LÉVY PAUL (1886-1971)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Mathématicien français né et mort à Paris. Ingénieur au corps des Mines, docteur ès sciences en 1912, Paul Lévy enseigna l'analyse à l'École polytechnique de 1920 à 1959, ainsi que l'analyse et la mécanique à l'École nationale supérieure des mines de 1914 à 1951. Il fut élu à l'Académie des sciences en 1964. De 1905 à 1951, il publia dix ouvrages et quelque deux cent soixante-dix articles, dont plus de cent cinquante relatifs au calcul des probabilités, domaine auquel il consacra la plupart de ses recherches. C'est en 1919 que, cherchant une justification théorique à l'emploi de la loi de Laplace-Gauss dans la « théorie des erreurs », Paul Lévy est amené à créer et à employer de nombreux concepts et outils probabilistes qui allaient bouleverser le calcul des probabilités et le transformer en une branche autonome et moderne des mathématiques.

Introduisant une nouvelle définition de la fonction caractéristique d'une variable aléatoire X :

ϕX(u) = E(eiuX),

Paul Lévy établit les liens étroits entre la fonction caractéristique d'une variable et sa loi de répartition (recherche qui devait aboutir au théorème de Bochner). Avec Aleksandr I. Khintchine, il est à l'origine des travaux en « arithmétique des lois de probabilités » : il entrevoit (mais sans le démontrer) le théorème de décomposition d'une variable de Laplace-Gauss en deux variables indépendantes de Laplace-Gauss et énonce certaines de ses conséquences ; il introduit le concept de loi stable ; il pose et résout le problème des lois indéfiniment divisibles, ce qui lui permet de donner une formulation définitive au problème des lois des grands nombres et au théorème central limite.

Définissant une nouvelle fonction, la fonction de concentration, il établit l'équivalence entre la convergence presque sûre, la convergence en probabilité et la convergence en loi pour la suite Sn (où Sn désigne la somme des n premiers termes d'une suite infinie de variables aléatoires indépendantes). Il redécouvre et améliore la loi du logarithme itéré, due à Khintchine, introduit l [...]


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages





Écrit par :

Classification


Autres références

«  LÉVY PAUL (1886-1971)  » est également traité dans :

MARTINGALES THÉORIE DES

  • Écrit par 
  • Pierre CRÉPEL, 
  • Jean MEMIN, 
  • Albert RAUGI
  •  • 8 663 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Exemples »  : […] Commençons par des exemples issus du jeu de pile ou face avec une pièce non truquée : un joueur joue pile (« contre la banque ») selon les règles habituelles. Notons X 0  = 0 et Y k le gain (ou la perte) obtenu au k -ième coup ; alors : est le gain cumulé au n -ième coup. Exemple 1  : stratégie « bête », du moins apparemment. À chaque coup, le joueur mise 1 euro sur pile, indépendamment de ce qui […] Lire la suite

NORMÉES ALGÈBRES

  • Écrit par 
  • Jean-Luc SAUVAGEOT, 
  • René SPECTOR
  •  • 4 735 mots

Dans le chapitre « Le calcul fonctionnel holomorphe »  : […] Soit A une algèbre normée commutative unitaire et a un élément de A ; appelons σ( a ) le spectre de a , ensemble des nombres complexes qui sont les valeurs prises par ∧ a , transformée de Gelfand de a . Si f est une fonction continue à valeurs complexes définie sur σ( a ), on peut considérer la fonction composée f  ∘ ∧ a et se demander s'il existe un élément b dans l'algèbre tel que f  ∘ ∧ a soi […] Lire la suite

PROBABILITÉS CALCUL DES

  • Écrit par 
  • Daniel DUGUÉ
  •  • 12 208 mots
  •  • 6 médias

Dans le chapitre « Théorème central limite et loi de Poisson »  : […] Le théorème central limite est un théorème de convergence en loi (cf. chap. 7). Soit encore n variables constituant un échantillon, la fonction caractéristique des variables ayant une dérivée nulle à l'origine et une dérivée seconde ϕ″(0) = − σ 2 (ce qui implique l'existence d'un moment d'ordre 2 égal à σ 2 ). La fonction caractéristique de : est égale à : sous les conditions indiquées, elle ten […] Lire la suite

STOCHASTIQUES PROCESSUS ou PROCESSUS ALÉATOIRES

  • Écrit par 
  • Maurice GIRAULT
  •  • 4 900 mots

Dans le chapitre « Processus de Wiener-Lévy ou fonction du mouvement brownien linéaire »  : […] Supposons qu'une particule puisse se déplacer sur un axe O x . À chaque instant, elle reçoit une légère impulsion dans l'un ou l'autre sens avec des probabilités égales. Pour atteindre un schéma continu, on doit procéder par passage à la limite d'une suite de processus discrets. Entre les dates  t et t  + 1/ n , la particule subit un déplacement aléatoire qui prend la valeur 1/ n avec la probabi […] Lire la suite

Pour citer l’article

Jacques MEYER, « LÉVY PAUL - (1886-1971) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 20 mai 2020. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/paul-levy/