TÉTANOS

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Traitement du tétanos déclaré

Chez l'animal comme chez l'homme, l'injection de sérum spécifique demeure la mesure primordiale et pressante. Pour se montrer vraiment efficace, elle doit être précoce (avant la fixation irréversible de la toxine), unique et relativement massive : chez l'homme, on pratique simultanément, mais en des points différents du corps, une injection de 200 000 unités de sérum antitétanique purifié et concentré et une injection d'anatoxine ; celle-ci est renouvelée, à doses progressivement croissantes, à quatre ou cinq jours d'intervalle.

Depuis plusieurs décennies, les efforts pour diminuer la mortalité du tétanos déclaré se sont multipliés. De l'expérimentation sur l'animal, on est passé à des essais en médecine humaine. On peut les exposer sous quatre rubriques : antispasmodiques, bactéricides, hibernation et trachéotomie, substances diverses, en soulignant toutefois que ces diverses méthodes sont très souvent employées en concurrence, car il est actuellement impossible de traiter un tétanique par une seule d'entre elles, le traitement étant symptomatique et parant au danger le plus menaçant. On emploie les médicaments suivants : analgésiques, anesthésiques, antispasmodiques, curarisants (myanésine, d-tubocurarine) ; sulfadiazine, acide phénique, décaméthonium, iode ; pénicilline, chlorotétracycline, oxytétracycline ; euphylline, chloral + morphine, sulfate de magnésium, uroformine, novocaïne + bicarbonate de sodium, cortisone.

Malgré tous les traitements antispasmodiques mis en œuvre, la grande cause de mort dans le tétanos est la syncope respiratoire et les complications pulmonaires par spasmes du larynx. Depuis 1952, on a préconisé de mettre systématiquement en action deux pratiques dont l'une est très ancienne, la trachéotomie, et l'autre récente, la réanimation avec ou sans hibernation.


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 5 pages


Écrit par :

Classification


Autres références

«  TÉTANOS  » est également traité dans :

RAMON GASTON (1886-1963)

  • Écrit par 
  • Albert DELAUNAY
  •  • 639 mots
  •  • 1 média

Après des études secondaires au lycée de Sens, Gaston Ramon entre à l'École vétérinaire d'Alfort. Là, il s'intéresse moins à la médecine vétérinaire qu'au travail de laboratoire. Le professeur Vallée, chargé de l'enseignement de la microbiologie, le recommande, à la fin de sa scolarité, à Émile Roux, alors directeur de l'Institut Pasteur. En 1911, il devient l'auxiliaire du vétérinaire Prévot à l […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/gaston-ramon/#i_15974

Pour citer l’article

André TURPIN, « TÉTANOS », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 22 octobre 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/tetanos/