Abonnez-vous à Universalis pour 1 euro

TULSĪ-DĀS (1550 env.-1623)

  • Article mis en ligne le
  • Modifié le
  • Écrit par

À la dévotion de Rāma et de Kṛṣṇa

Tulsī-Dās a laissé une douzaine d'œuvres tenues pour authentiques, quoique de chronologie incertaine. Parmi ses œuvres de jeunesse, il faut sans doute compter le Jānakī-mangal et le Pārvatī-mangal, décrivant l'un le mariage de Rāma et de Sītā, l'autre celui du grand dieu Śiva avec la Fille-des-Monts, Pārvatī. Plusieurs collections de padas, ou courts poèmes en langue braj, semblent au contraire appartenir à la dernière partie de sa vie : la Gītāvalī (ou Padāvalī Rāmāyaṇa), la Kṛṣṇa-Gitāvalī et la Vinaya-Patrikā, auxquelles on peut ajouter le Hanumān-Bāhuka.

La tradition veut que Tulsī-Dās se soit très tôt adonné, sur l'incitation de son guru (dont il ne donne pas le nom), à l'invocation prolongé et fervente du nom sacré de «   Rām » et qu'il ait aussi conçu une dévotion particulière à Rāmacandra, le héros de la vieille légende, déjà considéré comme un avatāra du dieu Viṣṇu. Au culte de Rāma est toujours associé celui de sa fidèle épouse Sītā, parfois représentée comme la manifestation de la śakti (« énergie ») du Brahman suprême manifesté en Rāma. En fait, la dévotion vichnouite de Tulsī-Dās n'est pas sectaire : il a célébré tour à tour Śiva et Pārvatī ; le singe divin Hanumān ; la rivière sacré, la Gangā, à laquelle Rāma lui-même rend hommage ; le dieu Ganeśa, fils de Śiva, qui préside au début de toute entreprise, et la déesse des arts et des lettres, Sarasvatī. Fidèle à la tradition brahmanique orthodoxe, Tulsī-Dās fait au grand dieu Śiva, Seigneur de l'univers, une place toute particulière – mais il le présente en même temps comme le plus illustre des dévots de Rāma dont il ne cesse de répéter le nom sacré : la dévotion de Śiva pour Rāma est fortement soulignée. Quant au dieu Viṣṇu, dont Rāma lui-même est censé être un avatāra, il joue un rôle assez effacé dans l'œuvre de Tulsī-Dās, tout au moins en tant que divinité distincte de ses deux principales manifestations humaines, Rāma et Kṛṣṇa.

Les références aux divers avatāras de Viṣṇu sont très nombreuses dans l'œuvre de Tulsī-Dās, particulièrement dans la très belle collection de prières en langue braj qui porte le nom de Vinaya-Patrikā (« Lettre de pétition »). On y trouve d'assez fréquentes allusions à la geste krishnaïte. De plus, un petit ouvrage, la Kṛṣṇa-Gītāvalī, est entièrement consacré au dieu-pasteur, Kṛṣṇa-Gopāl. Mais, s'il est certain que Tulsī-Dās, avec toute la tradition indienne, aime à s'attendrir sur les enfances de Kṛṣṇa-Gopāl, l'érotisme qui imprègne une grande partie de sa légende ne l'a aucunement attiré. Tulsī-Dās n'est pas réellement krishnaïte : c'est à la haute et pure figure de Rāmacandra que vont son admiration et sa ferveur – et c'est lui qu'il a célébré dans le Rāmacaritamānasa.

La suite de cet article est accessible aux abonnés

  • Des contenus variés, complets et fiables
  • Accessible sur tous les écrans
  • Pas de publicité

Découvrez nos offres

Déjà abonné ? Se connecter

Écrit par

  • : professeur à l'université de Paris-III-Sorbonne nouvelle, directeur d'études à l'École pratique des hautes études (IVe section)

Classification

Pour citer cet article

Charlotte VAUDEVILLE. TULSĪ-DĀS (1550 env.-1623) [en ligne]. In Encyclopædia Universalis. Disponible sur : (consulté le )

Article mis en ligne le et modifié le 14/03/2009

Autres références

  • HINDĪ LANGUE & LITTÉRATURE

    • Écrit par et
    • 8 335 mots
    ...mystique en vers composé par Mālik Muḥammad Jāyasī au début du xvie siècle. La tradition des sūfīs indiens sera reprise un demi-siècle plus tard par Tūlsī-Dās, l'auteur du célèbre Rāmcaritmānas, dit aussi « Rāmāyan hindī » : cette œuvre d'une haute inspiration religieuse, composée à la gloire...
  • RĀMA

    • Écrit par
    • 991 mots
    • 2 médias
    ...le Rāmāyaṇa de Vālmīki. Des hymnes à la gloire de Rāma, destinés à être appris par cœur et chantés dans les temples, se sont multipliés. Tulsī-Dās, au xvie siècle, qui s'était entièrement voué à Rāma, considéré par lui comme le dieu suprême, écrivit dans cet esprit sa ...
  • RĀMĀYAṆA

    • Écrit par
    • 2 435 mots
    • 2 médias
    ...celle de Vālmīki est le Rāmāyaṇa de Tulsī : le Rāmcaritmānas, le « Lac de montagne (ou de la quintessence) de la vie de Rāma ». Il est dû à Tulsī-Dās (1532-1623) – « Serviteur du basilic » (plante consacrée à Viṣṇu) –, brâhmane de Rājpur qui vécut en ascète à Bénarès et prêcha la tolérance...
  • VIṢṆU ou VISHNU ET VICHNOUISME

    • Écrit par
    • 8 909 mots
    • 2 médias
    Tulsī Dās, qui naquit au début du xvie siècle, se rattache davantage au courant de Rāmānanda qu'à celui de Vallabha ou à celui de Caitanya. Il résidait habituellement à Ayodhyā, d'où il partait pour des tournées de prédication, avant de se fixer, lui aussi, à Bénarès. Rāma est le nom sous lequel il...