ULTRACENTRIFUGATION

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Theodor Svedberg (1884-1971) étudia, à l'université d'Uppsala, en Suède, les suspensions colloïdales formées de micelles – fines particules solides – dispersées dans une phase liquide. Pour connaître la taille moyenne des micelles (comprise entre 5 et 100 mμm), il imagina de les faire sédimenter par une force artificielle produite dans une centrifugeuse dont le rotor tourne à très grande vitesse. Les particules sédimentées étaient repérées par un dispositif optique. La première ultracentrifugeuse construite à Uppsala, en 1923, produisait une accélération centrifuge égale à 5 000 fois la force de la gravitation terrestre (g). Cette technique, appelée ultracentrifugation, permet aujourd'hui la séparation des macromolécules et des organites cellulaires (ultracentrifugation préparative fractionnée de 5 000 g à 100 000 g) ainsi que la détermination de leur masse moléculaire (ultracentrifugation analytique de l'ordre de 700 000 g). Outil précieux pour les biologistes et les biochimistes, elle est aussi appliquée à l'étude des polymères et des pétroles par exemple.

—  Paul MAZLIAK

Écrit par :

  • : professeur honoraire de biologie cellulaire, université de Paris-VI-Pierre-et-Marie-Curie

Classification

Autres références

«  ULTRACENTRIFUGATION  » est également traité dans :

BIOPHYSIQUE

  • Écrit par 
  • Claude Michel GARY-BOBO
  •  • 6 408 mots

Dans le chapitre « Investigation des structures moléculaires »  : […] La biophysique moléculaire se donne pour tâche l'étude de l'organisation spatiale des macromolécules en relation avec leurs interactions fonctionnelles dans le milieu biologique. C'est peut-être dans ce domaine que la puissance des méthodes physiques se révèle de façon le plus spectaculaire, par leur pouvoir de résolution aussi bien spatiale que temporelle ; certaines de ces méthodes mesurent de […] Lire la suite

CENTRIFUGATION

  • Écrit par 
  • Jean LEMERLE
  •  • 1 802 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Les ultracentrifugeuses »  : […] Les appareillages dont la vitesse de rotation maximale dépasse 15 000 tours par minute sont généralement appelés ultracentrifugeuses . Pour obtenir des résultats fiables, la vitesse de rotation et la température de la cellule doivent être maintenues rigoureusement constantes durant les expériences. À cet effet, les rotors tournent dans une enceinte où l'on entretient un vide poussé, la températur […] Lire la suite

NUCLÉAIRE - Cycle du combustible

  • Écrit par 
  • Bernard BOULLIS, 
  • Noël CAMARCAT
  •  • 7 074 mots
  •  • 12 médias

Dans le chapitre « L'ultracentrifugation »  : […] Appliquée en 1935, par J. W. Beams, à la séparation des isotopes du chlore, il a fallu attendre les années 1958-1960 pour voir un développement significatif de l'ultracentrifugation. Elle est alors appliquée aux isotopes de l'uranium aux États-Unis par Gernot Zippe, qui après la Seconde Guerre mondiale avait mis au point le procédé en U.R.S.S., et en République fédérale d'Allemagne par Wilhelm Gr […] Lire la suite

PRÉPARATION DES ORGANITES CELLULAIRES - (repères chronologiques)

  • Écrit par 
  • Paul MAZLIAK
  •  • 403 mots

1923 T. Svedberg (1884-1971) invente l'ultracentrifugation analytique, méthode permettant la détermination des masses moléculaires de protéines. 1935 Construction des premières ultracentrifugeuses préparatives permettant le fractionnement et l'obtention de macromolécules biologiques. 1938 Premières préparations de noyaux cellulaires, sédimentant à 600  g , pendant 10 min, à partir d'un homogéna […] Lire la suite

PROTÉINES (histoire de la notion)

  • Écrit par 
  • Pierre VIGNAIS
  • , Universalis
  •  • 2 491 mots
  •  • 4 médias

Dans le chapitre « Propriétés physico-chimiques des protéines »  : […] À la fin du xix e  siècle, un biochimiste anglais de Cambridge, William Bate Hardy, découvre que les protéines sont porteuses de charges électriques et qu'elles migrent dans un champ électrique en fonction du pH du milieu. Cette migration entre une anode et une cathode, initialement appelée « cataphorèse », sera par la suite dénommée « électrophorèse ». Les protéines sont désormais considérées co […] Lire la suite

SVEDBERG THEODOR (1884-1971)

  • Écrit par 
  • Georges BRAM, 
  • Universalis
  •  • 658 mots

Theodor Svedberg est un physico-chimiste né à Valbo, en Suède, le 30 août 1884. Brillant étudiant en physique et en chimie, il rejoint en 1904 l’université d’Uppsala, pour y étudier des substances appelées colloïdes. À cette époque, ces dernières sont alors connues pour être des protéines associées aux activités enzymatiques, mais il reste encore à savoir si les diverses protéines et enzymes sont […] Lire la suite

URANIUM

  • Écrit par 
  • Bernard BOUDOURESQUES, 
  • Jean CARALP, 
  • Jeanne LEHMANN, 
  • Jean-Louis VIGNES
  •  • 6 230 mots
  •  • 9 médias

Dans le chapitre « Enrichissement »  : […] L' uranium naturel contient 0,71 p. 100 atomique de 235 U fissile. Les réacteurs à eau ordinaire demandent de l'uranium enrichi en 235 U à environ 3 p. 100. Les explosifs nucléaires et l'alimentation des réacteurs des sous-marins nucléaires nécessitent un enrichissement qui doit dépasser 90 p. 100. Le premier uranium enrichi, destiné à la fabrication de la première bombe atomique dans le cadre du […] Lire la suite

Pour citer l’article

Paul MAZLIAK, « ULTRACENTRIFUGATION », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 25 novembre 2020. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/ultracentrifugation/