Abonnez-vous à Universalis pour 1 euro

ATTENTION TROUBLES DE L'

Les études d’imagerie cérébrale fonctionnelle montrent que l’attention fait intervenir plusieurs régions du cerveau qui interagissent fortement entre elles, formant un véritable réseau. Les régions préfrontales interviennent dans le contrôle de l’attention. Les régions postérieures, comme les lobes pariétaux, interviennent dans l’orientation et la sélection notamment spatiale. Des structures sous-corticales interviennent aussi, comme le thalamus dans le filtrage de l’information et le tronc cérébral dans la modulation de l’éveil et de l’alerte. Toute lésion ou tout dysfonctionnement d’une de ces régions peut entraîner des déficits de l’attention dont nous donnerons quelques exemples.

La négligence spatiale unilatérale

Il s’agit d’un syndrome étonnant en liaison avec l’attention spatiale. Il est fréquent lors de lésions de l’hémisphère droit, par accident vasculaire par exemple. Les patients n’ont pas de déficit visuel et semblent voir tout ce qui se passe autour d’eux. Pourtant, ils se comportent comme si la moitié gauche de l’espace n’existait pas. Ils ignorent ce qui se passe à leur gauche et ils ignorent leur hémicorps gauche, ce qui perturbe considérablement leur comportement.

Les études d’indiçage spatial de Posner ont montré que ces patients avaient un biais exogène de leur attention qui est anormalement attirée par les événements apparaissant du côté droit et difficilement attirée par les événements apparaissant du côté gauche, opposé à leur lésion. Ainsi, si on leur présente un stimulus dans la partie gauche du champ visuel, ils le perçoivent, mais ils ne le perçoivent plus si un autre stimulus est présenté simultanément à droite, seul ce dernier étant perçu : c’est le phénomène d’extinction visuelle. Il existe d’autres tests simples pour évaluer le déficit. Dans le test de barrage, où ils doivent barrer tous les petits traits disposés sur une feuille A 4 en mode paysage, ils oublient de barrer les traits situés à gauche. Dans le test de bissection de ligne, où il s’agit de mettre une marque sur le milieu d’une ligne horizontale, ils mettent leur marque à droite du milieu réel, comme si la partie gauche de la ligne n’existait pas ou était rétrécie. Lors de la lecture, ils ne lisent pas le début des lignes ni le début des mots. Lors de la copie d’un dessin, ils omettent les détails situés à gauche. Ces patients peuvent être rééduqués à force d’incitations à diriger leur attention (endogène) vers la gauche, ou en faisant appel à des méthodes comme les lunettes à prismes. Toutefois, dans certains cas, ils présentent également des troubles de l’alerte, rencontrée lors de lésion droite, ce qui gêne la rééducation.

La suite de cet article est accessible aux abonnés

  • Des contenus variés, complets et fiables
  • Accessible sur tous les écrans
  • Pas de publicité

Découvrez nos offres

Déjà abonné ? Se connecter

Écrit par

  • : professeur des Universités, université Paris-V-René-Descartes

. In Encyclopædia Universalis []. Disponible sur : (consulté le )

Autres références

  • ATTENTION

    • Écrit par Éric SIÉROFF
    • 1 928 mots

    Pour William James, psychologue américain de la fin du xixe siècle, l’attention est la prise de possession par l’esprit d’un élément de la pensée ou d’un objet du monde extérieur, afin que cet élément ou cet objet paraisse plus clair. L’attention a donc pour rôle de contrôler la ...

  • TROUBLE DÉFICIT DE L'ATTENTION AVEC OU SANS HYPERACTIVITÉ (TDAH)

    • Écrit par Marc-Antoine CROCQ
    • 3 022 mots

    Le trouble déficit de l’attention-hyperactivité (TDAH), ou attentiondeficit/hyperactivitydisorder (ADHD) en anglais, est défini dans la 5e édition du Manuel diagnostique et statistique des troubles mentaux (DSM-5, 2013) de l’Association américaine de psychiatrie (APA) comme étant un mode...

  • DÉVELOPPEMENT DU TEMPS, psychologie

    • Écrit par Sylvie DROIT-VOLET
    • 2 097 mots
    ...Bien qu’il existe plusieurs sources de variabilité dans les estimations du temps, il s’avère que la principale source de variabilité proviendrait des capacités attentionnelles limitées du jeune enfant. Il est en effet difficile pour un jeune enfant de maintenir son attention tout au long de l’écoulement...
  • DYSLEXIES DÉVELOPPEMENTALES : LES DIMENSIONS VISUELLES ET ATTENTIONNELLES

    • Écrit par Sylviane VALDOIS
    • 1 069 mots

    Des traitements cognitifs visuels et visuo-attentionnels sophistiqués sont nécessairement impliqués dans le traitement des séquences de lettres qui composent les mots écrits. Lors de l’ apprentissage de la lecture, ces traitements font l’objet d’un apprentissage perceptif pour s’adapter aux...

  • ENFANTS À HAUT POTENTIEL INTELLECTUEL

    • Écrit par Nicolas GAUVRIT
    • 1 016 mots
    ...caractéristique débouchant sur un risque accru de dépression ou d’anxiété. Ils seraient aussi particulièrement curieux et assoiffés de connaissances, ainsi qu’agités, ce qui laisse supposer un risque élevé detrouble de l’attention avec hyperactivité, débouchant parfois sur l’échec scolaire.
  • POSNER MICHAEL (1936- )

    • Écrit par Éric SIÉROFF
    • 382 mots

    Psychologue américain spécialiste de l’attention. Michael I. Posner est né en 1936 à Cincinnati. Il accomplit ses études à Seattle, soutient sa thèse à l’université du Michigan à Ann Arbor, puis est recruté comme professeur à l’université d’Oregon en 1965, à Eugene. Il a reçu les plus hautes distinctions,...

  • Afficher les 8 références

Voir aussi