SVEDBERG THEODOR (1884-1971)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Chimiste suédois né à Valbo (Suède) et mort à Örebro. En 1907, Svedberg soutient à Uppsala une thèse de doctorat concernant l'étude des structures colloïdales, qui va constituer le grand sujet de son activité scientifique future. En 1912, il est nommé professeur dans la première chaire de chimie physique créée en Suède, à Uppsala où il fera toute sa carrière. Il s'intéresse au mouvement brownien qui entraîne des chocs incessants des particules colloïdales avec les molécules d'eau, ce qui empêche les particules colloïdales de sédimenter. La modification directe du champ de gravitation permettrait de diminuer ces collisions, mais cela n'était pas réalisable, Svedberg se tourne alors vers les techniques de centrifugation qui servaient déjà à séparer la crème du lait ou le plasma des autres éléments du sang. Cependant la très petite taille des particules colloïdales impose de mettre en œuvre des effets de centrifugation beaucoup plus importants. C'est en 1923 que Svedberg met au point une ultracentrifugeuse qui, après quelques années de perfectionnement, lui permet d'obtenir une force centrifuge 100 000 fois plus élevée que la force de gravitation terrestre. Svedberg peut ainsi réaliser la sédimentation de différents systèmes colloïdaux. La détermination de la vitesse de sédimentation lui permet de calculer la taille des particules. En 1926, Svedberg applique la technique de l’ultracentrifugation à l'étude des protéines ; ces macromolécules biologiques appartiennent par leurs tailles au domaine colloïdal et Svedberg peut ainsi obtenir la valeur des masses molaires de très nombreuses d'entre elles. Sa technique va se révéler un peu plus tard extrêmement féconde pour déterminer les masses molaires des polymères synthétiques. Svedberg reçoit le prix Nobel de chimie en 1926.

—  Georges BRAM

Écrit par :

  • : professeur à l'université de Paris-Sud-XI-Orsay

Classification


Autres références

«  SVEDBERG THEODOR (1884-1971)  » est également traité dans :

PROTÉINES (histoire de la notion)

  • Écrit par 
  • Pierre VIGNAIS
  • , Universalis
  •  • 2 491 mots
  •  • 4 médias

Dans le chapitre « Propriétés physico-chimiques des protéines »  : […] À la fin du xix e  siècle, un biochimiste anglais de Cambridge, William Bate Hardy, découvre que les protéines sont porteuses de charges électriques et qu'elles migrent dans un champ électrique en fonction du pH du milieu. Cette migration entre une anode et une cathode, initialement appelée « cataphorèse », sera par la suite dénommée « électrophorèse ». Les protéines sont désormais considérées co […] Lire la suite

ULTRACENTRIFUGATION

  • Écrit par 
  • Paul MAZLIAK
  •  • 197 mots

Theodor Svedberg (1884-1971) étudia, à l'université d'Uppsala, en Suède, les suspensions colloïdales formées de micelles – fines particules solides – dispersées dans une phase liquide. Pour connaître la taille moyenne des micelles (comprise entre 5 et 100 mμm), il imagina de les faire sédimenter par une force artificielle produite dans une centrifugeuse dont le rotor tourne à très grande vitesse. […] Lire la suite

Pour citer l’article

Georges BRAM, « SVEDBERG THEODOR - (1884-1971) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 03 juillet 2020. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/theodor-svedberg/