CACHIN MARCEL (1869-1958)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Né à Paimpol, d'un père gendarme et d'une mère de vieille souche paysanne, Cachin fait des études secondaires grâce à une bourse, puis prépare une licence de philosophie à la faculté de Bordeaux ; il y suit les cours de Durkheim. Il a vingt ans lorsqu'il rejoint le groupe des étudiants socialistes de Bordeaux, de tendance guesdiste. Très vite pris par l'action politique, Cachin abandonne ses études. Il collabore à La Question sociale et anime les congrès fédéraux du Parti ouvrier français sous le pseudonyme de Lebreton.

Le Parti le présente à Libourne où il échoue. La fédération du P.O.F. de Bordeaux est la troisième de France lorsque la scission de 1900 voit sa majorité rejoindre Jaurès. Cette même année, Cachin est élu conseiller municipal de Bordeaux et nommé adjoint au maire pour l'administration des transports et de la voirie. Secrétaire fédéral en 1903, il est assez apprécié de la direction du Parti pour que celle-ci le désigne pour remplacer Guesde, malade lors de la campagne électorale dans le Nord ; de même, il va porter la contradiction à Jaurès à Toulouse. Enfin, en 1904, il est délégué au Congrès de l'Internationale socialiste à Amsterdam et, en 1905, au Congrès de fondation du parti socialiste S.F.I.O.

En 1906, il est secrétaire national adjoint à la commission administrative permanente du parti, chargé de la propagande. En 1910, il est élu député d'Alès, mais son élection est invalidée. Lorsque L'Humanité devient, en 1911, l'organe officiel du parti, Cachin est chargé de rédiger l'article hebdomadaire auquel a droit la tendance guesdiste. Élu en 1912 conseiller du 18e arrondissement de Paris et conseiller général de la Seine, il est chargé des travailleurs des transports. Il devient député de Paris en 1914 et le reste jusqu'en 1928.

Rallié à l'Union sacrée, Cachin est chargé par Guesde d'une mission secrète en mars 1915 auprès des socialistes italiens : il s'agit de les convaincre de renoncer à leur pacifisme ; Cachin rencontre également Mussolini, alors exclu du Parti socialiste italien et partisan de l'intervention de l'Italie dans le conflit. En 1917 [...]


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages


Écrit par :

Classification


Autres références

«  CACHIN MARCEL (1869-1958)  » est également traité dans :

CONGRÈS DE TOURS, en bref

  • Écrit par 
  • Olivier COMPAGNON
  •  • 206 mots

Du 25 au 30 décembre 1920 se tient à Tours le XVIII e  congrès du Parti socialiste unifié, Section française de l'Internationale ouvrière (S.F.I.O.). Il est consacré à la question qui agite le parti depuis le milieu de l'année précédente : l'acceptation ou non des vingt et une conditions imposées par le Komintern pour adhérer à la III e  Internationale. Bien que quelques figures charismatiques com […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/congres-de-tours-en-bref/#i_20084

GUESDE JULES (1845-1922)

  • Écrit par 
  • Madeleine REBÉRIOUX
  •  • 2 306 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Guesde, guesdisme et S.F.I.O. »  : […] La fondation de la Section française de l'Internationale ouvrière en avril 1905 marque donc en apparence la victoire des guesdistes. Qu'en est-il en réalité ? Ce qu'apportent les guesdistes à la S.F.I.O., ce n'est pas seulement leurs qualités d'organisateurs, leur pédagogie simple, leur hebdomadaire, Le Socialiste , c'est aussi un appareil qui tend assez souvent à se nourrir de lui-même. Les délég […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/jules-guesde/#i_20084

HUMANITÉ L'

  • Écrit par 
  • Thierry PFISTER
  • , Universalis
  •  • 1 258 mots

La presse socialiste est née relativement tard et a toujours eu une vie difficile. Son essor date de la fin des années 1880. Le premier numéro de L'Humanité , présentée comme « journal socialiste », parut le 18 avril 1904. Au sein de sa rédaction figuraient notamment René Viviani, Aristide Briand, Jean Longuet et Albert Thomas ; le directeur politique était Jean Jaurès. Après l'unification du mouv […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/l-humanite/#i_20084

TOURS (CONGRÈS DE)

  • Écrit par 
  • Paul CLAUDEL
  •  • 988 mots

Le XVIII e  congrès du Parti socialiste unifié, section française de l'Internationale ouvrière, s'ouvre le 25 décembre 1920 à Tours, salle du Manège. L'enjeu en est clair : le parti adhérera-t-il ou n'adhérera-t-il pas à la III e Internationale, fondée par les révolutionnaires russes en 1919. Quelle que soit l'issue du vote, les délégués au congrès savent que la minorité ne pourra rester dans le […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/tours-congres-de/#i_20084

Pour citer l’article

Paul CLAUDEL, « CACHIN MARCEL - (1869-1958) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 29 novembre 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/marcel-cachin/