ÉCONOMIE MONDIALE1997 : la crise asiatique

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

La conjoncture mondiale s'est rapprochée en 1997 des conditions nécessaires à une croissance durable. Malgré une révision en baisse des projections dans le courant de l'année, le dynamisme de la reprise s'est affirmé. Il a été entretenu par un accroissement des échanges internationaux évalué à 7,7 p. 100 (contre 5 p. 100 en 1996), tandis que les politiques d'ajustement budgétaire, le maintien à un bas niveau des taux d'intérêt mais aussi la baisse des prix du pétrole et des matières premières ont contribué à un sensible recul de l'inflation.

Malgré des divergences cycliques plus accentuées entre les économies les plus évoluées, on a pu constater une réduction des écarts de performance entre les grandes zones. L'amorce d'un redressement des économies en transition et la confirmation d'une éclaircie en Afrique subsaharienne y ont contribué. Mais ces améliorations ont paru occultées au second semestre par la crise monétaire en Asie du Sud-Est, l'événement majeur de l'année, qui a remis en cause la prospérité des pays les plus dynamiques de la planète.

Les remous monétaires, dont le point de départ fut la dévaluation du baht thaïlandais au début de juillet, se sont étendus aux autres pays les plus performants de ce continent, réduisant ainsi leur expansion à un rythme moins disproportionné avec celui que connaît le monde industrialisé.

Ces perturbations ont été d'autant plus inquiétantes que le Japon s'est trouvé lui-même, en fin d'année, aux prises avec des difficultés financières de nature à compromettre le rôle stabilisateur que ses dirigeants ambitionnaient de le voir jouer à l'égard de la région. D'où l'évocation, par certains économistes, d'un dysfonctionnement comparable à la crise de l'endettement partie du Mexique en 1982. Les leçons qui auraient dû être tirées de l'histoire monétaire récente n'avaient pas permis de prévenir de nouvelles perturbations des marchés.

Mais le caractère spectaculaire de ces événements et l'évocation qu'ils ont parfois inspirée d'un risque systémique portaient à reléguer au second plan les tendances de fond de l'économie mondiale. La volatilité des marchés a reflété une vision plus orientée vers la sphère financière que vers l'économie réelle. L'Asie, dans son ensemble, compte pour plus de 50 p. 100 de la population du globe mais, si l'on excepte la Chine et l'Inde qui n'ont guère été atteintes par la tourmente, elle n'intervient que pour quelque 7 p. 100 du P.I.B. et 4,4 p. 100 des exportations de biens et services. Les événements ont eu aussi un aspect positif : l'intervention de la communauté internationale pour y faire face comportait la condition d'ajustements du secteur financier selon les normes des économies les plus évoluées.

Dans ses Perspectives de l'économie mondiale publiées à la mi-septembre (deux mois et demi après le début de la crise), le F.M.I. a estimé que la croissance pouvait se poursuivre encore pendant la première décennie du xxie siècle. La principale raison en était l'absence des tensions et déséquilibres qui précèdent généralement les fins de cycles économiques.

Dans une autre étude publiée le 21 décembre pour tenir compte des événements, le F.M.I. a révisé en baisse sa prévision pour la croissance de l'économie mondiale en 1997. Elle ne devait atteindre, selon ce document, que 4,1 p. 100, soit 0,1 point de moins que la précédente estimation. La croissance des pays industrialisés était évaluée à 2,8 p. 100, contre 2,5 p. 100 précédemment, tandis qu'un sensible ralentissement était anticipé pour les pays en développement, dont la croissance devait revenir de 6,4 p. 100 en 1996 à 5,9 p. 100.

États-Unis : le « nouveau paradigme » ?

Pour ce qui concerne les premiers, le rapprochement des rythmes d'activité entre l'Amérique du Nord et l'Europe ne s'est pas manifesté comme on le prévoyait au début de l'année. Les écarts cycliques entre les économies les plus évoluées se sont au contraire élargis. Le dynamisme a été plus accentué que prévu aux États-Unis ainsi que, dans une moindre mesure, au Canada et au Royaume-Uni, tandis que la reprise se révélait quelque peu décevante en Allemagne et en France. Le Japon est apparu de plus en plus, au fil des mois, comme « un cas à part », subissant l'effet d'un ensemble de facteurs : po [...]

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 12 pages

Écrit par :

Classification

Autres références

«  ÉCONOMIE MONDIALE, depuis 1990  » est également traité dans :

ÉCONOMIE MONDIALE - 2020 : l'effondrement économique, sombre corollaire de la crise sanitaire

  • Écrit par 
  • Jean-Pierre FAUGÈRE
  •  • 5 366 mots
  •  • 3 médias

L’année 2020 est marquée par un terrible choc : la pandémie de Covid-19, qui répand la maladie et la mort et qui, au niveau économique, engendre crises profondes et incertitude. Elle est rythmée par les fluctuations de l’épidémie et les à-coups des décisions politiques. La plupart des pays ont ainsi connu un stop-and- […] Lire la suite

ÉCONOMIE MONDIALE - 2019 : entraves à la croissance, recul de la mondialisation

  • Écrit par 
  • Jean-Pierre FAUGÈRE
  •  • 4 921 mots
  •  • 5 médias

L'année 2019 se caractérise par un essoufflement de la croissance mondiale, accentué par une montée du protectionnisme et atténué par des conditions de financement exceptionnellement favorables. En passant de 3,6 à 3 p. 100, la croissance de l’économie mondiale enregistre son niveau le plus faible depuis la crise de 2008-2009. Le fléchissement est qu […] Lire la suite

ÉCONOMIE MONDIALE - 2018 : croissance, restrictions commerciales et argent plus cher

  • Écrit par 
  • Jean-Pierre FAUGÈRE
  •  • 4 040 mots
  •  • 7 médias

En termes de croissance, l’année 2018 semble une simple réplique de l’année précédente : la croissance mondiale du produit intérieur brut (PIB) reste à 3,7 p. 100, celle des pays avancés se maintient à 2,4 p. 100 et celle des pays en voie de développement et émergents (ou « pays du Sud »), à 4,7 p. 100. Pourtant, un certain nombre de changements affectent l’économie mondiale, qui pourraient faire […] Lire la suite

ÉCONOMIE MONDIALE - 2017 : expansion, inégalités, fragilités

  • Écrit par 
  • Jean-Pierre FAUGÈRE
  •  • 3 863 mots
  •  • 6 médias

La croissance mondiale s’est nettement accélérée en 2017, passant de 3,2 à 3,6 p. 100 par rapport à 2016, poussée par des taux d’intérêt faibles, un progrès des profits et des investissements, ainsi que par une hausse des prix des matières premières. Une grande partie des pays est concernée. Les pays avancés connaissent, certes, une croissance inférieure à la c […] Lire la suite

ÉCONOMIE MONDIALE - 2016 : dynamisme asiatique et replis nationaux

  • Écrit par 
  • Jean-Pierre FAUGÈRE
  •  • 3 422 mots
  •  • 7 médias

L’année 2016 est marquée, sur le plan économique, par une tendance de plusieurs pays au repli sur eux-mêmes. La comparaison entre la croissance de la production mondiale et la croissance du commerce mondial est lourde de signification. En 2014, le commerce mondial progressait de 3,9 p. 100, donc plus rapidement que la production (3,4 p. 100), mais en 2015 e […] Lire la suite

ÉCONOMIE MONDIALE - 2015 : entre reprise et crise des matières premières

  • Écrit par 
  • Axel MARMOTTANT
  •  • 3 292 mots
  •  • 7 médias

En 2015, le prix du pétrole est resté très bas. Deux facteurs ont concouru à la pérennité de cet état de fait important pour l’économie de la planète : la surabondance de l’offre – alimentée par la guerre des prix que se livrent les pays de l’O.P.E.P. et les États-Unis, producteurs de pétrole et de gaz de schiste –, ainsi que l’essoufflement de la demande, provoqué par le ralentissement de l’écono […] Lire la suite

ÉCONOMIE MONDIALE - 2014 : nouvelle répartition de l'activité

  • Écrit par 
  • Axel MARMOTTANT
  •  • 3 449 mots
  •  • 4 médias

En 2014, la croissance de l'activité économique mondiale se situe à peu près au même niveau qu’en 2013, à 3,3 p. 100. Géographiquement, elle se répartit cependant de manière différente. Elle est plus forte dans les pays avancés, en raison de la reprise modérée de la croissance dans la zone euro et de la croissance toujours dynamique des États-Unis, et ce malgré […] Lire la suite

ÉCONOMIE MONDIALE - 2013 : une croissance mondiale apathique

  • Écrit par 
  • Axel MARMOTTANT
  •  • 3 275 mots
  •  • 5 médias

En 2013, l’activité mondiale subit encore les conséquences de la crise financière. Bridée par le désendettement en cours, elle semble condamnée à avancer à un rythme lent. Embarrassés par la crise de la dette souveraine, notamment aux États-Unis et dans la zone euro, les gouvernements ont réduit leurs dépenses, et le secteur privé a dans l’ensemble diminué ses […] Lire la suite

ÉCONOMIE MONDIALE - 2012 : le monde dans la crise

  • Écrit par 
  • Nicolas SAGNES
  •  • 3 278 mots
  •  • 4 médias

L'économie mondiale a dû affronter des vents contraires de plus en plus violents en 2012. L'année a été marquée par la poursuite de la crise des dettes souveraines, particulièrement dans la zone euro, et par une forte progression du chômage dans de nombreux pays développés. Victime de ce contexte, la croissance mondiale s'e […] Lire la suite

ÉCONOMIE MONDIALE - 2011 : une année de tourmente

  • Écrit par 
  • Nicolas SAGNES
  •  • 3 085 mots
  •  • 4 médias

Après une embellie relative en 2010, l'économie mondiale a pénétré en 2011 dans une zone de fortes turbulences financières. L'année a été marquée par le déferlement de la crise de la dette dans la zone euro, caractérisée par la fin de la confiance des investisseurs dans les titres obligataires des États. Dans ce contexte, la croissance mondiale s'est établie à […] Lire la suite

ÉCONOMIE MONDIALE - 2010 : entre rigueur et relance économiques

  • Écrit par 
  • Nicolas SAGNES
  •  • 3 102 mots
  •  • 5 médias

L'année 2010 a pris quelque distance avec la tornade financière des années 2008 et 2009. L'économie mondiale est sortie de récession pour entamer une reprise, dans un contexte de croissance des échanges mondiaux après une contraction historique l'année précédente. La Chine s'est trouvée au cœur de cette reprise, en venant alimenter les importations de la p […] Lire la suite

Voir aussi

Les derniers événements

3-29 décembre 1997 Crise financière asiatique. Mobilisation internationale pour tenter d'enrayer la crise sud-coréenne

Le 3, le Fonds monétaire international (F.M.I.) présente un plan d'aide à la Corée du Sud d'un montant de 57 milliards de dollars, le plus important jamais accordé sous son égide. Les pays européens participent pour la première fois à un programme d'aide concernant l'Asie. Ce plan s'accompagne de contraintes qui visent à la restructuration de l'économie sud-coréenne, la onzième du monde et la deuxième dans la région après celle du Japon. […] Lire la suite

3-28 novembre 1997 Crise financière asiatique. Le Japon et la Corée du Sud frappés à leur tour par la crise financière

Le 3, la maison de titres japonaise Sanyo Securities dépose son bilan. Elle laisse un passif équivalant à 18 milliards de francs. Il s'agit de la première faillite d'un courtier japonais depuis 1945. Le 16, la banque Hokkaido Takushoku, l'une des dix plus importantes du Japon, se déclare en faillite. La somme de ses créances douteuses est estimée à l'équivalent de 43,5 milliards de francs. […] Lire la suite

Pour citer l’article

Tristan DOELNITZ, « ÉCONOMIE MONDIALE - 1997 : la crise asiatique », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 08 mai 2022. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/economie-mondiale-1997-la-crise-asiatique/