MARTINGALES THÉORIE DES

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Médias de l’article

Exemple 1

Exemple 1
Crédits : Encyclopædia Universalis France

dessin

Exemple 2

Exemple 2
Crédits : Encyclopædia Universalis France

dessin


Le mot « martingale » évoque l'idée d'une stratégie pour gagner aux jeux de hasard. Cette notion tient une place essentielle dans toute la théorie des probabilités et s'est révélée être un langage très riche dans de nombreux domaines des mathématiques ; mais ce rôle n'est apparu que tout récemment.

Au xvie siècle, ce mot (qui proviendrait du provençal martegalo, du nom de la ville de Martigues) désignait une courroie qui, placée sous le ventre du cheval, relie la sangle à la muserolle pour empêcher l'animal de trop lever la tête. Pour Littré, la locution est tirée par métaphore de la bifurcation de la martingale des chevaux ; mais ne faudrait-il pas voir, dans cette étymologie, l'espoir que les martingales permettraient de brider le hasard ?... Il y a d'ailleurs d'autres étymologies.

C'est au début du xviiie siècle qu'apparaît, chez Abraham de Moivre (The Doctrine of Chance, 1718, dont une première version latine date de 1711), la notion de martingale comme stratégie permettant de gagner « à coup sûr » dans un jeu équitable (pile ou face, par exemple). Citons comme exemple la martingale la plus classique, dite de D'Alembert mais d'origine beaucoup plus ancienne, relative au jeu de pile ou face, dont la règle du jeu est la suivante : On parie x euros sur pile. Si la pièce tombe sur pile, on ramasse ses x et on gagne x autres euros ; si elle marque face, on perd sa mise de x euros. À chaque coup, on est libre de se retirer (ce qui revient à miser 0 euro) ou de continuer à jouer.

La stratégie dite de martingale est alors celle-ci :

– Au 1er coup, on mise 1 euro ; si on gagne, on se retire (on a donc gagné 1 F) ; si on perd (on a donc perdu 1 euro), on continue ;

– Au 2e coup, on mise le double : 2 euros ; si on gagne, on se retire (on a donc gagné 2 euros, moins 1 euro perdu au 1er coup, le gain global est encore 1 euro) ; si on perd (on a donc perdu en tout 1 euro + 2 euros = 3 euros), on continue ;

– Au 3e coup, on mise encore le double : 4 euros ; si on gagne, on se retire (on a don [...]

1 2 3 4 5

pour nos abonnés,
l’article se compose de 13 pages




Écrit par :

  • : docteur ès sciences, attaché de recherche au C.N.R.S.
  • : docteur ès sciences, assistant à l'université de Rennes
  • : docteur ès sciences, chargé de recherche au C.N.R.S.

Classification


Autres références

«  MARTINGALES THÉORIE DES  » est également traité dans :

LÉVY PAUL (1886-1971)

  • Écrit par 
  • Jacques MEYER
  •  • 508 mots

Mathématicien français né et mort à Paris. Ingénieur au corps des Mines, docteur ès sciences en 1912, Paul Lévy enseigna l'analyse à l'École polytechnique de 1920 à 1959, ainsi que l'analyse et la mécanique à l'École nationale supérieure des mines de 1914 à 1951. Il fut élu à l'Académie des sciences en 1964. De 1905 à 1951, il publia dix ouvrages et quelque deux cent soixante-dix articles, dont pl […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/paul-levy/#i_40570

PROBABILITÉS CALCUL DES

  • Écrit par 
  • Daniel DUGUÉ
  •  • 12 208 mots
  •  • 6 médias

Dans le chapitre « Chaînes de Markov et martingales »  : […] On appelle chaîne une suite de variables aléatoires X 1 , X 2 , ..., X n , ... telles que la loi de probabilité de X n dépende des épreuves précédentes. Une chaîne de Markov simple est une suite de telles variables dans laquelle la loi de X n dépend uniquement de l'épreuve X n −1 . Supposons que Ω soit l'ense […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/calcul-des-probabilites/#i_40570

Voir aussi

Pour citer l’article

Albert RAUGI, Jean MEMIN, Pierre CRÉPEL, « MARTINGALES THÉORIE DES », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 21 mai 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/theorie-des-martingales/