérales, d'un arrière, et soumis à une hiérarchie rigoureusement hostile à son langage ; il perd son échelle humaine, il devient rhétorique et monumental, en ce qu'il doit rivaliser avec les édifices voisins, avec les rues et les places. Si, plutôt que de respecter le rocher sacré, l'Acropole d'Athènes avait été dallée, le Parthénon lui-même paraîtrait grotesque.

Le langage hellénique n'est déjà plus utilisable dans l'architecture et l'urbanisme romains qui s'affirment dans les voûtes et les coupoles, dans les basiliques et les thermes. Un temple comme celui de Mars Ultor dans le forum d'Auguste est l'opposé du modèle grec : son volume adossé au mur du fond, suspendu sur un podium élevé, et par conséquent dirigé, reflète une vision statique, soumise à des effets scénographigues. À tel point que, dans les constructions caractéristiques du langage romain, de la villa Adriana à Tivoli au palais de Dioclétien de Split, du Panthéon au temple dit de Minerva Medica, les colonnades grecques sont supprimées, ou alors, masquées par des murs, elles ont une fonction simplement décorative.

Le continuum triomphe au Moyen Âge, et se traduit par une oblitération totale des volumes purs. Les maisons sont soudées entre elles, les monuments eux-mêmes perdent leur autonomie pour s'enraciner dans le tissu urbain. Un chef-d'œuvre comme le Palazzo Vecchio de Florence est inimaginable en dehors du site spécifique pour lequel il fut construit ; l'incroyable asymétrie de sa tour se justifie sur un registre urbain, comme conclusion d'un itinéraire qui commence au Duomo, et comme point culminant et pivotant d'une vision [...]

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 6 pages


Écrit par :

  • : professeur d'histoire de l'architecture, auteur, président du Comité international des critiques d'architecture

Classification

Autres références

«  URBANISME  » est également traité dans :

URBANISME - Théories et réalisations

  • Écrit par 
  • Françoise CHOAY
  •  • 9 916 mots
  •  • 1 média

Le terme « urbanisme » est une création récente. Il est apparu dans la langue française au cours des années 1910 pour désigner une discipline nouvelle, née des exigences spécifiques de la société industrielle. L'urbanisme se présente alors comme la science de l'organisation spatiale des villes et comporte une double face théorique et appliquée.Cette discipline s'est progressivement imposée dans le […] Lire la suite

URBANISME - Urbanisme et société

  • Écrit par 
  • Pierre GEORGE
  •  • 4 818 mots
  •  • 1 média

L'urbanisme, qui est à la fois la science et l'art de l'ordonnancement urbain, est technique en tant que science, et création sociale en tant qu'art. Il exprime la volonté d'être et de paraître d'une société. Comme tel, il est œuvre des maîtres de cette société, dont il affirme à la fois le triomphe et le goût. Mais il est aussi image de la société et de ses […] Lire la suite

URBANISME - L'urbanisme en France au XXe siècle

  • Écrit par 
  • Simon TEXIER
  •  • 10 184 mots
  •  • 3 médias

L'urbanisme comme discipline naît au début du xxe siècle ; sa pratique remonte cependant à la plus haute antiquité. L'évolution de l'urbanisme en France au xxe siècle s'inscrit donc dans une continuité, en même temps qu'elle résulte de l'intervention de nouveaux acteu […] Lire la suite

ALBERTI LEON BATTISTA (1404-1472)

  • Écrit par 
  • Frédérique LEMERLE
  •  • 3 108 mots
  •  • 8 médias

Dans le chapitre « Humanisme et architecture : le théoricien »  : […] Alberti a défini en théorie le nouvel idéal artistique de la Renaissance : son De pictura , rédigé en latin et traduit en italien par Alberti lui-même, qui le destinait aux artistes (la version italienne est d'ailleurs dédiée à Brunelleschi), exposait la théorie de la perspective qui venait de déclencher une révolution dans la peinture florentine. Dans le De statua , il développa une théorie des p […] Lire la suite

ALPHAND ADOLPHE (1817-1891)

  • Écrit par 
  • Michel VERNÈS
  • , Universalis
  •  • 1 667 mots

Ouvrir de nouveaux espaces, assainir les anciens, créer des jardins, embellir l'ensemble, tels sont les différents gestes d'une même démarche qui ont conduit à faire de Paris une capitale moderne au xix e  siècle. Jean-Charles Adolphe Alphand, paysagiste et administrateur français de haut rang, fut l'un des grands acteurs de cette révolution urbaine menée par le baron Haussmann sous le second Emp […] Lire la suite

ANGIVILLER CHARLES CLAUDE DE LA BILLARDERIE comte d' (1730-1809)

  • Écrit par 
  • Marie-Geneviève de LA COSTE-MESSELIÈRE
  •  • 610 mots

La faveur de Louis XVI vaut à d'Angiviller de remplacer, en 1774, le marquis de Marigny comme surintendant des bâtiments du roi. Ses idées sont plus personnelles que celles de son prédécesseur, mais il reconnaît la valeur de l'œuvre accomplie par lui grâce aux sages conseils dont il a su s'entourer ; d'Angiviller cherche à continuer cette action malgré « la dureté du temps » dont il se plaint et l […] Lire la suite

ANTHROPOLOGIE URBAINE

  • Écrit par 
  • Thierry BOISSIÈRE
  •  • 4 896 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Un passage fondateur par l’Afrique : des villes minières aux « Brazzavilles noires » »  : […] L’autre grande école d’anthropologie urbaine est britannique et voit le jour à la fin des années 1930 en Rhodésie du Nord (auj. Zambie), alors dominée par la Grande-Bretagne. Le Rhodes-Livingstone Institute y est fondé en 1937, avec pour mission d’étudier les changements affectant les sociétés d’Afrique australe confrontées à l’émergence rapide de villes minières et industrielles. Ces villes nouv […] Lire la suite

ARC-ET-SENANS

  • Écrit par 
  • Daniel RABREAU
  •  • 917 mots
  •  • 1 média

Réalisée entre 1775 et 1779, la manufacture des salines d'Arc-et-Senans, située en bordure du Jura, est un exemple précoce d'architecture industrielle conçue avec un souci d'esthétique . L'architecte Claude-Nicolas Ledoux y fonda en partie sa théorie de l'urbanisme et sa philosophie visionnaire de la société, dont les prolongements sont à rechercher dans sa publication L'Architecture considérée s […] Lire la suite

ARCHÉOLOGIE (Méthodes et techniques) - L'archéologie urbaine

  • Écrit par 
  • Henri GALINIÉ
  •  • 3 190 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « L'archéologie en ville ? Une prise de conscience tardive »  : […] Longtemps, l'archéologie des villes s'est cantonnée à l'étude des cités méditerranéennes antiques qui livraient des témoignages de grandes civilisations. En France, seul le littoral de la Méditerranée où se trouvaient des villes d'origine grecque ou romaine et quelques grandes villes comme Lyon, capitale des Gaules, suscitaient l'intérêt de la recherche académique. Le reste du territoire était lai […] Lire la suite

ARCHIGRAM GROUPE

  • Écrit par 
  • Yves BRUAND
  •  • 384 mots

Équipe d'architectes anglais constituée, en 1963, afin d'envisager l'urbanisme sous l'angle de la recherche prospective, Archigram fut d'abord une revue, publiée de 1961 à 1974 — neuf numéros et demi. Formé de Warren Chalk, de Dennis Crompton, de Peter Cook, de David Greene, de Michael Webb, de Ron Herron et de Peter Taylor, le groupe publie en 1967 un livre, Archigram, Seven Beyond Architecture […] Lire la suite

Voir aussi

Pour citer l’article

Bruno ZEVI, « URBANISME - Urbanisme et architecture », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 08 décembre 2021. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/urbanisme-urbanisme-et-architecture/