TRIBUNAL DES CONFLITS

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Le système juridictionnel français repose sur le principe de dualité des ordres de juridiction : l'ordre judiciaire et l'ordre administratif. Cette dualité, institutionnalisée par la conception française de la séparation des pouvoirs, fait que chacun des ordres forme une structure hiérarchisée indépendante de l'autre, respectivement dirigée par la Cour de cassation et le Conseil d'État. Un litige donné peut comporter des éléments d'ambiguïté qui entraînent des divergences d'appréciation, des conflits entre les deux ordres de juridiction dont aucun ne peut soumettre l'autre à son avis. D'où l'institution d'un tribunal des conflits chargé de les résoudre. Mis en place en 1872, le tribunal des conflits a une composition paritaire : quatre de ses membres sont conseillers d'État et les quatre autres conseillers à la Cour de cassation. Le garde des sceaux en assure la présidence formelle, avec pour seule fonction de trancher les débats insolubles résultant d'un partage des voix. La plupart des conflits ont trait à des problèmes de compétence.

Il en est ainsi des conflits positifs qui opposent le juge judiciaire à l'autorité administrative, celle-ci estimant le juge incompétent pour connaître d'un litige à caractère administratif. Il en est ainsi des conflits négatifs qui opposent entre eux les deux ordres de juridiction, chacun déclarant irrecevable la requête présentée, pour la raison qu'elle relèverait de la compétence de l'autre ordre. Pour réduire les risques de conflits, un décret de 1960 permet au Conseil d'État et à la Cour de cassation de saisir préventivement le tribunal des conflits d'une affaire qui pose des « difficultés sérieuses de compétence ». Enfin certains conflits sont créés par des jugements contradictoires sur le fond, lorsque chaque ordre de juridiction, saisi séparément des mêmes conclusions relatives aux mêmes faits, refuse d'y faire droit pour des motifs contradictoires.

—  Louis-Jérôme CHAPUISAT

Écrit par :

Classification

Autres références

«  TRIBUNAL DES CONFLITS  » est également traité dans :

ADMINISTRATION - Le droit administratif

  • Écrit par 
  • Jean RIVERO
  •  • 11 855 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Le contrôle de l'administration par le juge »  : […] Les règles ne valent que par l'efficacité de la sanction dont elles sont assorties. La garantie essentielle de l'administré réside dans la possibilité qui lui est largement offerte de provoquer, par son recours, l'intervention du juge . On a souligné le rôle capital du juge administratif. Il n'est pourtant pas le seul, malgré le principe de la séparation des pouvoirs, à assurer la soumission de l' […] Lire la suite

ADMINISTRATION - Les juridictions administratives françaises

  • Écrit par 
  • Patrice BEAUJARD
  •  • 3 510 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Évolution historique »  : […] La paralysie de l'administration par les parlements de l'Ancien Régime a conduit les révolutionnaires de 1789 à adopter une conception radicale de la séparation des pouvoirs : défense « itérative » était faite aux tribunaux judiciaires d'avoir connaissance du contentieux résultant de l'activité administrative. Pendant quelque temps, l'administration fut amenée à se juger elle-même, situation peu […] Lire la suite

CONSEIL D'ÉTAT

  • Écrit par 
  • Annie GRUBER
  •  • 1 034 mots
  •  • 1 média

Au sommet de la juridiction administrative se situe le Conseil d'État. Mais juger n'est pas sa seule fonction. Il est aussi le plus important des conseils placés auprès du gouvernement, auquel il donne de très nombreux avis. Ces deux fonctions se retrouvent tout au long de son histoire. Héritier du Conseil du roi de l'Ancien Régime, le Conseil d'État est instauré par la Constitution de l'an VIII […] Lire la suite

JUSTICE - Les institutions

  • Écrit par 
  • Loïc CADIET
  •  • 13 654 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « La question du dualisme juridictionnel »  : […] La conception française de la séparation des pouvoirs s'incarne exemplairement dans le principe dit du dualisme juridictionnel. L'organisation juridictionnelle de la France se présente en effet à la manière d'un diptyque avec, d'un côté, les juridictions dites de l'ordre judiciaire, hiérarchisées sous l'autorité de la Cour de cassation, et de l'autre, les juridictions dites de l'ordre administrati […] Lire la suite

Les derniers événements

Serbie. Condamnation de Vojislav Šešelj. 11 avril 2018

Le Mécanisme pour les tribunaux pénaux internationaux, créé en décembre 2010 par l’ONU pour prendre la succession du Tribunal pénal international pour l’ex-Yougoslavie (TPIY), condamne en appel le Serbe Vojislav Šešelj à dix ans de prison pour crimes contre l’humanité commis lors des conflits […] Lire la suite

France. Ouverture d'enquêtes préliminaires dans l'affaire Woerth-Bettencourt. 1er-29 juillet 2010

Le 1er, le tribunal correctionnel de Nanterre renvoie le procès de François-Marie Banier, qui devait s'ouvrir ce même jour, et ordonne un complément d'information. Le photographe est accusé par Françoise Meyers-Bettencourt, la fille de Liliane Bettencourt, héritière […] Lire la suite

France. Condamnation judiciaire et exclusion de Georges Frêche du Parti socialiste. 25-27 janvier 2007

Le 25, le tribunal correctionnel de Montpellier condamne Georges Frêche, président socialiste de la région Languedoc-Roussillon, à 15 000 euros d'amende pour avoir traité les harkis de « sous-hommes » en février 2006. Le 27, la commission nationale des conflits du Parti socialiste (P.S.) décide […] Lire la suite

France. Nouveau dérapage verbal de Georges Frêche. 15-30 novembre 2006

la commission des conflits. Plusieurs dirigeants socialistes demandent son exclusion. Le 30, le procureur de la République auprès du tribunal correctionnel de Montpellier qualifie de « racistes » les propos tenus en février par Georges Frêche et requiert une peine d'amende de 15 000 euros. Le jugement doit être prononcé en janvier 2007. […] Lire la suite

Union européenne – Serbie. Suspension des discussions entre l'U.E. et la Serbie. 3 mai 2006

du processus d'adhésion à l'Union. Ratko Mladić est inculpé de génocide devant le Tribunal pénal international pour l'ex-Yougoslavie, pour des exactions commises au cours des conflits des années 1990. […] Lire la suite

Pour citer l’article

Louis-Jérôme CHAPUISAT, « TRIBUNAL DES CONFLITS », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 04 juillet 2021. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/tribunal-des-conflits/