TURKMÈNES

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Organisation sociale traditionnelle

Autrefois, chaque concentration de yourtes nomades ne comprenait qu'un seul sous-groupe. La solidarité était fondée sur les liens de parenté ; chaque chef de famille était, en principe, sur un plan d'égalité avec les autres. L'autorité reposait sur la loi écrite musulmane (shariat) et sur la loi orale (adat) représentant la tradition et que les vieux (aksakal) étaient chargés de faire appliquer.

La sédentarisation a transformé l'organisation tribale. Celui qui contrôle l'eau assure sa suprématie et augmente ses propriétés. Les terres molk, les meilleures, près de l'eau, sont propriétés privée ; les terres sanachik, non irriguées, appartiennent à tous et leur partage avait lieu une fois l'an. Seul, l'homme marié obtient le droit à la terre et à l'eau. Le père de la jeune fille exige une dot (kalym) comme « remboursement des frais engagés pour élever la fiancée ». La polygynie permet à l'homme d'obtenir autant de parts d'eau qu'il a d'épouses. Certaines familles arrangent des mariages entre leurs enfants encore en bas âge (kudalyk), et il arrive que le fiancé doive travailler pour son beau-père (kaitarma).

La colonisation russe a provoqué une aggravation du processus de concentration des terres. De 1914 à 1917, le nombre des paysans sans terres a triplé, tandis que 5 p. 100 des exploitants détiennent le tiers des terres. Le mirab chargé de la répartition de l'eau ainsi que le chef du village qui entretient des rapports avec l'administration soutiennent les gros propriétaires. L'augmentation de l'exportation du coton et des tapis produit un renchérissement de la femme, dont le prix varie avec les cours du coton. La femme, devenue un objet de production, est contrainte à la réclusion et perd complètement la liberté dont elle jouissait autrefois.

Les femmes ne participent jamais aux travaux de l'agriculture. Les jeunes filles sont données souvent à des familles déjà apparentées, pour réduire les frais du mariage ; la femme d'un homme décédé peut être donnée à un je [...]


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 4 pages

Écrit par :

Classification

Autres références

«  TURKMÈNES  » est également traité dans :

AFGHANISTAN

  • Écrit par 
  • Daniel BALLAND, 
  • Gilles DORRONSORO, 
  • Mir Mohammad Sediq FARHANG, 
  • Pierre GENTELLE, 
  • Sayed Qassem RESHTIA, 
  • Olivier ROY, 
  • Francine TISSOT
  • , Universalis
  •  • 34 325 mots
  •  • 21 médias

Dans le chapitre « La mosaïque ethnique »  : […] Si l'Afghanistan est étymologiquement le « pays des Afghans », c'est-à-dire des Pashtouns, il est en réalité une mosaïque de peuples divers dont l'unification politique n'a jamais été vraiment réalisée et qui occupent presque tous des aires géographiques chevauchant les frontières du pays, ce qui a toujours compliqué les relations de celui-ci avec ses voisins. Les ethnies parlant l'une des lang […] Lire la suite

ĀQĀ MOHAMMAD KHĀN ou AGHĀ MUḤAMMAD KHĀN (1742?-1797) shāh de Perse (1796-1797)

  • Écrit par 
  • Jean CALMARD
  •  • 1 089 mots

Réunificateur de la Perse après la désagrégation de l'empire de Nāder Shāh (1736-1747) et la période troublée de luttes pour la succession de Karim Khān Zand (1750-1779), Āqā Mohammad Khān est le fondateur de la dynastie des Qādjār (1794-1925) sous laquelle la Perse subit des changements profonds ; d'une monarchie orientale médiévale, elle se transforma en une monarchie constitutionnelle ayant les […] Lire la suite

CILICIE

  • Écrit par 
  • Xavier de PLANHOL
  •  • 479 mots

Nom antique d'une province du sud-est de l'Asie Mineure, centrée sur la plaine de Cilicie (en turc Çukur Ova, « la plaine creuse ») et son cadre montagneux. Celui-ci comporte deux éléments bien distincts : au nord, un fragment des hautes chaînes du Taurus (Ala daǧ, 3 734 m ; Bolkar daǧ, 3 585 m) que traversent difficilement les défilés des « portes de Cilicie », grande route traditionnelle reliant […] Lire la suite

DANICHMENDIDES

  • Écrit par 
  • Robert MANTRAN
  •  • 656 mots

Tribu turcomane, les Danichmendides ont établi leur autorité sur l'Asie Mineure centre-orientale durant un siècle, de 1080 à 1180 environ. Leur fondateur et éponyme, l'émir Malik Danichmend, apparaît en Cappadoce vers 1080-1085 ; il a été mêlé aux événements dus au passage de la Première Croisade en Asie Mineure, mais dans l'ensemble sa biographie est mal connue ; elle a été l'objet de récits et d […] Lire la suite

DYNASTIE DES QADJAR

  • Écrit par 
  • Pascal BURESI
  •  • 230 mots

L'accession au trône d'Aghā Muhammad khān marque l'avènement d'une dynastie qui va voir la Perse entrer dans la modernité. Ce chef de la tribu turkmène des Qadjar a conquis le pouvoir en s'appuyant sur des clans arabes et kurdes épars et sur les tribus de sa région d'origine, le Mazandéran. Après s'être emparé du nord et du centre du royaume et avoir choisi, en 1786, Téhéran pour capitale, Aghā Mu […] Lire la suite

GORGĀN ou GURGĀN

  • Écrit par 
  • Jean CALMARD
  •  • 301 mots

Ancienne Hyrcanie (littéralement : pays des loups) actuellement rattachée à la province iranienne du Mazandéran (ou Māzandarān), le Gorgān (Djurdjān chez les géographes arabes), région autrefois prospère, a terriblement souffert des invasions turkmènes qui pouvaient nomadiser dans les steppes toutes proches des pays de l'Atrāk. Le toponyme Gorgān fut donné sous Rezā Shāh au chef-lieu (l'ancienne A […] Lire la suite

IRAK

  • Écrit par 
  • Loulouwa AL RACHID, 
  • Brigitte DUMORTIER, 
  • Philippe RONDOT, 
  • Pierre ROSSI
  •  • 29 305 mots
  •  • 27 médias

Dans le chapitre « Un pays arabe et musulman où subsistent des minorités ethniques et religieuses »  : […] L'Irak est un pays majoritairement arabe et musulman, où des milieux de vie spécifiques, d'accès difficile, marais au sud et isolats montagnards au nord, ont favorisé la survivance de particularismes religieux, statistiquement très minoritaires. On estime qu'il y aurait en Irak 60 p. 100 d'Arabes shiites, 20 p. 100 d'Arabes sunnites, 17 p. 100 de Kurdes sunnites. Les 3 p. 100 restants regroupent […] Lire la suite

ISLAM (Histoire) - De Mahomet à la fin de l'Empire ottoman

  • Écrit par 
  • Robert MANTRAN
  •  • 10 444 mots
  •  • 10 médias

Dans le chapitre « Le reste du monde musulman »  : […] Cependant, l'Empire ottoman ne saurait faire oublier le reste du monde musulman. En Anatolie orientale et en Iran occidental, à Tamerlan et à ses descendants immédiats ont succédé des dynasties turcomanes, tantôt sunnites, tantôt shī‘ites ; les tenants du shī‘isme l'emportent finalement avec la dynastie séfévide qui, en Iran, a réussi a constituer un État fort face aux Ottomans sunnites et a tent […] Lire la suite

ISLAM (Histoire) - Le monde musulman contemporain

  • Écrit par 
  • Françoise AUBIN, 
  • Olivier CARRÉ, 
  • Nathalie CLAYER, 
  • Andrée FEILLARD, 
  • Marc GABORIEAU, 
  • Altan GOKALP, 
  • Denys LOMBARD, 
  • Robert MANTRAN, 
  • Alexandre POPOVIC, 
  • Catherine POUJOL, 
  • Jean-Louis TRIAUD
  • , Universalis
  •  • 31 428 mots
  •  • 14 médias

Dans le chapitre « Colonisation et peuples musulmans »  : […] Dans la théorie politique de l'U.R.S.S., un certain nombre de groupements non slaves, qui avaient été progressivement inclus dans l'Empire russe entre le xvi e et le xix e  siècle et qui étaient catalogués comme peuples musulmans sous l'ancien régime, détenaient, depuis le courant des années 1920 et 1930, le label de « nations » et de « nationalités » et occupaient des territoires qui leur étaien […] Lire la suite

ISMĀ‘ĪL Ier (1487-1524) shāh séfévide de Perse (1501-1524)

  • Écrit par 
  • Jean CALMARD
  •  • 1 269 mots

Fondateur de la dynastie séfévide, Shāh Esmā'il I er (Ismā‘īl) régna de 1501 à 1524. Réunificateur de l'entité iranienne, il évita que ne se concrétise la menace des Ottomans d'absorber l'Iran dans leur vaste empire. C'est pourquoi certains historiens considèrent l'État qu'il créa comme un véritable « État national » renouant pour la première fois depuis la conquête arabe du vii e siècle avec le […] Lire la suite

Voir aussi

Pour citer l’article

Bernard DUPAIGNE, « TURKMÈNES », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 27 septembre 2020. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/turkmenes/