EULER ULF VON (1905-1983)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Médecin et biochimiste suédois. Né à Stockholm, Ulf von Euler, fils d'un lauréat du prix Nobel de chimie de 1929, Hans von Euler-Chelpin, étudie au lycée de sa ville natale puis à Karlstad et poursuit ses études de médecine au Karolinska Institute de Stockholm à partir de 1922. En 1926, il est assistant au département de pharmacologie de cet institut et travaille sur les propriétés vasomotrices du sang des fiévreux. Il soutient sa thèse de doctorat en 1930, et obtient une bourse pour travailler un an au Rockefeller Institute. Au cours de son séjour américain (1930-1931), il découvre un facteur biologique actif dans l'intestin, qui a reçu l'appellation de substance P. À son retour en Suède, il poursuit ses travaux dans cette voie et découvre la prostaglandine (1935), la pipéridine (1942) et la noradrénaline (1946). En 1946, il se rend à Buenos Aires pour travailler dans le laboratoire de B. Houssaye ; il y étudie les problèmes de l'endocrinologie et de l'hypertension rénale expérimentale. Depuis 1939, il est professeur de physiologie au Karolinska Institute ; entre 1955 et 1960, il est l'un des membres du Comité de physiologie et de médecine de la fondation Nobel ; de 1961 à 1965, il devient secrétaire de cette fondation puis président en 1966. En 1970, il partage avec Axelrod et Katz le prix Nobel de médecine pour leurs travaux en neurophysiologie. Il a montré aussi (1946) que la noradrénaline sert de substance de transmission entre le système nerveux sympathique et les fibres musculaires et qu'elle est stockée dans les extrémités nerveuses. Il démontre, en outre (1955), qu'en cas d'agression extérieure sur les fonctions vitales essentielles (battement du cœur, respiration, entre autres) le système nerveux sympathique stimule la production de molécules de noradrénaline, ce qui permet le contrôle et l'emploi des ressources de l'organisme. Cette découverte, ainsi que celle des prostaglandines, dont les propriétés endocriniennes font l'objet d'applications nombreuses (gynécologie, obstétrique notamment), sont à la base de médicaments utilisés en cardiologie, en neurologie et en psychiatrie. Il a publié : Noradrenaline (1956), Prostaglandines (en collaboration avec Eliasson, 1967) et Comparative Endocrinology (1963).

Julius Axelrod

Julius Axelrod

photographie

L'Américain Julius Axelrod (deuxième à partir de la gauche), le Suédois Ulf von Euler (à gauche) et le Britannique Bernard Katz (à droite d'Axelrod), lauréats du prix Nobel de physiologie ou médecine 1970 pour leurs travaux, menés indépendamment, sur les mécanismes de la transmission de... 

Crédits : Hulton Getty

Afficher

—  Jacqueline BROSSOLLET

Écrit par :

Classification


Autres références

«  EULER ULF VON (1905-1983)  » est également traité dans :

PROSTAGLANDINES

  • Écrit par 
  • Jean BUENDIA
  •  • 3 602 mots

Dans le chapitre « La découverte des prostaglandines »  : […] Tout a commencé dans les années 1930 lorsque R. Kuzrok et C. Lieb décrivent les actions du sperme humain fraîchement émis qui, instillé dans l' utérus ou appliqué sur des fibres utérines isolées, provoque tantôt de fortes contractions, tantôt une complète relaxation. En 1933 et 1934, M. W. Goldblatt en Grande-Bretagne et U. S. von Euler en Suède reprirent l'étude de la stimulation du muscle lisse […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/prostaglandines/#i_48344

Pour citer l’article

Jacqueline BROSSOLLET, « EULER ULF VON - (1905-1983) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 12 novembre 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/ulf-von-euler/