‘UMAR Ier ou OMAR Ier ABŪ ḤAFSA IBN AL-KHAṬTĀB (581 env.-644) calife (634-644)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Deuxième successeur du Prophète à la tête de la communauté islamique, ‘Umar Ier joue un rôle décisif dans l'expansion de l'islam et dans l'organisation de l'État musulman. D'abord fermement opposé à la prédication de Muḥammad, il change bientôt d'attitude et se fait l'un des plus fervents adeptes de l'islam, les mots du Coran comme la teneur de cette nouvelle religion étant à l'origine de sa conversion. Du vivant du Prophète, sans occuper le premier rang, il joue un rôle d'éminence grise dans les domaines politique et diplomatique. À la mort de Muḥammad en 632, il favorise l'élection d'Abū Bakr au califat, prise de position qui lui sera toujours reprochée par la tradition shī‘ite pour laquelle le califat eût dû revenir, de droit, à ‘Alī. Deux ans plus tard, Abū Bakr le désigne, avant de mourir, comme son successeur ; au cours des dix années que dure son califat, l'Islam remporte une victoire définitive sur les empires voisins. Énergie et sagesse politique caractérisent le nouveau calife qui s'entoure de brillants généraux mais maintient son autorité en jouant sur les rivalités qui s'élèvent entre ces « hommes nouveaux » et les anciens compagnons du Prophète. Dès 636, la victoire du Yarmūk met fin à la domination byzantine en Syro-Palestine, puis, en 637 et 640, les victoires de Qādisiya et de Nihavend provoquent l'écroulement de l'empire sassanide, tandis que commence la conquête de l'Égypte dont la capitale, Alexandrie, tombe en 642. L'activité du calife ne se limite pas aux campagnes ; elle s'étend aussi à l'ensemble de l'organisation politique et sociale de l'État avec la mise en place d'une armée structurée, d'une administration et d'une magistrature, avec l'institution de ce que l'on appellerait aujourd'hui une politique d'aménagement du territoire — création de villes nouvelles comme Baṣra, Kūfa, Fusṭāṭ — ou encore avec l'institution d'un statut des populations non musulmanes. C'est aussi à son califat que l'on doit une codification du pèlerinage, le choix de l'hégire comme origine [...]


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages


Écrit par :

  • : docteur ès lettres, directeur de l'Institut français d'études arabes de Damas

Classification


Autres références

«  'UMAR I er ou OMAR I er ABU HAFSA IBN AL-KHATTAB (581 env.-644) calife (634-644)  » est également traité dans :

ÉGYPTE - L'Égypte arabe

  • Écrit par 
  • Gaston WIET
  •  • 8 895 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « La conquête arabe »  : […] Au cours de l'année 638, quatrième du règne du calife Omar, six ans après la mort de Mahomet, un congrès se réunit dans une petite ville de Palestine : les généraux arabes qui venaient de s'emparer de cette région voulaient se concerter avant d'entreprendre de nouvelles opérations. Le calife était venu de Médine pour présider ce conseil de guerre, qui prit la décision d'envahir l'Égypte. Ce proje […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/egypte-l-egypte-arabe/#i_49659

EXPANSION ARABE EN AFRIQUE

  • Écrit par 
  • Pascal BURESI
  •  • 231 mots
  •  • 1 média

En 639, les Arabes prennent pied en Afrique, sept ans seulement après la mort du Prophète. En 632, les territoires contrôlés par le nouveau pouvoir musulman ne dépassaient pas les limites de la péninsule Arabique. Pourtant, les traits qui allaient caractériser l'expansion ultérieure avaient déjà été mis en place par Mahomet (ou Muḥammad). Guerre sainte, respect des chrétiens et des juifs qui accep […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/expansion-arabe-en-afrique/#i_49659

ISLAM (La religion musulmane) - Pratiques et rituels

  • Écrit par 
  • Toufic FAHD
  •  • 8 534 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Le voyage nocturne du Prophète »  : […] C'est vers 621 de l'ère chrétienne, au plus fort des persécutions que lui infligeaient les Mecquois, que Mahomet révéla à ses fidèles sa visite nocturne ( isrā’ ) à Jérusalem, monté sur le Burāq, et son ascension au ciel à partir du Rocher ( ̣sakhra ), sur lequel a été élevée la mosquée de ‘Umar. La tradition rapporte plusieurs événements qui se seraient […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/islam-la-religion-musulmane-pratiques-et-rituels/#i_49659

ISLAM (La civilisation islamique) - Islam et politique

  • Écrit par 
  • Louis GARDET, 
  • Olivier ROY
  •  • 11 478 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Les exemples de l'État de Médine et des empires »  : […] Deux exemples illustrent, aux yeux des juristes, philosophes et théologiens, les moments privilégiés de la cité musulmane : celui de l'État de Médine et celui des empires. Institué par le Prophète tout au début de l'ère hégirienne, l'État de Médine devait durer jusqu'en l'an 37, date de la bataille de Ṣiffīn, où se consommèrent les schismes. Après la mort de Muḥammad, il fut gouverné par les quat […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/islam-la-civilisation-islamique-islam-et-politique/#i_49659

Pour citer l’article

Georges BOHAS, « ‘UMAR Ier ou OMAR Ier ABŪ ḤAFSA IBN AL-KHAṬTĀB (581 env.-644) calife (634-644) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 16 octobre 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/umar-ier-omar-ier-abu-hafsa-ibn-al-khattab/