TON LOCAL

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

L'expression « ton local » désigne la couleur propre d'un objet, sans tenir compte des valeurs accidentelles de la lumière. Le ton local correspond très souvent à la première couche picturale déterminant la forme selon son dessin (silhouette) de l'ensemble, constituant ainsi la première structure « décorative » de la peinture, ainsi que la base des premiers rapports harmoniques selon lesquels elle est construite. On appelle grandes localités d'une peinture l'ensemble des couleurs dominantes, regardées en tant que surfaces peintes, en faisant abstraction des modifications tonales dues aux incidences de la lumière. Bien souvent, le ton local se présente comme un élément fondamental de la structure de base de la peinture, comme on peut parfaitement le voir dans la peinture égyptienne, dans la peinture murale romaine ou dans les images d'Épinal. Il en va de même dans la peinture murale médiévale comme dans la peinture flamande de chevalet du xve siècle (couleurs locales des grandes étoffes de la Vierge au chancelier Rolin de Jan van Eyck, Louvre). Le ton local se différencie de la tonalité de l'œuvre, qui correspond à la couleur dominante du tableau, comme de l'expression d'une peinture de fragmentation tonale due à la multiplicité des touches, telle celle d'un Van Gogh, par exemple, à la suite de l'impressionnisme, bien après les recherches vénitiennes du xvie siècle sur le rapport des tons selon leur éclairement par la lumière.

—  Jean RUDEL

Écrit par :

  • : agrégé de l'Université, docteur ès lettres et sciences humaines, professeur à l'université de Paris-I-Panthéon-Sorbonne, peintre et écrivain

Classification


Autres références

«  TON LOCAL  » est également traité dans :

INGRES JEAN AUGUSTE DOMINIQUE (1780-1867)

  • Écrit par 
  • Jean LACAMBRE
  •  • 2 425 mots
  •  • 6 médias

Dans le chapitre « « Le style, c'est la nature » »  : […] Les dix cahiers manuscrits d'Ingres (musée de Montauban et collection particulière) contiennent des notes prises avec soin dans les musées, des transcriptions de textes d'Homère, des tragiques grecs, les vies de Raphaël et de Henri IV, en somme une documentation variée qui aidait le peintre dans le choix de ses compositions et le traitement du thème retenu. Le sujet arrêté, Ingres entreprenait une […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/jean-auguste-dominique-ingres/#i_22186

LOTTO LORENZO (1480 env.-env. 1556)

  • Écrit par 
  • Germain BAZIN
  •  • 2 238 mots
  •  • 5 médias

Dans le chapitre « Les composantes d'une œuvre »  : […] Vasari dit que Lotto s'est formé auprès de Bellini et de Giorgione. Berenson a supposé qu'il se reliait plutôt à la famille concurrente des Vivarini, peintres de Murano, dont le chef était alors Alvise, ces artistes ayant, comme lui, beaucoup travaillé dans les Marches. Il fait observer en outre qu'on trouve dans les œuvres de Lotto les valeurs de tension entre le gothique et le byzantin qui carac […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/lorenzo-lotto/#i_22186

RÉALISME, art et littérature

  • Écrit par 
  • Gerald M. ACKERMAN, 
  • Henri MITTERAND
  •  • 6 488 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « Réalisme anti-idéaliste ou révolutionnaire »  : […] Dans ses premières manifestations, la peinture réaliste se dresse contre les traditions dominantes dans le domaine de l'art et dans les conventions sociales. Il n'y a rien d'étonnant à ce que le réalisme anti-idéaliste surgisse immédiatement après les événements politiques de 1848. Gustave Courbet ignore les règles de procédure et de bienséance en transcrivant ses sujets directement et avec fidél […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/realisme-art-et-litterature/#i_22186

SEURAT GEORGES (1859-1891)

  • Écrit par 
  • Éric DARRAGON
  •  • 2 530 mots
  •  • 7 médias

Dans le chapitre « Vers une « formule optique » »  : […] La vie de Seurat est un mélange de conventions, d'effacement dans la norme et de secret. Il meurt à trente et un ans, le 29 mars 1891, d'une maladie foudroyante qui révèle à ses amis et à ses proches son union avec le modèle de Jeune Femme se poudrant (Courtault Institute, Londres). « Grave, calme et doux, taciturne », selon Henri de Régnier, on l'a décrit aussi très compliq […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/georges-seurat/#i_22186

Pour citer l’article

Jean RUDEL, « TON LOCAL », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 23 juillet 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/ton-local/