TOURS (CONGRÈS DE)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Le XVIIIe congrès du Parti socialiste unifié, section française de l'Internationale ouvrière, s'ouvre le 25 décembre 1920 à Tours, salle du Manège. L'enjeu en est clair : le parti adhérera-t-il ou n'adhérera-t-il pas à la IIIe Internationale, fondée par les révolutionnaires russes en 1919. Quelle que soit l'issue du vote, les délégués au congrès savent que la minorité ne pourra rester dans le parti : la scission est inévitable.

Le parti de Jaurès, de Guesde et de Vaillant sort indéniablement transformé du conflit mondial. La collaboration avec les partis bourgeois et trois ans d'exercice partagé du pouvoir ont renforcé son patriotisme au détriment de l'internationalisme officiel d'avant la guerre. Les rapports entre les tendances se sont modifiés. Les minoritaires, qui ne remettaient pas en cause la participation à l'effort de guerre, mais qui condamnaient le jusqu'au-boutisme des majoritaires et insistaient sur la vocation pacifiste du mouvement socialiste, l'ont emporté au Congrès de Paris (oct. 1918) : Paul Faure, Jean Longuet, L.-O. Frossard et Marcel Cachin sont maîtres du parti. Les années de l'immédiat après-guerre ont vu se modifier la composition sociale du parti. Ses effectifs sont, en effet, passés de 36 000 environ en 1918 à 178 000 en 1920 : trois adhérents sur quatre sont venus au socialisme dans l'année qui précède le congrès. Fait nouveau, les paysans que la guerre a relativement enrichis et conduits à la vie politique en rompant l'isolement de la campagne française composent une part non négligeable de ces nouveaux adhérents. Enfin, les dirigeants socialistes sont cruellement déçus par le résultat des élections de 1919. Le Bloc national obtient la majorité absolue, et les socialistes sont rejetés dans l'opposition. Or, pour une bonne part, les socialistes justifiaient leur collaboration au gouvernement de guerre par les « bénéfices » qu'en tirerait la classe ouvrière, la paix revenue. Il n'en est rien. Déception également après les grandes grèves, quasi insurrectionnelles, de l'année 1920 : le mouvement syndical est durement réprimé. La tentation est grande de se tourner vers la révolution russe, alors triomphante, et de lui demander les perspectives politiques qui font défaut.

Jusqu'alors, l'attitude du mouvement socialiste français à l'égard de la révolution russe avait certes été faite de soutien sans condition, mais les socialistes français avaient condamné la paix séparée signée à Brest-Litovsk, et surtout ils refusaient le modèle bolchevique, le jugeant inadapté à la France. Cependant, une minorité du parti s'était regroupée dans le Comité pour la IIIe Internationale, dans lequel les dirigeants de Moscou reconnaissaient l'ébauche d'un futur Parti communiste. Pour Moscou, un choix stratégique s'imposait : soit la révolution allemande triomphait rapidement, et il était nécessaire d'avoir en France un noyau révolutionnaire sûr, même minoritaire, afin d'empêcher une intervention impérialiste ; soit la révolution échouait dans ce pays et, dans la perspective d'une lutte de longue haleine, mieux valait emporter la majorité du Parti socialiste, si hétérogène soit-elle, sous certaines conditions (les vingt et une conditions d'adhésion à l'Internationale communiste). En 1920, la seconde stratégie semble avoir été choisie ; Cachin et Frossard sont accueillis favorablement à Moscou ; les révolutionnaires russes, contraints de tenir seuls, sont prêts à négocier avec le centre du Parti socialiste : les délégués français à Moscou acceptent les vingt et une conditions d'adhésion, et l'Internationale leur donne son aval. Mais les deux parties savent très bien qu'en fait il ne s'agit que d'un compromis : le proche avenir du Parti communiste français né à Tours montre la fragilité de l'adhésion du centre du Parti socialiste.

Lorsque s'ouvre le congrès, tout est joué, et la droite du parti sait qu'elle a perdu. Groupée autour de Thomas, de Marcel Sembat et de Blum, elle ne mène le combat qu'en vue de mieux se définir et de se compter. Le centre est divisé ; d'une part, Longuet et Faure se prononcent pour l'adhésion, mais avec certaines réserves concernant l'autonomie des syndicats, l'indépendance nationale des partis au sein de l'Internationale, et le refus de toute exclusion ; d'autre part, Frossard et Cachin, suivis par la gauche, demandent l'adhésion immédiate et sans réserve. La scission est certaine, mais la question est de savoir où elle se fera : éliminera-t-elle seulement la droite ou aussi le centre droit de Longuet ? Beaucoup souhaitent garder Longuet et sa tendance dans le parti. Or, le troisième jour du congrès, l'exécutif de la IIIe Internationale envoie son salut aux congressistes dans un télégramme qui dénonce surtout Faure et Longuet, les qualifiant d'« agents déterminés de l'influence bourgeoise sur le prolétariat » et demandant leur exclusion.

Les votes se déroulent dans une atmosphère tendue et dramatique : 70 p. 100 des mandats vont aux partisans de l'adhésion, la droite ne recueille que 10 p. 100 et la tendance Longuet 20 p. 100. Le débat se poursuit sur l'ultimatum de l'exécutif et l'exclusion des « semi-réformistes ». Là encore, la majorité est écrasante. Les minoritaires quittent le congrès et se réunissent dans une autre salle, pour construire la S.F.I.O. (« garder la vieille maison », selon la formule de Blum). Le Parti communiste français est né, et avec lui une cassure que le mouvement ouvrier français n'a jamais surmontée.

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages

Écrit par :

Classification

Autres références

«  TOURS CONGRÈS DE (1920)  » est également traité dans :

CONGRÈS DE TOURS, en bref

  • Écrit par 
  • Olivier COMPAGNON
  •  • 206 mots

Du 25 au 30 décembre 1920 se tient à Tours le XVIIIe congrès du Parti socialiste unifié, Section française de l'Internationale ouvrière (S.F.I.O.). Il est consacré à la question qui agite le parti depuis le milieu de l'année précédente : l'acceptation ou non des vingt et une conditions imposées par le Komintern pour adhérer à la IIIe Internationale. Bi […] Lire la suite

BLUM LÉON (1872-1950)

  • Écrit par 
  • René GIRAULT
  •  • 2 228 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Le dirigeant socialiste »  : […] La guerre modifie cet itinéraire en le faisant vraiment entrer en politique. Réformé, le conseiller d'État est appelé pour diriger le cabinet de Marcel Sembat dans le gouvernement d'Union sacrée (1914-1916). Occasion de pratiquer la politique d'une nouvelle manière, celle de l'épreuve gouvernementale. Le socialisme français se divise alors à propos du pacifisme, puis surtout à propos des voies ré […] Lire la suite

CACHIN MARCEL (1869-1958)

  • Écrit par 
  • Paul CLAUDEL
  •  • 746 mots

Né à Paimpol, d'un père gendarme et d'une mère de vieille souche paysanne, Cachin fait des études secondaires grâce à une bourse, puis prépare une licence de philosophie à la faculté de Bordeaux ; il y suit les cours de Durkheim. Il a vingt ans lorsqu'il rejoint le groupe des étudiants socialistes de Bordeaux, de tendance guesdiste. Très vite pris par l'action politique, Cachin abandonne ses étude […] Lire la suite

FAURE PAUL (1878-1960)

  • Écrit par 
  • Paul CLAUDEL
  •  • 478 mots

Né à Périgueux, Paul Faure vient très jeune au socialisme et adhère au Parti ouvrier français de Jules Guesde. Élu à la direction du parti, il y représente la Haute-Vienne, dont la fédération est des plus actives : en 1904, son organe, Le Populaire du Centre , est le seul journal fédéral qui soit quotidien. Pendant la Première Guerre mondiale, Faure est minoritaire au sein de la S.F.I.O. : son pac […] Lire la suite

FRONT POPULAIRE

  • Écrit par 
  • Serge BERSTEIN
  •  • 4 922 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Origines et formation du Front populaire (1934-1936) »  : […] Le Front populaire apparaît comme la réponse à une triple crise. Tout d'abord, une crise économique qui, partie des États-Unis en 1929, atteint la France en 1931 et se caractérise par une chute de la production et des exportations à laquelle les gouvernements tentent de remédier par la déflation, c'est-à-dire par la diminution des dépenses publiques destinée à faire baisser les prix. Or celle-ci […] Lire la suite

GAUCHE EN FRANCE DANS L'ENTRE-DEUX-GUERRES (repères chronologiques)

  • Écrit par 
  • Olivier COMPAGNON
  •  • 521 mots

Décembre 1920 Réunie en congrès à Tours, la Section française de l'Internationale ouvrière (SFIO) se scinde en deux partis. Majoritaires, les partisans de l'adhésion à la III e  Internationale créent la Section française de l'Internationale communiste (rebaptisée Parti communiste, PC, en 1921), tandis que la minorité menée par Léon Blum demeure au sein de la SFIO. Mai 1924 Le Cartel des gauches, […] Lire la suite

MARXISME - Les révisions du marxisme

  • Écrit par 
  • Pierre BOURETZ, 
  • Evelyne PISIER
  •  • 3 652 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Le socialisme démocratique »  : […] Au fond, Kautsky illustre bien ce que sera le contenu d'un révisionnisme assimilé au socialisme démocratique, avec toutes ses ambiguïtés. De même, en France, Jean Jaurès et plus tard Léon Blum, figures emblématiques du révisionnisme social-démocrate, en resteront marqués chacun à sa manière. Ainsi Jaurès, fort proche de Bernstein par son humanisme, sa défense de la démocratie ou sa méfiance à l'é […] Lire la suite

PCF (Parti communiste français)

  • Écrit par 
  • Bernard PUDAL
  •  • 7 068 mots
  •  • 4 médias

Dans le chapitre « Le congrès de Tours et son sens (décembre 1920) »  : […] Dans la conjoncture de l'après-Première Guerre mondiale, marquée par une intense mobilisation sociale (les grèves de 1920) et intellectuelle, naît à Tours en décembre 1920, à la suite d'une scission majoritaire de la S.F.I.O. sur la question de l'adhésion à l'Internationale communiste fondée en 1919 à Moscou, un Parti socialiste (Section française de l'Internationale communiste) qui ne deviend […] Lire la suite

TROISIÈME RÉPUBLIQUE

  • Écrit par 
  • Louis GIRARD
  •  • 14 396 mots
  •  • 23 médias

Dans le chapitre « L'échec de la prépondérance française (1919-1924) »  : […] Le 11 novembre 1918, la France était victorieuse, mais exsangue, dévastée, ruinée. Elle recouvrait l'Alsace-Lorraine, mais la disparition de 1 390 000 habitants victimes de la guerre affaiblissait une nation au capital humain déficient. La richesse s'était dissipée. L'Allemagne, unie, plus peuplée, plus productive, dominait toujours virtuellement le continent. À l'Est, c'était l'attraction du tour […] Lire la suite

Les derniers événements

16 janvier 2011 France. Élection de Marine Le Pen à la présidence du Front national

Lors du XIVe congrès du Front national organisé à Tours, Marine Le Pen succède à son père Jean-Marie Le Pen à la présidence du parti d'extrême droite. À l'issue du vote des adhérents, elle remporte plus des deux tiers des suffrages face à Bruno Gollnisch, autre vice-président du mouvement. Marine Le Pen est députée européenne et conseillère régionale du Nord-Pas-de-Calais. […] Lire la suite

10-19 février 1993 France. Début de la campagne électorale

à l'élection présidentielle de 1995 s'exprime lors d'une réunion électorale à Montlouis-sur-Loire, dans la banlieue de Tours, ville où s'était tenu le congrès du Parti socialiste de 1920. Notant l'évolution de la conception du monde sur laquelle était fondé le socialisme et dénonçant la « société close attachée à ses rites » qu'incarne à ses yeux le parti, il propose l'édification, au lendemain des élections législatives, d'un « vaste mouvement, ouvert et moderne », qui réunirait les socialistes, les écologistes réformateurs, les centristes sociaux, les rénovateurs communistes et les militants des droits de l'homme. […] Lire la suite

18-22 décembre 1990 France. XXVIIe congrès du P.C.F.

Le 18 s'ouvre à Saint-Ouen (Seine-Saint-Denis) le XXVIIe congrès du Parti communiste français. Sa préparation, qui dure depuis plusieurs mois, a permis de prendre conscience de l'ampleur de la contestation à la base (un militant sur quatre, environ), sans que ce mouvement ne soit pourtant représenté dans la même proportion au sein des délégations présentes à Saint-Ouen, en raison des barrages successifs du centralisme démocratique. […] Lire la suite

15-26 mars 1989 U.R.S.S. Victoire électorale des réformateurs ou des nationalistes

Au cours de cette réunion, le comité central élit les cent députés qui représenteront le parti au futur Congrès du peuple : Egor Ligatchev, leader des conservateurs, est élu, puisqu'il n'y a que cent candidats, mais il obtient le plus mauvais score avec 78 voix sur 641. Le 26, au terme d'une vraie campagne électorale qui leur a permis de s'initier au débat politique, les Soviétiques se rendent aux urnes pour élire 1 500 des 2 250 membres du nouveau Congrès, les 750 autres étant désignés directement par les organisations légales. […] Lire la suite

Pour citer l’article

Paul CLAUDEL, « TOURS (CONGRÈS DE) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 03 décembre 2021. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/tours-congres-de/