THERAVĀDA

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Du vivant du Buddha, les disciples s'affrontaient déjà à propos de l'interprétation à donner à tel ou tel de ses enseignements. Ces querelles prirent plus d'ampleur encore après sa mort et l'histoire du bouddhisme primitif est celui de luttes idéologiques, que des conciles essaient d'apaiser. Cependant, par-delà le clivage entre sectes rivales, on voit apparaître au cours des siècles une véritable scission entre deux grands courants auxquels on donne, à partir du ve siècle (soit près d'un millénaire après la prédication du Fondateur), les noms de Mahāyāna (mahāyāna  : « Grand Moyen de progression » ou, selon une moins bonne traduction, « Grand Véhicule ») et de Hīnayāna (hīnayāna : « Petit Moyen de progression », ou « Petit Véhicule »). Cette dernière appellation se veut méprisante : elle a été forgée par les tenants du Mahāyāna pour marquer que leur façon d'interpréter la Parole du Buddha était supérieure à celle de leurs adversaires. Par réaction contre cette attitude, les adeptes du Hīnayāna s'affirment alors comme étant les theravādins, « ceux qui suivent l'enseignement des Anciens » (de theravāda : « opinion des anciens »). À y regarder de près cependant, on s'aperçoit que le Theravāda coïncide essentiellement avec l'École de Ceylan, qui s'appuie sur le Canon scripturaire en pāli. Il y a à cela des raisons historiques : le déclin rapide du bouddhisme dans le sud de l'Inde isole l'île de Ceylan, qui est au contraire devenue entièrement bouddhiste et où fonctionnent de nombreux centres d'enseignement et de recherche. Le Mahāyāna cependant triomphe dans le Nord, avant d'être à son tour éliminé par le brahmanisme. Dès lors, le Hīnayāna se résorbe dans le Theravāda singhalais, qui n'en était à l'origine qu'une variante parmi d'autres, tandis que le Mahāyāna, chassé de l'Inde septentrionale, gagne l'Asie centrale, la Chine, le Japon. Cette histoire des doctrines se marque aussi dans la diffusion du bouddhisme dans le Sud-Est asiatique : les missionnaires, utilisant les lignes maritimes commerciales qui unissaient le pays tamoul et l'île de Ceylan à la Birmanie, la [...]


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages




Écrit par :

  • : docteur ès lettres, professeur à l'université de Lyon-III

Classification


Autres références

«  THERAVADA  » est également traité dans :

BOUDDHISME (Histoire) - L'expansion

  • Écrit par 
  • Jean NAUDOU
  •  • 3 126 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « Le bouddhisme Theravāda »  : […] Le bouddhisme cingalais, de langue pāli, se réclame des Anciens (sanskrit, Sthavira  ; pāli, Thera ). Il fut rénové au xii e  siècle par le roi Parākramabāhu et gagna d'abord la Birmanie, unie à Ceylan par des liens traditionnels étroits. La haute Birmanie, de langue birmane, avait été convertie au bouddhisme sous le règne du grand roi Anoratha (1044-1077), qui était allé chercher livres et religi […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/bouddhisme-histoire-l-expansion/#i_28356

BOUDDHISME (Histoire) - Littératures et écoles bouddhiques

  • Écrit par 
  • André BAREAU
  •  • 6 022 mots

Dans le chapitre « Les schismes et les sectes »  : […] La communauté monastique ne demeura unie que pendant un siècle après le Parinirvāṇa, puis elle se divisa en une vingtaine de sectes au cours des cinq ou six siècles qui suivirent. Si vives qu'aient été les querelles aboutissant à ces divisions, les relations demeurèrent en général assez bonnes entre les adhérents de ces divers groupes et ne donnèrent que rarement lieu à des conflits aigus. Le prem […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/bouddhisme-histoire-litteratures-et-ecoles-bouddhiques/#i_28356

BOUDDHISME (Les grandes traditions) - Bouddhisme indien

  • Écrit par 
  • Jean FILLIOZAT, 
  • Pierre-Sylvain FILLIOZAT
  •  • 10 625 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « De l'extinction du Buddha à Kaniṣka »  : […] De nos jours, les bouddhistes de Sri Lanka et de l'Asie du Sud-Est placent l'« extinction » ( nirvāṇa ) du Buddha en 543 avant J.-C. La critique moderne propose plusieurs hypothèses, en fonction, d'une part, de la date du sacre d' Aśoka (257 ou 267 av. J.-C.) et, d'autre part, d'une donnée de la tradition singhalaise qui place deux cent dix-huit ans entre le nirvāṇa et ce sacre ou des sources sans […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/bouddhisme-les-grandes-traditions-bouddhisme-indien/#i_28356

INDE (Arts et culture) - Les doctrines philosophiques et religieuses

  • Écrit par 
  • Jean FILLIOZAT
  •  • 16 833 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « Philosophie bouddhique en pāli »  : […] Un des plus anciens canons contenant, d'après la tradition, la parole même du Buddha est celui de l'école toujours vivante à Sri Lanka et qui a été propagée en Indochine occidentale (Birmanie, Thaïlande, Laos et Cambodge), école dite du Theravāda : « Doctrine des Anciens ». Ce canon est en langue pāli et comporte trois parties : les Textes fondamentaux ( sutta ), la Discipline ( Vinaya ) et l' Ab […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/inde-arts-et-culture-les-doctrines-philosophiques-et-religieuses/#i_28356

KHMER ART

  • Écrit par 
  • Jean BOISSELIER, 
  • Claude JACQUES
  •  • 8 440 mots
  •  • 20 médias

Dans le chapitre « Caractères généraux de l'art khmer »  : […] D'inspiration religieuse jusque dans ses réalisations utilitaires, l'art pré-angkorien et angkorien est essentiellement brahmanique (surtout śhivaïte ). Alors peu attesté, le bouddhisme ( Mahāyāna) s'impose momentanément avec le règne de Jayavarman VII (1181-env. 1218). À la fin du xiii e siècle, l'adoption, définitive, du bouddhisme Theravāda amènera un changement radical des traditions archite […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/art-khmer/#i_28356

SRI LANKA

  • Écrit par 
  • Osmund BOPEARACHCHI, 
  • Delon MADAVAN, 
  • Éric MEYER, 
  • Édith PARLIER-RENAULT
  •  • 21 638 mots
  •  • 16 médias

Dans le chapitre « Un « conservatoire » de l'art bouddhique »  : […] L'avènement du bouddhisme à Sri Lanka marque l'apparition des premiers monuments : au iii e  siècle avant notre ère, le roi Devānampiya Tissa (250-210 env.) aurait reçu une ambassade du moine Mahinda, fils du souverain indien Aśoka. Une communauté monastique s'installe dans le nord de l'île, à Mihintale. C'est de cette époque que dateraient les deux plus anciens stūpa singhalais ( dāgoba ), le Rāj […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/sri-lanka/#i_28356

THAÏ

  • Écrit par 
  • Guy MORÉCHAND, 
  • Solange THIERRY
  •  • 3 893 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Groupe ethnique majoritaire »  : […] Au sud, le groupe thai majoritaire est constitué par les Siamois, désignés aujourd'hui sous le nom de Thaïlandais, au nombre d'environ 65 millions en 2006, ou habitants de la Thaïlande. Il s'agit d'une population très évoluée, pratiquant depuis longtemps l'irrigation des rizières, adepte du bouddhisme Theravāda, ayant au cours des siècles poursuivi l'unification et la thaïsation du pays, d'abord […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/thai/#i_28356

VAIŚĀKHA ou FÊTE DE LA NAISSANCE DU BOUDDHA

  • Écrit par 
  • Universalis
  •  • 126 mots

Vaiśākha est la fête la plus importante du bouddhisme Theravāda (ou Petit Véhicule). Son nom sanskrit est également transcrit vixakha, visakah, waisak ou vesak selon les pays. Elle commémore la naissance, l’éveil et la mort du Bouddha. Cette journée est fériée dans de nombreux pays d’Asie du Sud-Est, ainsi qu’en Chine – notamment à Hong Kong et Macao – et en Corée du Sud. La fête est fixée le jour […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/vaisakha-fete-de-la-naissance-du-bouddha/#i_28356

Pour citer l’article

Jean VARENNE, « THERAVĀDA », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 09 décembre 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/theravada/