TUNICIERS ou UROCORDÉS

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Les Appendiculaires

Un dernier groupe de Tuniciers est constitué par de petits animaux marins, pélagiques, les Appendiculaires. Munis, à l'état adulte, d'une queue musculeuse longue et aplatie, ils rappellent beaucoup, par leur organisation et par leur taille, les têtards d'Ascidies. Cependant, ils ont quelques particularités. Le pharynx s'ouvre en avant par la bouche. Il n'existe ni cavité péribranchiale ni cloaque. Leurs ébauches sont représentées par deux tubes latéro-ventraux symétriques qui s'ouvrent à l'extérieur, les spiracules.

L'Appendiculaire est doté d'un appendice propulseur, la queue, qui prolonge le corps et contient une chorde dorsale, des muscles et un cordon nerveux caudal renflé en un certain nombre de ganglions. Ce cordon, comme le ganglion cérébroïde auquel est associé un statocyste, dérive d'un tube neural embryonnaire.

Appendiculaires

Dessin : Appendiculaires

Appendiculaires : organisation générale 

Crédits : Encyclopædia Universalis France

Afficher

La larve avait à peu près la même organisation, mais il se produit cependant des transformations, modérées, qui correspondent à la métamorphose des Tuniciers. Le tube nerveux larvaire donne naissance au ganglion cérébroïde, d'une part, et au cordon caudal, d'autre part. La transformation la plus importante réside dans une torsion de la queue à sa base, torsion de 900 qui amène son bord primitivement dorsal du côté gauche.

Les Appendiculaires n'ont pas de tunique, mais l'épiderme, revêtu d'une fine couche de chitine, comporte des glandes (oïkoplastes) qui sécrètent une curieuse coque gélatineuse transparente, la logette.

La logette, de forme variable, comprend en général plusieurs chambres en communication les unes avec les autres et avec l'extérieur. L'animal se tient normalement dans une de ces chambres et les mouvements de sa queue provoquent dans la logette un courant d'eau, et aussi ses déplacements. L'architecture de la logette joue un rôle fondamental dans l'alimentation des Appendiculaires. Les orifices d'entrée de l'eau sont garnis d'une fine grille qui la tamise et arrête les trop grosses particules. Avant d'être rejetée par un orifice postérieur de la logette, l'eau traverse une chambre garnie d'une sorte de nasse conique prolongée par un tube étroit qui aboutit à la bouche de l'animal. C'est là que se rassemblent les micro-organismes alimentaires qui, une fois dans le pharynx, sont enrobés de mucus et dirigés vers l'œsophage, à peu près comme chez les Ascidies. Mais l'animal peut facilement abandonner la logette, et c'est ce qu'il fait chaque fois que les filtres sont colmatés, avant d'en sécréter, en quelques heures, une nouvelle.

Comme les autres Tuniciers, les Appendiculaires sont hermaphrodites. Mais, à la différence de ceux-ci, ils ne se reproduisent que par voie sexuée.

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 7 pages

Médias de l’article

Ascidie simple

Ascidie simple
Crédits : Encyclopædia Universalis France

dessin

Ascidie : larve et métamorphose

Ascidie : larve et métamorphose
Crédits : Encyclopædia Universalis France

diaporama

Appendiculaires

Appendiculaires
Crédits : Encyclopædia Universalis France

dessin

Afficher les 3 médias de l'article


Écrit par :

  • : ancien professeur à la faculté des sciences, université de Paris-VII

Classification

Autres références

«  TUNICIERS ou UROCORDÉS  » est également traité dans :

CORDÉS ou CHORDÉS

  • Écrit par 
  • Yves FRANÇOIS
  •  • 978 mots

L' opposition traditionnellement admise, depuis Lamarck, entre Vertébrés et Invertébrés est parfaitement artificielle. En fait, l'opposition Vertébrés-Invertébrés est d'autant moins justifiée que les Vertébrés sont étroitement apparentés à d'authentiques Invertébrés longtemps réunis sous le nom de Procordés : d'une part les amphioxus, qui sont de petits animaux marins mobiles mais sédentaires ; […] Lire la suite

EXCRÉTION

  • Écrit par 
  • René LAFONT
  •  • 5 261 mots
  •  • 8 médias

Dans le chapitre « L'excrétion par accumulation dans l'organisme »  : […] Les déchets du métabolisme ne sont pas toujours éliminés hors de l'organisme. Certains d'entre eux, et plus particulièrement les moins hydrosolubles, peuvent être stockés de façon temporaire ou permanente dans des cellules ou des organes particuliers, ceci ne résultant pas nécessairement d'une incapacité à éliminer les substances en question. L'excrétion par accumulation est en fait un processus f […] Lire la suite

OCÉAN ET MERS (Vie marine) - Vie pélagique

  • Écrit par 
  • Lucien LAUBIER, 
  • Jean-Marie PÉRÈS
  •  • 7 202 mots
  •  • 8 médias

Dans le chapitre « Composition »  : […] Le plancton végétal, ou phytoplancton, est exclusivement constitué d'organismes unicellulaires. Les deux groupes les plus importants, tant par le nombre des espèces que par l'abondance des populations, sont les diatomées, dont les cellules sont protégées par une enveloppe siliceuse, et les dinoflagellés à enveloppe chitinoïde, enveloppe souvent pourvue de prolongements ou d'épines (cf.  dinophycée […] Lire la suite

PHYLOGÉNOMIQUE

  • Écrit par 
  • Gabriel GACHELIN
  •  • 3 010 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Les tuniciers à l'origine des vertébrés ? »  : […] Depuis Haeckel, on affirme que les embryons de tuniciers, comme les vertébrés, possèdent une chorde. Cela aurait pu n'être qu'une ressemblance. L'examen du génome d'un tunicier ( Ciona intestinalis ) et celui des protéines exprimées lors de son développement montrent que la moitié des 182 gènes connus pour participer à la mise en place de la chorde chez les vertébrés se retrouvent chez ce tunicier […] Lire la suite

SYSTÈME IMMUNITAIRE (ORIGINES DU)

  • Écrit par 
  • Gabriel GACHELIN
  •  • 2 004 mots

Dans le chapitre « Un troisième système immunitaire ? »  : […] Le monde animal a donc d'abord sélectionné le système robuste de l'immunité innée, efficace, totalement déterminé génétiquement et qui implique l'ensemble du corps. Il l'a ensuite complété par la sélection du système adaptatif, de plus grande précision mais plus fragile, qui implique un mécanisme de contrôle et utilise des cellules et des organes spécialisés. Si l'on se replace dans la phylogénie […] Lire la suite

Voir aussi

Pour citer l’article

Yves FRANÇOIS, « TUNICIERS ou UROCORDÉS », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 19 mai 2022. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/tuniciers-urocordes/